Publicité

Michael Burry, la star de Wall Street, quitte encore Twitter après avoir prédit un krach historique

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Michael Burry n'était pas fan de l'intervention du gouvernement américain quand il a sauvé les banques. © Jim Spellman/WireImage
Publicité

Michael Burry a supprimé son compte Twitter lundi 21 juin après avoir tiré la sonnette d'alarme quant à une bulle colossale des prix des actifs financiers et prédit le pire krach de l'Histoire. L'investisseur connu pour "The Big Short" n'est revenu sur Twitter que la semaine dernière après avoir supprimé son compte début avril. Pendant son bref retour sur la plateforme, ses tweets allaient de conseils d'investissement à des paroles de chansons. Et il a également commenté les cryptomonnaies, les actions, l'inflation et les sauvetages gouvernementaux.

"La plus grande bulle spéculative de tous les temps en tous points" : telle était sa description de l'état des marchés la semaine dernière. "Tout ce que la hype/spéculation fait, c'est attirer les détaillants avant la mère de tous les krachs", a-t-il tweeté quelques jours plus tard. Dans des tweets aujourd'hui supprimés, le patron du fonds Scion Asset Management mettait en garde contre la surévaluation du bitcoin et la dangereuse frénésie d'emprunts qui a alimenté le boom de la cryptomonnaie.

Il a également décrit la Réserve fédérale comme un "monstre malavisé" qui se concentre sur la prévention des baisses de marché. En outre, il a souligné que les articles d'actualité sur les pénuries d'approvisionnement et la thésaurisation étaient la preuve d'une menace d'inflation croissante.

À lire aussi — Michael Burry, l'oracle de Wall Street, prédit l’effondrement des cryptomonnaies

Quelques tuyaux aux investisseurs du dimanche

Michael Burry a également donné quelques conseils aux investisseurs. "Analysez, pensez de manière indépendante, soyez informés, trouvez les données, et vous saurez beaucoup de choses que personne d'autre ne sait", a-t-il tweeté. Le gestionnaire de fonds a souligné l'opportunité d'identifier les actions que les institutions ne peuvent pas détenir actuellement en raison de leur taille, de leur clientèle ou des réglementations fédérales, mais pour lesquelles il existe une possibilité de détention future.

Michael Burry a révélé qu'il n'était pas un fan de l'intervention du gouvernement américain pour sauver les banques et les assureurs pendant la crise financière. "J'ai aussi détesté les sauvetages", a-t-il tweeté, ajoutant qu'il aurait fallu laisser AIG et Goldman Sachs s'effondrer. Il est à noter que l'investisseur n'est pas aussi pessimiste que l'on pourrait croire à l'égard des actions des magnats de la tech. Il a tweeté que les récentes hausses du cours des actions d'Alphabet, la société-mère de Google, et de Facebook étaient "pour de très bonnes raisons qui dépassent complètement mon dégoût personnel".

Dans le même temps, l'un des followers de Michael Burry lui a demandé s'il avait été approché pour faire un nouveau film, vraisemblablement sur le boom des actions mèmes cette année. "Croyez-le ou non, oui", a-t-il tweeté en réponse. Michael Burry est surtout connu pour son rôle principal dans "The Big Short", un livre de Michael Lewis qui relate son pari à un milliard de dollars contre la bulle immobilière américaine au milieu des années 2000. Le gestionnaire de fonds était incarné par Christian Bale dans l'adaptation cinématographique.

Le chef de Scion a préparé le terrain pour la vente à découvert de GameStop en janvier en investissant dans le détaillant de jeux vidéo dès 2019 et en soulignant le potentiel inexploité de la société dans plusieurs lettres adressées à ses patrons.

Version originale : Theron Mohamed/Insider

À lire aussi — La star des investisseurs Michael Burry se paye encore Elon Musk en soutenant un rival de SpaceX

Découvrir plus d'articles sur :