Le mouvement des 'Gilets jaunes' a mis 58.000 salariés au chômage technique — et cela va coûter plusieurs dizaines de millions d'euros

Le mouvement des 'Gilets jaunes' a mis 58.000 salariés au chômage technique — et cela va coûter plusieurs dizaines de millions d'euros

Un manifestant vêtu d'un gilet jaune se tient devant la façade de la mairie de Marseille, en France, le 5 janvier 2019. REUTERS/Jean-Paul Pelissier

Dégâts coûteux, manque à gagner important... la facture des "Gilets jaunes" s'alourdit encore avec cette fois les mesures financières concernant le chômage technique. 

Dimanche, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, a annoncé que près de 58.000 salariés ont été mis au chômage technique en raison des manifestations des "Gilets jaunes". "C'est quatre millions d'heures de travail potentiellement perdues", a-t-elle expliqué sur BFMTV, se disant très "inquiète" par l'ampleur du phénomène qui "fragilise" l'emploi.

"Aujourd'hui, c'est clair qu'un certain nombre d'entreprises et donc d'emplois sont menacés", a ajouté Muriel Pénicaud.

Le commerce, la construction, l'industrie et l'artisanat sont les secteurs les plus concernés, 92% des salariés au chômage technique travaillent dans des PME spécialisées dans ces domaines. 

Pour financer les indemnisations liées à ces procédures d'activités partielles (véritable nom du "chômage technique"), l'Etat a déjà engagé 32 millions d'euros.

Le dispositif de chômage technique prévoit une aide aux salariés qui connaissent une réduction de leur temps de travail. Concrètement, ils touchent alors une indemnité d'activité partielle versée par l'employeur. Celui-ci reçoit en contrepartie une allocation cofinancée par l'Etat et l'Unédic.

Depuis le 17 novembre et la première journée de mobilisation des "gilets jaunes", la facture du mouvement ne cesse de grossir. 

Pour Muriel Pénicaud, "l'effet indirect est monstrueux". "On le voit sur l'investissement étranger, sur la confiance à investir, il y a déjà des effets. C'est clair que c'est un effet négatif", a-t-elle ajouté.

De son côté, l'Insee a estimé l'impact du mouvement à 0,1 point de croissance pour le dernier trimestre de 2018.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le mouvement des 'Gilets jaunes' ralentit l'activité du secteur privé — et ça pourrait contrecarrer la politique d'Emmanuel Macron sur 2 sujets

VIDEO: SpaceX va tester sa nouvelle fusée pour la première fois — voici où elle se situe par rapport à ses concurrentes

  1. Martined

    Mais qui va payer tout ça certainement pas vous les gilets jaunes,vous soi.disant qui galèrer vos fins de mois ,mais pour vous déplacer,pour piller pour brûler vous avez de l’argenet ,ex : pour aller à Paris je pense que tous vous y aller à pied ,que vous soyez du Sud du Nord de l.est de l.ouest car l’le gasoil ,l’esseNice ,les trains ,les tgv ,les métros il faut payer ,honte à vous,vous êtes gilets et casseurs à mettre tous dans le même sac ,c’est nous les malheureux petits ouvriers qui vont payer ,que nous on a le courage d’aller bosser ,avec nos impôts,honte à vous,la majeur partie des gilets jaunes ne travaillent pas et profitent du système,RSA ,CMU ,on ne paye pas de cantine etc.....,si vous n’etes Pas contents de vivre en France,dégagez à l’etranager ,et moi je dis un grandiose merci à tous les CRS ,policiers etc.....moi juste honteux d’être Français

Laisser un commentaire