Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Netflix aurait été approché par TikTok pour qu'il achète ses activités aux États-Unis

Netflix aurait été approché par TikTok pour qu'il achète ses activités aux États-Unis
Le cofondateur et PDG de ByteDance Zhang Yiming à gauche, et le DG de Netflix Reed Hastings. © VCG/VCG via Getty Images; Reuters/Gonzalo Fuentes/File Photo

Netflix est la dernière entreprise en date à avoir été en contact avec TikTok, alors que l'application de vidéos considère la vente de ses activités américaines face à la menace de Donald Trump qui veut interdire son utilisation aux États-Unis. Le Wall Street Journal rapporte que TikTok aurait approché Netflix pour "évaluer son intérêt dans un accord commercial" visant à acquérir ses opérations américaines. Cependant, le géant du streaming aurait décliné la proposition de prendre part à un accord de plusieurs milliards de dollars avec la société mère de TikTok, ByteDance.

Netflix n'est que l'une des nombreuses entreprises technologiques qui ont participé aux négociations pour l'acquisition de TikTok au cours des derniers mois, depuis que l'administration Trump a fait connaître ses intentions de forcer la société chinoise ByteDance à rompre ses liens avec TikTok aux États-Unis — sous peine d'une interdiction nationale. Le prix élevé des opérations américaines de TikTok — estimé entre 10 et 50 milliards de dollars — signifie que peu d'entreprises technologiques américaines ont les moyens de se permettre d'acheter l'application virale.

Les rumeurs et les spéculations concernant l'acquisition de TikTok ont fait circuler plusieurs noms d'acheteurs intéressés, dont Twitter, Alphabet et Apple. Plus récemment, le géant de la tech Oracle est apparu comme un acheteur potentiel, et a rapidement obtenu le soutien verbal de Donald Trump.

Microsoft en tête de la course au rachat de TikTok

Quant à Netflix, le journaliste tech Alex Sherman de CNBC avance que TikTok pourrait être une plateforme basée sur la publicité, ce qui permettrait au service de streaming de continuer à offrir du divertissement sans publicité. Bien que le DG de Netflix, Reed Hastings, a déclaré que la plus grande concurrence de l'entreprise en 2017 était le sommeil, il a dit cette année que TikTok était un concurrent dans le "divertissement sur Internet".

Pour l'instant, la seule entreprise à avoir publiquement fait part de son intérêt pour cette acquisition est Microsoft. La société a confirmé début août avoir entamé des discussions avec ByteDance pour acheter les activités de TikTok aux États-Unis, au Canada, en Nouvelle-Zélande et en Australie.

Il a été récemment révélé que Microsoft et ByteDance ont signé une "lettre d'intention non contraignante" à la fin du mois de juillet, une étape importante dans le processus d'acquisition indiquant que les pourparlers entre les deux sociétés étaient avancés.

TikTok poursuit le gouvernement américain en justice

Pourtant, on ne sait pas exactement où en sont les négociations, car TikTok conteste les tentatives de l'administration Trump d'interdire l'application aux États-Unis. Depuis fin juillet, Donald Trump a publié deux décrets distincts visant TikTok, et a fixé la date limite à laquelle ByteDance doit vendre les activités américaines de l'application à mi-novembre.

TikTok a intenté un procès lundi 24 août contre le gouvernement américain pour contester les actions de l'administration Trump. Le procès se concentre sur le décret du 6 août de Donald Trump, qui interdit "toute transaction" entre ByteDance et des citoyens américains.

TikTok soutient que le gouvernement américain a violé son droit à un "procès en bonne et due forme" en ne notifiant pas la société avant l'entrée en vigueur du décret, et accuse l'administration de ne pas avoir de preuves pour soutenir ses allégations selon lesquelles le gouvernement chinois accède aux données des utilisateurs américains de TikTok.

Version originale : Paige Leskin/Business Insider. Traduit de l'anglais par Albane Guichard.

A lire aussi — TikTok poursuit l'administration Trump en justice pour avoir ordonné l'interdiction de l'appli aux États-Unis

Découvrir plus d'articles sur :