Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Mark Zuckerberg fait revenir l'un de ses lieutenants à un moment charnière de l'histoire de Facebook

Mark Zuckerberg fait revenir l'un de ses lieutenants à un moment charnière de l'histoire de Facebook
Chris Cox avec Mark Zuckerberg. © Chris Cox/Facebook

L'un des principaux lieutenants de Mark Zuckerberg est de retour, un an seulement après son départ à la suite de divergences avec le PDG de Facebook. Chris Cox revient en tant que chef de produit à un moment charnière pour la société. Chris Cox a été l'un des premiers employés de Facebook, ayant rejoint l'équipe en 2005, et a aidé à créer des services importants, dont le fil d'actualité. Il avait quitté l'entreprise il y a un peu plus d'un an, en mars 2019, en désaccord avec Mark Zuckerberg sur la direction prise par l'entreprise et notamment ses initiatives en matière de protection de la vie privée.

Chris Cox revient aujourd'hui alors que l'entreprise tente de s'y retrouver dans les méandres d'une pandémie sans précédent et d'une élection américaine imminente qui a mené l'entreprise à être attaquée par des politiciens de tous bords au sujet de sa manière de diffuser du contenu politique. Facebook est également confronté à une révolte d'employés, avec des dizaines de travailleurs s'exprimant publiquement contre sa décision de ne pas prendre de mesures contre les messages de Donald Trump qui évoquaient une "fusillade" en réponse aux manifestations antiracistes aux États-Unis.

A lire aussi —Le Français Yann LeCun, monsieur IA de Facebook, sort de sa réserve pour défendre l'entreprise

Le retour de Chris Cox est un bouleversement immédiat dans le top management de l'entreprise. Un certain nombre de cadres supérieurs qui, auparavant, rapportaient directement à Mark Zuckerberg, relèveront désormais de lui. Son équipe, écrit-il dans un post public sur Facebook, comprendra Fidji Simo, la Française responsable de l'application Facebook ; Will Cathcart, qui dirige WhatsApp ; Adam Mosseri, responsable d'Instagram ; Stan Chudnovsky, le patron de Messenger, et Antonio Lucio, le directeur du marketing de Facebook. Le retour de ce dirigeant très apprécié pourrait contribuer à apaiser une partie des employés.

De nombreux employés qui se sont exprimés publiquement pour critiquer Facebook ces dernières semaines ont tweeté pour soutenir la nouvelle. "UN VENT D'OPTIMISME", a écrit l'une d'entre elles. "Quelques bons signes", a ajouté un autre (tout en faisant également référence à un élargissement du rôle du responsable de la diversité de Facebook et à d'autres initiatives annoncées par Mark Zuckerberg). La popularité de Chris Cox auprès des employés avant son départ en 2019, ainsi que ses convictions profondes, peuvent les encourager à penser que l'entreprise va dans la bonne direction. Mais cela peut avoir un coût : une intensification des attaques des conservateurs contre l'entreprise.

A lire aussi — Un cofondateur de Facebook affirme que le réseau est 'dangereux' et qu'il est temps de le démanteler

Chris Cox est un homme politique qui ne cache pas ses opinions. Lors d'un événement en novembre 2019, il a déclaré que "Trump ne devrait pas être notre président", et a passé une partie de son temps libre loin de Facebook à "construire une infrastructure politique progressiste pour cette année électorale" (tout en jouant avec son groupe de reggae).

Cette prise de position devrait le rendre attrayant pour les employés de Facebook qui craignent que la plateforme ne contourne ses règles pour Donald Trump par crainte d'offenser les conservateurs. Mais cela pourrait aussi enhardir les critiques de droite qui prétendent — sans preuve — que Facebook et d'autres grandes entreprises technologiques ont délibérément un parti pris contre les conservateurs.

"2020 nous a tous recentrés, sur une crise de santé publique, une crise économique et maintenant une prise en compte de la discrimination raciale", a écrit Chris Cox dans une note aux employés qu'il a également partagée publiquement. "Le monde est instable, divisé. Les gens se battent alors que les choses étaient déjà difficiles. J'ai pris contact avec Mark il y a quelque temps et je lui ai dit que je serais intéressé de l'aider. J'ai suivi Facebook et j'ai été encouragé par les progrès réalisés sur tant de grands problèmes auxquels nous sommes confrontés. Le mois dernier, le monde est devenu plus chaotique et plus instable, ce qui ne fait que me donner plus de détermination à aider. Nos décisions et nos produits les plus importants sont devant nous".

Version originale : Rob Price / Business Insider

A lire aussi — Mark Zuckerberg revendique le choix de "donner la parole aux gens" sur Facebook même si cela provoque des tensions

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :