Martin Sorrell, patron de WPP: Google et Facebook devraient s'inquiéter un peu plus d'une intervention du régulateur

WPA Pool/Getty Images

Facebook et Google ont du souci à se faire, d'après Martin Sorrell, le DG de du géant de la communication WPP.

C'est au cours d'un débat avec l'auteur américain et chroniqueur du New Yorker Ken Auletta lors de l'Advertising Week que Sorrell a déclaré que la possibilité que les deux entreprises fassent l'objet d'une intervention du régulateur ne pouvait être exclue. 

"Je pense qu'elles devraient", a-t-il répondu à Auletta qui demandait si les grandes entreprises devaient s'inquiéter des pouvoirs publics. "Aucun Etat souverain ne peut laisser une entreprise atteindre une valorisation de mille milliards".

Le patron de WPP a plus d'une fois catalogué Facebook et Google de "frenemies" (amis-ennemis, NDLR), considérant que les deux géants avaient besoin d'embrasser leur rôle d'entreprise des médias, plus que d'entreprise de technologie. Il a ajouté à cela que l'énorme pression exercée sur ces multinationales, aussi tardive soit-elle, les a rendus plus "flexibles" dans leur "amitié".

Selon lui, c'est justement cette pression qui a rapproché les deux "frenemies". Facebook s'est engluée dans une polémique après avoir révélé que des entités russes se sont emparées d'espaces publicitaires sur la plateforme durant l'élection présidentielle américaine tandis que Google fait face à la pression des autorités de la concurrence en Europe.

"La responsabilité est proportionnelle à la taille et à l'échelle", a-t-il dit. "Entre Vestager (la Commissaire à la Concurrence, Margrethe Vestager), et la pression qu'exerce l'UE sur eux, les questions de brand safety, les menaces de redressement, ou les remarques de Steve Bannon après son départ de la Maison Blanche, je pense que Google et Facebook sont devenus des "frenemies plus amicaux" ou des "amis flexibles".

Cette entrevue a également été l'occasion pour Sorrell de pointer du doigt Facebook et la récente polémique autour des pubs ciblées antisémites.

"En tant que juif, est-ce que j'aime le fait que Facebook permette de faire du ciblage publicitaire auprès de personnes antisémites?" a-t-il commenté.

Version originale: Tanya Dua/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : WPP a dégringolé en Bourse après avoir annoncé des prévisions décevantes pour 2017

Se faire envelopper dans du chocolat peut être bon pour la peau — on l'a testé pour vous