Dallas, Texas, U.S., 1er novembre 2018. REUTERS/Mike Segar

  • Les Américains se rendent aux urnes pour des élections de mi-mandat le 6 novembre 2018.
  • Deux ans après avoir été élu président des Etats-Unis, Donald Trump joue sa candidature en 2020 ou risque une destitution si les démocrates sortent renforcés du scrutin.
  • Comment fonctionnent les midterms? Quelles sont les personnalités à suivre? Quelles thèmes ont été abordés pendant la campagne? On vous explique tout, simplement. 

"A voté. #vote". Depuis quelques jours, ce type de statut apparaît de plus en plus sur les fils Facebook d'internautes américains. C'est le signe que les midterms, les élections de mi-mandat, approchent. 

Mardi 6 novembre, deux ans après avoir porté Donald Trump au pouvoir, les Américains voteront pour décider qui va contrôler le Congrès pour les deux années à venir. Mais le scrutin est devenu aussi un référendum sur la personne de Donald Trump. 

Comment ça marche, pourquoi c'est important, qui peut gagner, quelles conséquences pour Trump, quels thèmes de campagne... — voici ce qu'il faut savoir sur les midterms:

Midterms, comment ça marche?

Des électeurs arrivent au bureau de vote pour voter par anticipation à Athens, dans l'Etat de Géorgie, le 26 octobre 2018. REUTERS/Lawrence Bryant

Les élections de mi-mandat se tiennent au milieu du mandat du président des Etats-Unis, qui est de quatre ans — d'où leur nom de "midterms". A cette occasion, l'ensemble des 435 sièges de la Chambre des représentants est renouvelé, ainsi que 35 des 100 sièges de sénateurs, et les gouverneurs de 36 Etats.

Ces élections coïncident aussi par endroits avec des élections municipales ou d'autres mandats locaux, ainsi que diverses initiatives citoyennes. 

Les midterms 2018 se tiennent mardi 6 novembre.

De très nombreux Etats permettent de voter quelques jours voire semaines avant le jour de l'élection, par correspondance ou dans des bureaux de vote déjà ouverts. Ce qui explique pourquoi des Américains s'affichent déjà sur les réseaux sociaux pour dire qu'ils ont voté.

Pourquoi les midterms sont importantes? 

"Make history": entrer dans l'histoire, c'est l'enjeu pour cette supportrice de Stacey Abrams, candidate démocrate au poste de gouverneur de Géorgie. REUTERS/Lawrence Bryant

De manière générale, pour le président des Etats-Unis, perdre la majorité aux midterms peut le gêner pour appliquer le programme pour lequel il a été élu deux ans plus tôt. 

Pour Donald Trump, qui réunit un peu plus de 40% d'opinions favorables, l'enjeu est aussi sa candidature à un deuxième mandat, en 2020. 

Midterms 2018: qui peut gagner?

Les démocrates, qui ont même mobilisé Barack Obama pendant la campagne, ont bon espoir de remporter la Chambre des représentants. REUTERS/Sara Stathas

Enquêtes d'opinions et analystes financiers s'accordent sur le fait que les démocrates pourraient reprendre le contrôle de la Chambre des représentants, alors que les républicains conserveront le Sénat (sur les 35 sièges en jeu, seuls 9 sont tenus par des républicains). Autrement dit, on aura un Congrès divisé.

"Malgré cette tendance forte, l'élection inattendue de Donald Trump en novembre 2016 incite nombre d'observateurs à la prudence tant certaines circonscriptions sont disputées notamment dans les Etats que le candidat républicain a conquis il y a deux ans", rappelle Reuters. 

La clé de ce scrutin pourrait être la participation, d'ordinaire plus faible aux midterms qu'à la présidentielle, mais qui pourrait être élevée cette année, la polarisation des camps ayant poussé à une mobilisation plus forte. 

Quelles conséquences pour Donald Trump?

Le président des Etats-Unis Donald Trump en campagne à Estero, Floride, 31 octobre 2018. REUTERS/Carlos Barria

"Ces élections de mi-mandat vont ouvrir une période de deux ans au cours de laquelle, en cas de victoire démocrate à la Chambre des représentants, se posera la question de la destitution ou non du président américain", résume sobrement Reuters.

Si les Démocrates l'emportent, les enquêtes sur les affaires auxquelles Donald Trump et/ou son entourage sont mêlés pourraient reprendre de plus belle. Le  procureur spécial Robert Mueller enquête ainsi toujours sur l'ingérence russe dans la présidentielle de 2016 et sur une éventuelle collusion de la campagne Trump avec la Russie.

Quels sont les Etats à surveiller?

Beto O'Rourke (g.) face à Ted Cruz (dr.) à San Antonio, Texas, 16 octobre 2018. Tom Reel/San Antonio Express-News/Pool via REUTERS

Texas. Où le sénateur républicain Ted Cruz, soutenu par Donald Trump après avoir été amplement moqué pendant les primaires en 2016, est défié par Beto O'Rourke, "étoile montante" du parti démocrate

Ohio, Wisconsin, Pennsylvanie et Michigan. Des Etats importants en raison de leur poids dans le collège électoral, qui ont basculé en 2016, et pourraient pivoter de nouveau.  Le parti qui les contrôle met plus de chances de son côté en 2020, lors des prochaines élections présidentielles. 

Quelles sont les personnalités à suivre?

La candidate démocrate Alexandria Ocasio-Cortez lors d'un rassemblement dans le Bronx, New York, 1er novembre 2018. REUTERS/Jeenah Moon

Les élections de mi-mandat sont l'occasion de découvrir de nouvelles figures qui pourraient jouer un rôle lors des prochaines présidentielles. Le scrutin 2018 est aussi marqué par un record de diversité dans les candidatures, souligne le New York Times. Voici des noms à retenir:

Stacey Abrams, 44 ans, démocrate, en Géorgie. Candidate au poste de gouverneur, elle pourrait devenir la première femme noire gouverneur des Etats-Unis.

Brian Ewans, 48 ans, républicain, à Hawaï. Ancien crooner, ancien démocrate, gay, il convoite le siège de l'élue démocrate sortante Tulsi Gabbard.

Andrew Gillum, 39 ans, démocrate, en Floride. Démocrate, candidat au poste de gouverneur, il pourrait en cas de succès jouer un rôle en 2020.

Deb Haaland, 57 ans, démocrate, au Nouveau-Mexique. Elle pourrait devenir la première "Native American" à siéger au niveau national

Josh Hawley, 39 ans, candidat républicain dans le Missouri dont il est procureur général. Il défie la sénatrice sortante démocrate Claire McCaskill.

Paulette Jordan, 38 ans, démocrate, candidate pour être gouverneur en Idaho, pourrait devenir la première femme amérindienne gouverneur des Etats-Unis.

Alexandria Ocasio-Cortez, 29 ans, démocrate, à New York, est sur le point de devenir la plus jeune élue de l'histoire de la Chambre des représentants.

Ilhan Omar, 36 ans, dans le Minnesota ou Rachida Tlaib, 42 ans, dans le Michigan pourraient l'une ou l'autre devenir la première femme musulmane à la Chambre des représentants. Toutes deux sont démocrates. 

Beto O'Rourke, 46 ans, démocrate, au Texas. Candidat démocrate dans un Etat qui n'a pas connu de sénateur démocrate depuis 1988. Menace assez Ted Cruz pour que Donald Trump descende lui apporter son soutien en personne.

Quels thèmes ont marqué la campagne?

La caravane de migrants d'Amérique centrale en route vers les Etats-Unis a apporté de l'eau au moulin de Donald Trump. REUTERS/Carlos Garcia Rawlins

Au début de la campagne, les démocrates ont surtout joué sur les avantages de l'assurance-maladie prévues par l'Obamacare, que les républicains menacent de la supprimer, tandis que les républicains s'appuyaient sur la bonne santé économique du pays.

Mais Donald Trump s'en est mêlé et a appliqué la même recette de 2016 — diviser l'Amérique. Place à la dénonciation de l'immigration, la critique des élites et des médias, les questions liées à la famille et à la religion, cristallisées par la confirmation à la Cour suprême du juge conservateur Brett Kavanaugh, et, tout récemment, la remise en cause de la règle du droit du sol pour la nationalité américaine.

Y a-t-il eu des fake news comme en 2016?

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, a tiré les leçons de 2016. REUTERS/Charles Platiau

Echaudés par la débâcle des présidentielles américaines de 2016, Facebook et Twitter ont pris des mesures pour limiter l'ingérence de forces extérieures pendant les midterms. Facebook a ainsi supprimé des centaines de pages et monté une équipe dédiée tandis que Twitter a exposé des milliers de comptes affiliés à la Russie ou l'Iran. 

Néanmoins, la manipulation de publicités politiques reste possible: des journalistes de Vice News ont usurpé l'identité de 100 sénateurs pour publier des pubs sur Facebook... et ont réussi, ont-ils révélé fin octobre.

Quels sont les enjeux politiques? 

Andrew Gillum est un des espoirs du parti démocrate américain. Suivra-t-il les traces de Barack Obama ? REUTERS/Joe Skipper

Pour Donald Trump: briguer un nouveau mandat en 2020 après avoir obtenu validation de sa politique dans les urnes. C'est pourquoi il a couru les meetings électoraux ces dernières semaines.

Pour les démocrates: leur avenir politique. S'ils échouent à prendre la Chambre des représentants, ce sera difficile pour eux de peser sur quelque décision politique que ce soit, explique une stratège démocrate à la radio publique NPR. S'ils réusissent, il faudra infléchir la politique du président voire décider qui prendra la relève. Si une nouvelle génération est en train de marquer des points, les caciques septuagénaires du parti s'accrochent. Le Monde rapporte ainsi que Joe Biden, 75 ans, vice-président sous Barack Obama, n'écarte pas de se présenter et arpente Michigan et Pennsylvanie en conséquence.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Facebook a détecté une campagne coordonnée pour influencer une nouvelle élection américaine en 2018

VIDEO: Voici une petite astuce pour être en sécurité si vous voyagez seul(e) à l'étranger