La NASA a publié les premières photos rapprochées d'Ultima Thulé, le corps céleste le plus lointain jamais survolé — et il ressemble à un bonhomme de neige rouge

L'image la plus précise d'Ultima Thulé, prise par la sonde New Horizons de la NASA, le 1er janvier 2019. NASA/Johns Hopkins University Applied Physics Laboratory/Southwest Research Institute/Handout via REUTERS.

  • La sonde de la NASA New Horizons a frôlé le 1er janvier 2018 Ultima Thulé, le corps céleste le plus éloigné de la Terre qu'un engin ait jamais survolé.
  • Au passage, elle a pris une série de photos dont les premières viennent d'être révélées par l'agence spatiale américaine et le laboratoire de physique appliquée de l'université Johns-Hopkins, tous deux à la tête de cette mission lancée en 2006.
  • On découvre qu'Ultima Thulé est composé de deux sphères accolées, ce qui lui donne la forme d'un bonhomme de neige.

L'année 2019 a commencé en beauté dans le domaine spatial, avec le survol par la sonde New Horizons de la NASA d'Ultima Thulé, le corps céleste le plus éloigné de la Terre qu'un engin ait jamais survolé.

Au passage, la sonde américaine a pris une série de premiers clichés qui ont révélé le visage le plus précis que l'on connaît d'Ultima Thulé, rapporte Business Insider US.

La NASA et le laboratoire de physique appliquée de l'université Johns-Hopkins, tous deux à la tête de cette mission lancée en 2006, ont partagé les premières photos rapprochées de ce corps céleste de 32 km de long et de 16 km de large. 

Le responsable de la mission, Alan Stern de la Southwest Research Institute, a alors déclaré: "C'est un bonhomme de neige."

En effet, Ultima Thulé se compose de deux sphères accolées, réunies suite à une collision à très faible vitesse : 

"S'il s'était agi de deux voitures se heurtant dans un parking, vous n'auriez peut-être même pas fait un constat", a déclaré Jeff Moore, responsable géologie de la mission.

La plus grosse sphère s'appelle Ultima et la petite — trois fois plus petite en volume — s'appelle Thulé.

Ces premiers plans serrés donnent un indice sur la couleur de cet astéroïde :

 "On peut dire définitivement qu'Ultima Thulé est rouge", a précisé Carly Howett, une des scientifiques de la mission.

La partie intermédiaire entre les deux corps est de couleur plus claire — rouge orangé —, ce qui pourrait signifier que sa composition est différente.

Situé dans la ceinture de Kuiper, à la périphérie de notre système solaire, soit à plus de 6,5 milliards de kilomètres de la Terre, Ultima Thulé a été repéré en 2014 par le télescope spatiale Hubble. Il avait été alors décidé qu'après avoir survolé Pluton, la sonde New Horizons irait à la rencontre de l'astéroïde. 

Toutes les données récoltées concernant Ultima Thulé sont censées, à terme, nous permettre d'en savoir plus sur les conditions de formation des planètes du système solaire. 

En effet, Ultima Thula, située au-delà de la planète Neptune dans une zone froide, a été préservé des ravages des rayons du soleil, comme l'a expliqué Alan Stern :

"Cet objet est tellement glacé qu'il est conservé dans sa forme originelle. Tout ce que nous allons apprendre sur Ultima — sa composition, sa géologie, comment il s'est formé, s'il a des satellites ou de l'atmosphère — nous renseignera sur les conditions de formation des objets du système solaire."

Les scientifiques de la mission ont indiqué qu'un article scientifique sera publié la semaine prochaine au sujet de ces premiers clichés, bien qu'il leur faudra 20 mois au total pour télécharger les six gigaoctets de données récoltées lors de ce premier survol. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La Chine réussit une première historique en alunissant sur la face cachée de la Lune

VIDEO: Cette artiste passe des centaines d'heures à réaliser ces tableaux faits de milliers de pointillés