Publicité

Microsoft a breveté un chatbot qui pourrait reproduire un être cher décédé ou une célébrité

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Microsoft a breveté un chatbot qui pourrait reproduire un être cher décédé ou une célébrité
Une femme passe devant un magasin Microsoft sur la 5e avenue, à New York. © John Nacion/SOPA Images/LightRocket via Getty Images
Publicité

Microsoft a déposé un brevet digne de la science-fiction pour lancer un chatbot qui pourrait reproduire la personnalité d'une personne. Selon des documents de l'Office américain des brevets et des marques, le chatbot serait créé à partir d'informations qui pourraient être facilement recueillies sur les réseaux sociaux — images, données vocales, informations comportementales, messages. Il pourrait même prendre une présence physique, comme le montrent les documents, qui comprennent des plans en deux et trois dimensions de personnes recueillies par le biais de photos et de vidéos de l'individu.

Bien que le brevet de Microsoft ne dise pas spécifiquement que le produit serait utilisé pour ramener à la vie des personnes décédées par voie numérique, le plan utilise des proches décédés comme exemple de la manière dont le chatbot pourrait être mis en œuvre pour recréer et imiter des individus du monde réel. "La personne peut correspondre avec une entité passée ou présente (ou une version de celle-ci), telle qu'un ami, un parent, une connaissance, une célébrité, un personnage fictif, un personnage historique, une entité aléatoire, etc", peut-on lire dans le brevet.

A lire aussi — Elon Musk : 'Les gens devraient se demander si ce n'est pas leur téléphone qui les possède'

Quand la nouvelle du brevet de Microsoft a fait son apparition sur les réseaux sociaux, les utilisateurs l'ont comparée à un épisode de "Black Mirror", intitulé "Be Right Back" ("Bientôt de retour"), qui suit un personnage ramenant un être cher d'entre les morts après un accident de voiture en utilisant une technologie similaire. Comme la plupart des épisodes de la série britannique, l'histoire prend une tournure sombre lorsque le personnage réalise que l'IA ne lui ramène pas vraiment son proche décédé.

Le brevet a été déposé en 2017, mais approuvé en décembre. Tim O'Brien, directeur général des programmes d'IA chez Microsoft, a répondu aux tweets inquiets concernant le brevet, disant qu'il examinait le brevet, bien qu'il ne soit pas au courant de projets pour le mener à bien.

A lire aussi — Tout ce qu'il faut savoir sur la puce cérébrale de Neuralink et la démo d'Elon Musk

L'utilisation de la ressemblance ou de la personnalité d'une autre personne pourrait également provoquer des batailles juridiques intéressantes si elle était mise en œuvre. Dans la plupart des États, un individu peut être poursuivi pour avoir utilisé la ressemblance, le nom ou les attributs personnels d'une autre personne à des "fins d'exploitation" sans la permission de l'individu, selon le Digital Media Law Project.

L'utilisation de la ressemblance d'une personne décédée peut elle aussi causer des problèmes juridiques. Aux États-Unis, 23 États reconnaissent les droits post-mortem, qui permettent à une personne décédée de bénéficier d'une protection de 10 à 100 ans contre l'utilisation non autorisée de son identité — y compris son nom, sa voix, son image et sa ressemblance — à des fins lucratives.

Il n'est pas rare que le portrait d'une personne soit utilisé sans son consentement. Par exemple, un individu peut être légalement photographié en public sans son consentement. De même, de nombreuses célébrités à Hollywood ont continué à être représentées dans les médias sans leur consentement, même après leur mort. En 2019, une société de production a fait revenir James Dean sous forme numérique, en utilisant des séquences et des photos existantes pour recréer l'acteur par le biais de l'image de synthèse pour le film de guerre "Finding Jack".

Version originale : Grace Kay/Business Insider

A lire aussi — Elon Musk met en garde ceux qui pensent que l'IA ne pourra pas être plus intelligente qu'eux

Découvrir plus d'articles sur :