Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Miel, bière, fromage... Voici ce qui va changer sur l'étiquette de ces produits


© Business Insider France/Claire Sicard

Vous allez bientôt pouvoir mieux comprendre ce que vous mangez, et notamment trouver des étiquettes plus lisibles sur certains produits alimentaires. C'est en tout cas la promesse faite par une proposition de loi portant sur la transparence de l'information des produits agricoles et alimentaires qui vient d'être définitivement adoptée à l'Assemblée nationale le 27 mai 2020. Ces mesures avaient été soumises une première fois aux députés en octobre 2018 dans le cadre de la loi Egalim, mais le Conseil constitutionnel les avaient retoquées à l'époque, estimant qu'elles n'étaient pas en rapport direct avec cette loi.

Après son adoption par le Sénat le 4 mars dernier, la proposition de loi a été votée à l'unanimité fin mai. Le ministre de l'Agriculture, Didier Guillaume, s'en est félicité sur le site internet de son ministère : "C’est une avancée pour tous les Français. L’étiquetage permet de faire le lien entre agriculture et alimentation." Un meilleur étiquetage de l'origine géographique des produits, des informations sur le lieu de production, des éclaircissements sur les dénominations des produits d'origine végétale pour éviter les confusions, les objectifs de ces mesures sont nombreux et variés.

Voici une sélection des mesures phares de cette nouvelle loi pour savoir à quoi vous attendre en tant que consommateur :

L'origine de tous les pays présents dans les mélanges de miels devra être précisée sur l'étiquette

Unsplash/Arwin Neil Baichoo

Pour bien choisir son miel, il faut être attentif aux mentions figurant sur l'étiquette, notamment si on veut connaître son origine géographique. Mais cela relève parfois du véritable casse-tête. La nouvelle loi devrait simplifier les choses : à partir du 1er janvier 2021, l'étiquetage de l'origine géographique des miels et de la gelée royale sera obligatoire. Pour les éventuels mélanges de miels qui proviendraient de plusieurs pays, les étiquettes devront lister tous les pays d'origine du produit, et ce par ordre décroissant d'importance, c'est-à-dire du plus important au moins important.

Les produits à base de protéines d'origine végétale ne pourront plus s'appeler steak, saucisse ou encore filet

Business Insider France/Claire Sicard

Autre mesure phare de cette nouvelle réglementation, la loi va désormais interdire l'emploi des dénominations utilisées pour désigner les aliments d'origine animale — comme par exemple les mots "steak", "saucisse" ou encore "filet", pour décrire, commercialiser ou promouvoir les denrées alimentaires contenant des protéines végétales. Un seuil maximal de ces protéines par produit sera fixé par décret ultérieurement.

Même s'ils ne sont pas affinés sur leur lieu de production, les fromages pourront quand même bénéficier de l'appellation "fromage fermier"

Business Insider France/Claire Sicard

Les fromages "fermiers" devaient jusqu'ici être affinés sur le lieu de production pour bénéficier de cette appellation. Cela pouvait poser problème aux petits producteurs fermiers qui n'avaient pas suffisamment de place ou l'équipement réglementaire nécessaire. Cette nouvelle loi va assouplir la réglementation : l'appellation "fromage fermier" pourra être maintenue, même si l'affinage se fait en dehors de l'exploitation. Il faudra néanmoins respecter le savoir-faire et les usages traditionnels et en informer de manière claire sur l'étiquette le consommateur.

Le nom et l'adresse du producteur devront figurer sur les étiquettes des bières

Business Insider France/Claire Sicard

La mention du nom, ainsi que l’adresse du producteur, deviennent obligatoires sur l’étiquetage des bières produites en France. Jusqu'ici, aucune réglementation n'obligeait les producteurs à indiquer le lieu de brassage de la bière. Comme l'avait précisé Élisabeth Pierre, zythologue, à Business Insider France, "ce n'est pas parce qu'une bière est estampillée locale qu'elle est forcément faite dans cette région, il peut y avoir un flou sur l'origine de la production". Cette nouvelle mesure devrait donc apporter un véritable éclaircissement pour le consommateur.

Au restaurant, l'origine de toutes les viandes et des vins servis au verre devra être précisée

Unsplash/Kelsey Knight

Il n'y a pas que sur les étiquettes que les choses devront être plus claires concernant l'origine des produits. Les restaurants sont eux aussi concernés par la nouvelle loi. Il sera désormais obligatoire d'informer le consommateur sur la provenance des vins vendus au verre, en pichet ou en bouteille dans les restaurants, bars ou autres exploitants d'établissements titulaires d'une licence de début de boissons. Même chose pour les éventuelles dénominations AOP ou IGP des vins.

Pour ce qui est de la restauration hors foyer, qui comprend donc les restaurants, mais également les cantines par exemple, il sera désormais obligatoire d'afficher l'origine des viandes de porcs, de volailles, d'ovins ou de caprins, ou encore des viandes hachées de bœuf. L'obligation d'étiquetage se limite à l'heure actuelle uniquement à la viande bovine.

À lire aussi — Vous pourriez devoir payer plus cher vos boissons gazeuses à cause du coronavirus

Découvrir plus d'articles sur :