L'ex-maire de New York dit que la position anti-écologie de Trump n'est pas un obstacle pour lutter contre le réchauffement climatique

De gauche à droite: le maire de Los Angeles Eric Garcetti, la maire de Paris Anne Hidalgo et l'ex-maire de New York Michael Bloomberg lors d'un sommet du C40 sur le climat, à Paris, le 23 octobre 2017. REUTERS/Charles Platiau

L’ex-maire de New York Michael Bloomberg était à Paris, cette semaine, pour assister au C40, un sommet qui réunit les représentants des 86 métropoles mobilisées contre le réchauffement climatique.

A cette occasion, Michael Bloomberg, qui avait un temp envisagé de se lancer dans la présidentielle américaine, a commenté la position anti-écologie de Donald Trump qui a décidé de retirer les Etats-Unis de l'accord de Paris sur le climat.

Dans une interview accordée à Europe 1, l'homme d'affaires à la tête de la fondation Bloomberg Philantropies a déclaré que celle-ci ne constitue pas un obstacle pour lutter contre le réchauffement climatique: 

"Tous les progrès qui seront réalisés, notamment dans le cadre de la Cop 21, seront bien réalisés, mais cela n'aura rien à voir avec ce que fait Trump. Nous y arriverons par d'autres moyens!"

Michael Bloomberg a poursuivi en disant: 

"Ce qu’il fait [ndlr: Trump] n'arrange pas les choses, mais ça ne va pas nous gêner tant que ça. J'aurais préféré qu'il change de politique, qu'il vire sa cuti et devienne écologiste, mais bon… la probabilité est faible."

Rappelant que "le taux de fermeture des centrales thermiques est plus élevé depuis l'élection de Trump qu'avant", l'ex-maire de New York a affirmé qu'en matière d'environnement, beaucoup de choses échappent au gouvernement fédéral et qu'elles sont plutôt entre les mains des patrons dans le secteur de l'énergie: 

"Le gouvernement central n'est pas lié à tout cela, c'est l'économie, du fait que le gaz de schiste coûte moins cher et est moins polluant, mais aussi les énergies renouvelables […] qui deviennent chaque jour de plus en plus efficaces et de moins en moins chers".

Au micro d'Europe 1, le magnat des médias et ancien homme politique a taclé le président Donald Trump en disant:

"J'ai déjà dit, le plus poliment possible, qu'à mon sens, il y avait des gens mieux placés pour le poste. Pour autant que je sache, ça n'est pas quelqu'un de très instruit, il ne sait pas gérer les gens et il est mal entouré."

La décision de Donald Trump de se retirer de l'accord de Paris sur le climat avait été vivement critiquée au niveau international mais aussi au niveau national par les dirigeants de la tech par exemple. Les Etats-Unis sont le deuxième pays le plus pollueur de la planète, avec 15% des émissions mondiales (responsables en grande partie du réchauffement climatique), derrière la Chine (29%).

Les Etats-Unis sont, avec la Syrie, le seul pays n'ayant pas signé l'Accord de Paris sur le climat, après que le Nicaragua vient de signer comme prévu.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le PDG de L'Oréal dit que la transformation digitale d'une entreprise fonctionne quand elle ne vient pas d'en haut

VIDEO: La carte du monde la plus connue est très trompeuse