Kim Jong un

Kim-Jong Un, le dirigeant de Corée du Nord. KCNA/Handout via REUTERS

La Corée du Nord est un pays très fermé, qui laisse filtrer peu de choses à son sujet. 

On sait toutefois que l'accès à Internet — tel qu'on le connaît — est très limité, seuls les étrangers et l'élite sont autorisés à surfer sur le net.

Le reste de la population a uniquement accès à une version censurée, totalement coupée de l'Internet que nous connaissons. Les sites que l'on peut consulter sont surtout ceux d'institutions nord-coréens.

Un nouveau site web vient ainsi de faire son apparition sur l'internet nord-coréen: le ministère des affaires étrangères du pays dirigé par Kim-Jong Un a récemment ouvert un site officiel, selon le site northkoreatech.org.

Ce site, qui a été apparemment lancé vers le 20 juin dernier et qui est disponible en coréen et en anglais, n'a rien de très excitant. On peut y lire entre autres des communiqués et des déclarations du ministère des affaires étrangères. 

Mais ce qui est intéressant, c'est qu'il a été réalisé sous WordPress, une plateforme de blog et un système de gestion de contenu open source.

Ce choix paraît un peu paradoxal, puisque ce CMS a été créé par des Américains — les deux pays entretiennent des relations plus que tendues — et qu'il est open source, autrement dit que le code source est "ouvert" c'est-à-dire mis à la disposition du grand public et est le résultat d'une collaboration entre programmeurs. 

Jusqu'à présent, la Corée du Nord avait opté pour des solutions "homemade", à l'image de leur propre système d'exploitation appelé Red Star (étoile rouge), qui ressemble tout de même beaucoup aux systèmes d'exploitation que l'on connaît comme l'OS.

A noter toutefois que WordPress est certes le CMS le plus populaire, mais aussi le plus piraté, selon web-only.fr.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Voici comment les Nord-Coréens utilisent les technologies dans leur pays

VIDEO: Voici à quoi ressemble l’Université d’Oxford l’été quand tous les étudiants partent en vacances