Il existe une mesure simple qui pourrait pousser les touristes à dépenser plus en France

Souvenirs de mini tours Eiffel devant la Tour Eiffel. Pixabay/thomasstaub

  • La France est la première destination touristique mondiale, mais n'est qu'à la troisième place en terme de recettes touristiques.
  • Pour faire monter le panier moyen, le Comité interministériel du tourisme a annoncé la baisse du minimum de 175 euros d'achat nécessaire pour obtenir le remboursement de la TVA des produits achetés par les touristes non-européens.
  • Le gouvernement envisage également d'autres mesures pour maximiser les recettes liées au tourisme notamment lors des prochaines grandes compétitions sportives.

Le constat est le même chaque année. Si la France est la première destination touristique mondiale, elle n'est pas la première en terme de recettes liées au tourisme.

Longtemps cinquième, elle est remontée en 2017 — à la faveur d'un changement de mode de calcul — à la troisième place avec 54 milliards d'euros de recettes (+9% par rapport à 2016), selon les estimations de la Banque de France.

Autrement dit, le pays accueille un grand nombre de visiteurs, 87 millions en 2017, mais ils ne dépensent pas beaucoup lors de leur séjour et le gouvernement aimerait bien que cela change. 

Le 3e Comité interministériel du tourisme, réuni ce jeudi 19 juillet à Matignon, a fait le point sur l'attractivité du pays et notamment sur "les dispositions en faveur du shopping pour augmenter les dépenses des touristes", notamment à l'occasion des prochains grands événements sportifs (coupe du monde de rugby, JO 2024...).

Abaisser le seuil de détaxe

Le magasin Galeries Lafayette à Paris boulevard Haussman. Pixabay/Susbany

Lors de ce comité, le gouvernement a pris un engagement tout simple pour faire augmenter le panier moyen des touristes, celui "de baisser drastiquement avant la fin du quinquennat le seuil de détaxe, fixé aujourd’hui à 175 euros, pour le faire passer au niveau de ceux de nos principaux concurrents européens", lit-on dans le rapport du comité.

Aujourd'hui, le système de détaxe permet de récupérer la TVA sur certains achats achetés le même jour dans le même magasin pour un montant de plus de 175 euros.

Mais la plupart des autres pays européens sont en effet en deçà de ce seuil de 175 euros. Si l'Espagne (150 euros) et l'Italie (155 euros) sont assez proches, ce seuil descend à 100 euros à Malte, 50 euros en Belgique et même 25 euros en Allemagne. 

Le Premier ministre n'a pas précisé à combien il voulait placer le curseur, mais il prévoit donc de le "baisser drastiquement".

L'idée est de permettre aux touristes de profiter de la détaxe même pour des "petits" achats, ce qui pourrait les inciter dépenser plus.

Dans le même temps, le parcours des voyageurs pour détaxer leurs achats dans les aéroports parisiens sera entièrement revu. Les groupes auront un espace dédié dans la zone publique, mais les individuels pourront dédouaner dans la zone internationale dès l'an prochain et en 2020 de nouveaux guichets automates viendront compléter les guichets physiques de remboursement.

En 2017, un volume de 6,6 milliards d'euros de produits ont été détaxés, donnant lieu à un remboursement de la TVA à hauteur de 1,1 milliard d'euros.

Le gouvernement mise également sur l'effet Brexit. "Lors de la sortie définitive du Royaume-Uni de l’Union européenne, les Britanniques pourront bénéficier de ce régime fiscal."

Maximiser les recettes lors des J.O.

Démonstration de plongeon depuis le pont Alexandre III lors des Journées Olympiques à Paris le 23 juin 2017. Wikimedia commons/Arthur Crbz

Pour maximiser les recettes liées aux grands événements sportifs à venir, le gouvernement compte par ailleurs autoriser pendant les compétitions les commerces situés dans les zones des épreuves à ouvrir le dimanche. 

Il veut aussi connecter les billetteries touristiques et sportives pour faire en sorte que "quand un spectateur veut acheter un billet dans une grande compétition, il lui soit proposé un hébergement et un pack touristique". Un billet pour une épreuve sportive pourrait aussi servir pour entrer dans un musée ou prendre un bus, ce qui pourrait rallonger les durées de séjour.

Aujourd'hui, le secteur touristique représente plus de 7% du PIB et deux millions d'emplois directs et indirects, et l'ambition du gouvernement est d'atteindre les 100 millions de touristes annuels en 2020, ce qui permettrait de créer 300.000 emplois supplémentaires.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Aéroports de Paris a investi dans la reconnaissance faciale pour éviter les longues attentes — mais c'est en amont que ça va coincer

VIDEO: Ce pont de verre en Chine était le plus haut et le plus long du monde — voici pourquoi il a fermé