Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Microsoft verse des primes à ses salariés pour que l'appli Teams l'emporte sur Zoom et WebEx

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Microsoft verse des primes à ses salariés pour que l'appli Teams l'emporte sur Zoom et WebEx
© Omar Marques/SOPA Images/LightRocket via Getty Images

Selon un document interne consulté par Business Insider US, Microsoft accorde des bonus à certains employés en fonction de leur contribution à la "victoire contre Zoom et WebEx pour les réunions". Ce document donne un aperçu des nombreux concurrents de l'entreprise qu'elle considère comme les plus directs de son application Teams. Microsoft structure la rémunération de manière à ce que les employés reçoivent des incitations en fonction de la réalisation de leurs "priorités essentielles".

Les priorités fondamentales sont spécifiques à chaque poste, et Microsoft mesure si un employé les a atteint à l'aide d'"indicateurs critiques de succès". Selon le document, la priorité principale d'un poste lié au cloud est, par exemple, de "créer de la valeur pour le client en accélérant la consommation/l'utilisation du cloud, la prise en charge et les ventes incitatives — stimuler l'utilisation active mensuelle (MAU) lors des réunions sur Teams, de la plateforme et des applications de Teams". Microsoft a refusé de commenter ces informations.

À lire aussi — Amazon accusé par Bruxelles d'enfreindre les règles européennes de concurrence

Teams est le logiciel de chat et de vidéoconférence de Microsoft. Il est devenu de plus en plus important pour l'entreprise, en concurrence avec des applications de vidéoconférence et de messagerie comme Slack, Zoom et Google Meet, bien que le document semble suggérer que Zoom et WebEx sont perçus comme les principaux rivaux en matière de réunions.

Selon le document, le principal indicateur critique de succès de Microsoft concernant ce rôle particulier est : "permettre à votre équipe de rencontrer le succès et la valeur de vos clients grâce à des scénarios de travail à distance et de continuité des activités. Gagnez contre Zoom et WebEx pour les réunions, faites de Teams la plate-forme de travail des entreprises et œuvrez pour que Teams accélère partout la consommation et atteigne ses objectifs en vous concentrant sur Teams Meetings MAU et la plate-forme et les applications sur Teams MAU".

La pandémie a provoqué une forte augmentation de l'utilisation de Teams, qui est passée de 44 millions d'utilisateurs actifs quotidiens à la mi-mars à 115 millions à fin octobre. Microsoft ne dévoile pas le chiffre d'affaires de Teams, mais l'ensemble du segment d'activité qui comprend Teams — plus les produits Office pour les entreprises et les clients, le chiffre d'affaires de LinkedIn, les produits Dynamics et les services de cloud computing — a atteint 12,3 milliards de dollars de ventes au cours du dernier trimestre, soit une hausse de 11% par rapport à l'année précédente.

Microsoft a récemment montré l'importance croissante de Teams pour l'entreprise lorsque son conseil d'administration a modifié la façon dont il attribue des actions en bonus aux cadres afin de donner la priorité au gain d'un plus grand nombre d'utilisateurs actifs mensuels de Teams, signalant "l'accent mis sur le produit aux plus hauts niveaux de l'entreprise", selon Alex Zukin, analyste de RBC Capital Markets.

Slack, propriétaire de sa propre application de messagerie professionnelle, a déposé cet été une plainte antitrust contre Microsoft auprès de la Commission européenne, alléguant que l'entreprise fondée par Bill Gates nuit à la concurrence en regroupant Teams dans sa suite de produits, en l'installant par défaut et en rendant sa suppression difficile. Microsoft a répondu en expliquant que, selon lui, Teams se concentre sur les échanges vocaux et vidéo, qui font défaut à Slack, davantage basé sur les discussions écrites.

"Nous avons créé Teams pour combiner la capacité de travailler avec la capacité de se connecter par vidéo, parce que c'est ce que les gens veulent", a précisé Microsoft dans une déclaration au sujet de la plainte antitrust de Slack, en précisant que "Slack a souffert de son absence de vidéoconférence".

Microsoft ne mentionne ni Zoom ni Slack dans ses récents dépôts de documents aux autorités financières, mais cite le propriétaire de WebEx, Cisco, comme une société comparable dans son dernier proxy.

Version originale : Ashley Stewart/ Business Insider

À lire aussi — Le site WindowSwap vous fait voyager virtuellement en partageant la fenêtre d'utilisateurs du monde entier

Découvrir plus d'articles sur :