Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Mark Zuckerberg qualifie la réponse de Trump face au Covid-19 de 'vraiment décevante'


Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, témoigne lors d'une audition de la commission des services financiers de la Chambre des représentants, à Washington, aux États-Unis, le 23 octobre 2019. © REUTERS/Erin Scott

Mark Zuckerberg a qualifié de "très décevante" la réponse du président Donald Trump à la pandémie. Dans une interview avec l'immunologiste américain Anthony Fauci diffusée en direct sur Facebook jeudi 16 juillet, le PDG de 36 ans a critiqué la Maison Blanche pour la lenteur des tests, ainsi que les récentes attaques contre Anthony Fauci par des fonctionnaires de l'administration. "J'ai certainement été sympathique au début, quand il était clair qu'il y aurait une épidémie, quelle que soit la façon dont nous gérons cela", a-t-il commencé par dire.

"Mais vous savez, maintenant que nous sommes en juillet, je pense simplement que c'était évitable, et il est vraiment décevant que nous n'ayons toujours pas de tests adéquats, et que la crédibilité de nos meilleurs scientifiques comme vous et le CDC (Centres pour le contrôle et la prévention des maladies américains) soit minée. Et que, jusqu'à récemment, certaines parties de l'administration remettaient en question le fait que les gens devraient suivre les recommandations de base comme le port de masques", a-t-il poursuivi.

Le PDG de Facebook n'a désigné aucun fonctionnaire de l'administration comme cible de sa colère, mais Donald Trump résiste depuis longtemps au port du masque en public, même si la science a montré qu'il joue un rôle clé dans la réduction des taux d'infection par le Covid-19.

Mark Zuckerberg et Anthony Fauci ont également discuté des progrès de la recherche sur les vaccins, ainsi que des conseils à donner aux gens (comme le port du masque). Au cours de l'entretien, certains utilisateurs ont laissé les commentaires sous le livestream pour diffuser des informations erronées sur les vaccins et des théories complotistes — soulignant comment la plateforme de Facebook peut être détournée pour diffuser des fake news, même lorsque la société essaie de diriger les utilisateurs vers des sources d'informations exactes.

Facebook a fait l'objet d'un examen approfondi dans le cadre de sa modération des publications de Donald Trump au cours des dernières semaines. En cause notamment, la décision de ne pas retirer un post du président qui, selon les critiques, glorifiait la violence et suscitait des protestations sans précédent parmi les employés — et a contribué au boycott permanent des annonceurs.

Version originale : Rob Price/Business Insider

A lire aussi — Google et Facebook ne pourront plus transférer comme avant les données des utilisateurs européens

Découvrir plus d'articles sur :