AP

  • Mark Zuckerberg a dit au Congrès américain, ce mercredi 11 avril 2018, que Facebook collectait des données d'individus qui n'utilisaient pas la plateforme, "pour des raisons de sécurité". 
  • Zuckerberg a dit que Facebook voulait garder une trace des personnes qui essayeraient d'accéder à ses services, pour détecter si quelqu'un tentait de récolter des données de manière abusive.
  • Facebook cible aussi les non-utilisateurs avec des publicités, même s'ils n'ont jamais consenti à cette pratique. 

L'une des nombreuses pratiques très controversées et méconnues de Facebook est sous le feu des projecteurs: le fait que le réseau social collecte des données de personnes qui ne sont jamais inscrites sur sa plateforme.

Le PDG, Mark Zuckerberg, a témoigné devant le Congrès américain, mercredi 11 avril 2018, pour son second jour devant les législateurs, à la suite d'une série de scandales impliquant Facebook. Le fondateur, âgé de 33 ans, a été interrogé autant sur la collecte inappropriée par Cambridge Analytica des données de 87 millions de profils d'utilisateurs, que sur des accusations de partis-pris anti-conservateurs de sa société. 

L'élu démocrate du Nouveau-Mexique, Ben Luján a interrogé Zuckerberg sur les pratiques de confidentialité de Facebook, lui demandant combien de données le réseau social recueille sur chaque utilisateur, citant des rapports indiquant que ce chiffre pourrait atteindre 29.000. Le dirigeant de Facebook a répondu qu'il l'ignorait.

Luján lui a alors demandé combien de données Facebook recueillait sur des non-utilisateurs de sa plateforme. Une fois de plus, Zuckerberg n'a pas répondu. Quand on lui a demandé spécifiquement si Facebook avait "des profils détaillés de personnes qui ne se seraient jamais inscrites sur Facebook", il a répondu que c'était principalement pour des raisons de sécurité. 

"En général, nous collectons des données sur des personnes qui ne se sont jamais inscrites sur Facebook pour des raisons de sécurité, afin d'éviter le genre de choses dont vous faisiez référence à l'instant", a-t-il répondu. 

Bien que cela n'a pas été dit devant le Congrès, Facebook cible aussi des personnes avec des publicités sur d'autres sites web, même s'ils n'ont pas de compte Facebook. "Pour les non-utilisateurs de Facebook, nous utilisions auparavant [le service publicitaire Audience Network de Facebook]", a déclaré le cadre supérieur Brian Bosworth, en 2016. "Maintenant, nous allons l'utiliser pour mieux comprendre comment cibler ces personnes". 

Luján a ensuite demandé à Zuckerberg si les utilisateurs pouvaient refuser que Facebook ne les traque de cette manière. Le PDG a répondu que "tout le monde peut désactiver et empêcher la collecte de données à des fins publicitaires, qu'ils utilisent nos services ou non", mais a suggéré que Facebook aurait toujours besoin de collecter certaines données de personnes non-enregistrées, pour des raisons de sécurité. 

"Dans le but d'empêcher l'obtention d'informations publiques [...] nous devons savoir quand des personnes essayent à maintes reprises d'accéder à nos services", a-t-il dit.

Version originale: Rob Price/Business Insider UK 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La seconde audition de Mark Zuckerberg devant le Congrès américain était moins facile que la première

VIDEO: Voici comment le guide Michelin est devenu le plus important annuaire de référence gastronomique