Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Mark Zuckerberg se dit en faveur du revenu universel pour que 'chacun ait un coussin de sécurité pour tester de nouvelles idées'

Mark Zuckerberg se dit en faveur du revenu universel pour que 'chacun ait un coussin de sécurité pour tester de nouvelles idées'
© REUTERS/Brian Snyder

Mark Zuckerberg s'est dit favorable à à ce qu'on explore le concept de revenu universel à l'échelle mondiale, lors de son discours à Harvard jeudi 25 mai 2017.

Ce système est l'une des théories économiques qui a le vent en poupe ces dernières années. Des tentatives de mise en place d'un revenu universel ont été expérimentées dans certains pays comme le Kenya, les Pays-Bas, la Finlande, le Canada ou la ville de San Francisco en Californie.

En France, le candidat socialiste Benoît Hamon à l'élection présidentielle de 2017 était en faveur de l'instauration d'un revenu universel.

Les partisans d'un tel système disent qu'à cause de la transformation du travail — du capital humain à l'intelligence artificielle des robots — combinée aux inégalités de richesse, il y a un besoin de changer la manière dont les richesses sont globalement réparties.

"Nous devrions avoir une société qui ne mesure pas seulement le progrès en fonction d'indicateurs économiques comme le PIB", a souligné Zuckerberg devant la foule d'étudiants.

"Nous devrions explorer l'idée du revenu universel, pour s'assurer que tout le monde ait un coussin de sécurité pour tester de nouvelles idées."

C'est la première fois que Mark Zuckerberg dit publiquement être en faveur d'une telle théorie économique. D'autres avant lui l'ont fait, comme Elon Musk le DG de Tesla, le président de Y Combinator Sam Altman ou le cofondateur de Facebook, Chris Hughes — qui dirige un fonds de revenu universel appelé Economic Security Project.

De nombreuses prédictions économiques prévoient que les robots remplaceront une grande partie de la main d'oeuvre humaine dans les décennies à venir. Un rapport d'Oxford de 2013 montrait par exemple que 50% des emplois seront remplacés d'ici dix à vingt ans.

Un autre rapport de McKinsey en 2015 montrait que la technologie dont nous disposons aujourd'hui pourrait facilement remplacer jusqu'à 45% des emplois.

"En tant que société, nous devons nous focaliser sur la manière de continuer à nous éduquer toute notre vie, tandis que la technologie continue d'évoluer", a ajouté Zuckerberg.

"Et oui, ce ne sera pas gratuit de donner cette liberté aux de poursuivre leurs envies. Ce sont les gens comme moi qui doivent payer pour ça, et nombre d'entre vous devront faire de même."

Voici en anglais toute l'allocution de Mark Zuckerberg:

Version originale : Chris Weller/Business Insider

Découvrir plus d'articles sur :