Publicité

Monoprix lance des cabines de téléconsultation médicale, les médecins scandalisés

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Monoprix lance des cabines de téléconsultation médicale, les médecins scandalisés
Monoprix a lancé dans deux magasins des espaces santé, comprenant une cabine de téléconsultation pour prendre rdv avec un médecin. © Monoprix
Publicité

Après les salles de réunion au milieu d'un magasin ou le déploiement de stations de vélo, Monoprix a décidé de lancer un nouveau projet au sein de certains points de vente : un espace "santé au quotidien". Dans cette zone d'environ 40 mètres carrés, les clients pourront retrouver plus de 550 références de produits pour améliorer son sommeil, se relaxer, mieux se nourrir, pratiquer une activité physique, mais aussi en lien avec la féminité, la sexualité, le bien vieillir ou encore les enfants. L'enseigne indique que l'origine française des articles, ainsi que les labels bio éventuels, seront privilégiés dans l'offre de produits proposés.

Ces nouveaux espaces se déploient actuellement dans deux magasins Monoprix : porte de Châtillon, à Paris, et à Troyes, dans l'Aube. Ils devraient être développés "dans un grand nombre de magasins (...) dans les prochaines semaines", selon l'enseigne. Outre la vente traditionnelle de produits, Monoprix a souhaité proposer des services dans ses nouveaux espaces santé : les clients pourront ainsi faire un examen de vue gratuit en magasin, avec réception sous 72h d'une ordonnance, choisir une monture sur place et commander des verres à leur vue.

À lire aussi — Monoprix vend des 'objets coquins' dans deux magasins à Paris

Mais la grande nouveauté réside surtout dans la mise à disposition d'une cabine de téléconsultation. En association avec la startup Tessan, Monoprix a installé dans ses nouvelles zones santé une cabine fermée dans laquelle ses clients peuvent, après environ 7 minutes d'attente en moyenne, être mis en relation via la vidéo avec un médecin généraliste, conventionné secteur 1. Le patient s'inscrit grâce à son numéro de Sécurité sociale, en insérant sa carte Vitale dans la machine, et aucune avance de frais n'est demandée. À l'intérieur de la cabine, il pourra également utiliser, sous surveillance du médecin, différents outils pour faciliter le diagnostic : thermomètre, tensiomètre, stéthoscope, etc. Un cabinet médical connecté et individualisé en somme.

Exemple d'une cabine de téléconsultation, sur le site de la startup Tessan. Tessan

'La santé ne doit pas être pratiquée comme un commerce'

Cette nouveauté a fait bondir le conseil national de l'Ordre des médecins qui a réagi lundi via un communiqué de presse indiquant que "la santé ne doit pas être pratiquée comme un commerce". L'organisme précise que "(...) la téléconsultation doit être inscrite dans le parcours de soins coordonnées". Pour eux, « il ne peut être accepté qu’un médecin prenne en charge un patient sans possibilité de procéder à un examen clinique chaque fois que cela est souhaitable ; sans aucun ancrage territorial ni aucune connaissance du tissu sanitaire et médico-social ; sans se préoccuper de son parcours de soins et sans apporter une garantie que la continuité des soins pourra être assurée."

Le communiqué dénonce ainsi « les cabines de téléconsultation ouvertes dans l’enceinte de supermarchés [qui] semblent, dans la promotion qui en a été faite par voie de presse, contrevenir à ces obligations et être portées par des opérateurs de télémédecine, hors parcours de soins ». Le conseil de l'Ordre appelle en outre "le Gouvernement à réagir avec fermeté pour défendre les principes régissant l'organisation des soins en France, et pour protéger l'acte médical au service des patients".

L'enseigne Monoprix a réagi auprès de LSA, media spécialisé : elle expliquer avoir pour pour « objectif principal de faciliter l’accès aux soins ». Le distributeur assure aussi que « ce service de télémédecine n’a absolument pas vocation à se substituer à une consultation 'présentielle' ou à promouvoir un modèle unique dans l’exercice de l’art médical. Celui-ci constitue un outil complémentaire dans le parcours de soin et peut constituer une réponse particulièrement pertinente dans les déserts médicaux et dans les territoires en tension. »

À lire aussi — Monoprix ouvre son premier drive piéton à Paris, découvrez-le en images

Découvrir plus d'articles sur :