Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La RATP a une méthode simple pour chiper des contrats à la SNCF — et ça pourrait lui rapporter 100 M€ en 2019

La RATP a une méthode simple pour chiper des contrats à la SNCF — et ça pourrait lui rapporter 100 M€ en 2019
© Wikimedia commons/ Kergourlay

RATP Dev, filiale de la RATP, ne cache pas ses ambitions. La société spécialiste de l'exploitation de réseaux de transport en commun en France et à l'étranger travaille à augmenter son chiffre d'affaires d'un milliard en quatre ans, pour passer de 1,2 à 2,2 milliards d'euros.

La filiale de la RATP est pourtant le petit poucet des mastondontes français en la matière. La France compte en effet deux grandes entreprises qui se partagent l'exploitation de très nombreux réseaux de transport en commun dans le monde entier.

Il s'agit de Keolis, filiale de la SNCF à 70% et de la Caisse des dépôts du Québec à 30%, et de Transdev, filiale de la Caisse des dépôts française à 70% et de Veolia à 30%.

Keolis a réalisé un chiffre d'affaires de 5,4 milliards d'euros en 2017 tandis que Transdev affiche 6,6 milliards d'euros, bien loin devant la filiale de la RATP. Mais les deux leaders doivent composer avec cette dernière depuis quelques années et vont devoir le faire de plus en plus.

Après avoir raflé les transport publics de Vannes à Transdev en 2017, RATP Dev est candidate à l'exploitation des transports de Brest, opérés par Keolis — un marché à 40 millions d'euros.

D'après les calculs du journal Le Monde, en 2019, plus de 100 millions de contrats pourraient être gagnés par RATP Dev au détriment de ses deux grands concurrents.

Pour expliquer comment RATP Dev a remporté ces contrats et projette d'en gagner d'autres à l'avenir, un cadre de l'entreprise a expliqué au Monde la méthode employée.

Et elle apparaît plutôt simple:

Il faut éviter de se disperser en répondant à tous les appels d'offre et au contraire prendre le temps de bien sélectionner ses cibles.

"Nous n'allons pas investir du temps et de l'argent là où nous savons qu'il est presque impossible de gagner le marché. De cette manière, nous avons emporté la moitié des appels d'offres auxquels nous avons concouru."

Cette compétition entre les opérateurs français ne doit pas faire oublier tout de même qu'ils savent travailler main dans la main dans certains cas. Ainsi, Keolis et RATP Dev sont partenaires pour l'exploitation du métro de Doha —contrat de 20 ans estimé à 3 milliards d'euros— et ont présenté une candidature commune pour opérer le futur CDG Express à Paris.

Découvrir plus d'articles sur :