Netflix va continuer à augmenter ses prix en Europe

Netflix/La Casa del papel

Netflix a publié mardi des résultats trimestriels supérieurs aux attentes mais prévoit pour le deuxième trimestre un nombre de nouveaux abonnés inférieur aux attentes, alors que Walt Disney et d'autres concurrents se préparent à intensifier la concurrence sur son marché. La plateforme de vidéo en ligne revendique désormais 148,86 millions d'abonnés payants dans le monde, avec 9 millions de nouveaux sur les trois premiers mois — dont 7,86 millions en dehors des Etats-Unis. C'est la progression la plus forte de son histoire sur un trimestre (+16%), en lien avec les prévisions.

Pour prévenir l'arrivée de la concurrence — Disney, Apple — , Netflix a consacré 7,5 milliards de dollars (6,6 milliards d'euros) à la production de programmes en 2018 et prévoit d'augmenter ses investissements cette année. Pour les financer, l'entreprise ne comptera pas que sur sa dette passée de 3,36 milliards à 10,36 milliards de dollars en deux ans. Dans une lettre à ses actionnaires, Netflix dit qu'elle va continuer d'augmenter ses prix, notamment en Europe, sans donner plus de précisions sur les pays concernés. Les utilisateurs en Allemagne, Suisse et au Liechtenstein ont dernièrement subi une hausse des tarifs.

"Nous travaillons sur une série de hausses de prix aux États-Unis, au Brésil, au Mexique et dans certaines parties de l'Europe. Jusqu'à présent, la réaction aux États-Unis est conforme à ce à quoi nous nous attendions et s'apparente à celle que nous avions observée au Canada après l'augmentation des prix au quatrième trimestre : notre croissance de nouveaux abonnés n'est pas touchée et nous ne constatons que quelques effets modestes sur le désabonnement à court terme puisque les abonnés consentent au changement de prix". 

En début d'année, Netflix avait annoncé sa plus importante hausse de tarifs aux Etats-Unis, faisant passer son forfait le plus populaire de 11 dollars à 13 dollars par mois. En France, seulement de discrets tests ont été menés auprès des nouveaux abonnés. La dernière augmentation dans l'Hexagone date de 2017, comme l'indiquait le journal Les Echos,  de 1 euro, à 10,99 euros par mois, pour les abonnements à deux écrans et de 2 euros, à 13,99 euros, pour quatre écrans. L'offre d'entrée de gamme à 7,99 euros n'a jamais changé jusqu'alors.

Netflix

Netflix table sur cinq millions d'abonnés supplémentaires dans le monde pour le trimestre avril-juin alors que le marché en attend 5,48 millions selon les estimations Factset et qu'il en avait engrangé 5,45 millions sur la même période l'an dernier. Le chiffre d'affaires trimestriel a atteint 4,52 milliards contre 3,70 milliards sur janvier-mars 2018 et 4,50 milliards attendus par le marché.

A lire aussi : Votre série préférée a plus de risques d’être arrêtée après 2 ou 3 saisons sur Netflix que sur une chaîne télé traditionnelle

Outre Disney et Apple, qui ont chacun présenté leur propre offre de vidéo en ligne sur abonnement mais ne l'ont pas encore lancée, WarnerMedia (groupe AT&T) et Comcast s'apprêtent eux aussi à se lancer sur ce marché. Disney est considéré comme l'un des nouveau entrants les plus menaçants en raison de la richesse de son catalogue et de la popularité de sa marque auprès des parents comme des enfants.

La semaine dernière, il a précisé que son offre serait lancé au prix de sept dollars par mois, alors que la formule d'abonnement la plus populaire de Netflix est facturée 13 dollars par mois aux Etats-Unis. L'offre Disney+ sera lancée en novembre.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 22 séries et films qui vont disparaître de Netflix en mai

On vous explique pourquoi le wasabi coûte si cher