Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

La division Windows de Microsoft est revigorée et prouve que le PC et la Xbox ne sont pas morts

La division Windows de Microsoft est revigorée et prouve que le PC et la Xbox ne sont pas morts
© AP
  • Microsoft a publié de solides bénéfices trimestriels, jeudi 26 avril — dont la surprenante performance du segment More Personal Computing qui progresse de plus de 13% sur un an.
  • Ce segment englobe Windows, Xbox et Surface, toutes les parts de marché que Wall Street considérait comme secondaires au marché florissant du cloud computing de Microsoft.
  • Ces résultats prouvent que la vie continue dans ces segments, éclipsant partiellement les craintes de voir Microsoft sortir du domaine la technologie grand public.
  • Un important moteur de croissance: les ventes de jeux Xbox tiers.

Quand Microsoft a publié de solides résultats trimestriels jeudi, les analystes de Wall Street étaient satisfaits par la croissance continue de son activité de cloud computing.

Mais une surprise était dissimulée dans les résultats. Après des années de stagnation, le segment More Personal Computing a affiché une croissance de 13% par rapport à la même période de l'année 2017, à plus de 9,9 milliards de dollars de chiffre d'affaires.

Pour mémoire, le segment englobe le système d'exploitation Windows, la gamme de produits Surface, l'activité jeux vidéo Xbox, ainsi que le moteur de recherche Bing.

Alors que le marché des PC décline continuellement, que les ventes de la PlayStation 4 de Sony battent celles de la console Xbox One, et que Google domine toujours les moteurs de recherche, le segment More Personal Computing était jusqu'ici considéré, au mieux, comme secondaire par les analystes de Wall Street, à côté du marché du cloud de Microsoft, toujours encore en expansion.

En pourtant, il y a clairement encore du potentiel dans ce segment. Ces nouveaux résultats réfutent en partie les inquiétudes des fans de Microsoft, qui pensaient que la société s'apprêtait à enterrer sa gamme Surface et se retirer entièrement du hardware grand public.

Les jeux de tiers à la rescousse

Microsoft lui-même attribue la force du segment More Personal Computing à différents facteurs.

Le premier vient du fait que la plupart des entreprises ont toujours besoin de PC, et de plus en plus se tournent vers Windows 10. Microsoft a dit que le chiffre d'affaires des ventes des licences Windows 10 Pro aux fabricants de Windows avaient augmenté de 11% par rapport sur un an, et de 21% pour ceux provenant des licences Windows 10 pluriannuelles et des services de cloud computing. Notons toutefois que les bénéfices des licences Windows 10 domestiques ont chuté de 8%.

Ensuite, le chiffre d'affaires du jeux vidéo progresse de 18% sur un an, à environ 2,2 milliards de dollars. Une partie de cette croissance provient de services, comme le concurrent de la plateforme de gaming Twitch, Mixer, et de son offre illimitée de jeux à la demande, Xbox Game Pass. Mais Microsoft dit que le véritable moteur de cette croissance est Xbox software and services, qui progresse de 24% par rapport à la même période en 2017, "principalement grâce à la solidité des tiers".

C'est particulièrement intéressant dans la mesure où une critique récurrente de la Xbox One est que Microsoft n'édite pas assez de titres exclusifs pour cette console — donnant peu de raisons aux joueurs de la préférer à ses rivaux, Sony Playstation 4 et Nintendo Switch. Or, Microsoft est en train de dire que les jeux provenant d'autres éditeurs suffisaient à soutenir les recettes de Xbox.

Enfin, Microsoft annonce que les recettes de ses ordinateurs Surface ont augmenté de 32% par rapport à l'année précédente, atteignant près de 1,1 milliard de dollars. C'est de bon augure pour Microsoft, alors que la croissance de sa gamme Surface stagnait durant le dernier trimestre de 2017, renforçant l'idée que ce segment allait fermer.

Il reste un trimestre avant la clôture de l'exercice fiscal décalé de Microsoft, et il reste à voir si cette croissance est le signe que d'autres choses à venir, ou si ce n'est qu'un rebond isolé alors que la société continue de tout miser sur le cloud.

Une chose est sûre: dans la mesure où les activités smartphones de Microsoft ont quasiment disparu, c'est une chose en moins qui pèse sur ses comptes.

Version originale: Matt Weinberger/Business Insider

Découvrir plus d'articles sur :