Publicité

Netto, les petits supermarchés discount français qui voient grand

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Netto, les petits supermarchés discount français qui voient grand
Netto, l'enseigne discount confrère d'Intermarché, compte actuellement 302 magasins en France. © Netto
Publicité

Les discounters, magasins vendant des articles à petits prix, ne désemplissent pas depuis quelques mois. Véritable phénomène de société, ce constat est vrai pour les produits de bazar et de loisir des enseignes Action, GiFi, Centrakor ou encore Noz, mais c'est aussi le cas pour les supermarchés alimentaires. Les enseignes d'origine allemande Lidl et Aldi ne cessent en effet de grignoter des parts de marché. Fin mai 2021, Lidl représentait 7% de la grande distribution française avec ses 1 500 points de vente, selon les données de Kantar*.

Le constat se révèle également positif pour son concurrent direct Aldi. Même si l'enseigne ne représentait à fin mai que 2,7% de parts de marché, loin derrière les groupes leader E.Leclerc (22,8%) ou Carrefour (18,8%), Aldi devrait progresser rapidement dans les mois qui viennent. Le groupe allemand a en effet racheté 545 magasins Leader Price à Casino et il compte désormais près de 1 200 points de vente en France. Les discounters alimentaires d'outre-Rhin ont donc le vent en poupe.

À lire aussi — 10 choses à ne jamais faire dans un magasin Aldi, selon les employés

De quoi laisser la place à d'autres concurrents, notamment français ? Carrefour s'est lancé à son tour sur le créneau des supermarchés discount en 2019 avec l'enseigne Supeco. Mais pour le moment, elle ne compte encore que 10 magasins en France. Et si le vrai concurrent d'Aldi et Lidl sur le marché du discount, c'était l'enseigne Netto ?

"On parle souvent des 'allemands', ça fait plaisir d'être un peu sous le feu des projecteurs", plaisante ainsi Pascal Rossato, président de l'enseigne Netto, auprès de Business Insider France. Une personnage atypique puisqu'outre ses fonctions de dirigeants de Netto, il pilote également un magasin à Prévessin-Moëns, dans l'Ain, ainsi qu'un magasin Comptoir de la Bio.

3 500 références de produits chez Netto contre 1 700 chez Lidl

Cette phrase à elle seule résume néanmoins la problématique vécue aujourd'hui par la chaîne de magasin dans l'Hexagone. "Avec 302 magasins en France, on n'est certes pas nombreux, mais on est de vrais chefs d'entreprises indépendants avec une vraie politique discount", assure le président de Netto.

Netto

L'enseigne appartient au groupement les Mousquetaires, c'est donc le confrère d'Intermarché sur la partie discount. Dans des magasins d'une surface moyenne d'environ 800 m², relativement petite par rapport à celle d'un supermarché lambda, l'enseigne propose près de 3 500 références de produits. Le Petit Poucet du discount alimentaire se différencie de ses concurrents Aldi et Lidl sur ce point : chez Lidl, par exemple, l'assortiment est resserré volontairement à 1 700 produits.

"On veut capitaliser sur la notion de plaisir et surtout de choix", explique Pascal Rossato. "On veut qu'un client s'y retrouve par rapport à l'offre d'un supermarché classique, et surtout qu'il ait envie de revenir chez nous". Pour le reste, comme chez les autres discounters, Netto propose 80% de ses produits alimentaires sous marque distributeur, c'est-à-dire vendus sous marque Netto. On trouve aussi 500 à 600 produits vendus en marques nationales comme Nutella, Coca-Cola, etc.

Netto semble donc vouloir sur certains aspects se rapprocher au maximum des enseignes de la grande distribution, et pas forcément des discounters. "Nous voulons mettre en avant un discount différenciant ; nous, on met par exemple les produits sur des étagères, on a de la musique dans nos magasins", explique le président de l'enseigne.

À lire aussi — Ces 6 choses à savoir sur Mere, l'enseigne de hard discount russe qui arrive en France

La promesse du prix bas, base du discount

Mais le prix reste au centre des préoccupations de l'enseigne. La promesse du prix, base du discount, est-elle tenue chez Netto ? Pour son président, il n'y a aucun doute. "On propose dans nos magasins 1 000 produits à prix imbattables, on est les mieux classés du circuit sur ces références", explique Pascal Rossato. Une offre de produits non-alimentaires à petits prix, issue de déstockage, est également proposée en points de vente dans une zone appelée "Allée des Bonnes Affaires".

Netto

Pour réussir à tirer les montants vers le bas, Netto utilise les méthodes classiques des discounters : pas de stand d'accueil, pas de boucherie ou de poissonnerie et donc moins de personnel, mais aussi des produits uniquement en libre service, de gros volumes de commandes, etc. Un lourd plan de transformation logistique, dont on mesurera les résultats d'ici deux ou trois ans, est également en cours de déploiement au sein du groupe.

L'enseigne française dispose également d'un atout de poids pour proposer des petits prix, comme le confirme le président de Netto : "Être adossé au groupement des Mousquetaires est un avantage considérable. 80% de notre offre est fabriquée en France avec les usines du groupement. C'est sûr que si on était solitaires, on n'aurait pas cette force de frappe".

100% des magasins Netto refaits à neuf d'ici fin 2023

Reste un gros caillou dans la chaussure de l'enseigne : son parc de magasins. Pascal Rossato le confirme : "On a une volonté d'aller bien au-delà des 302 magasins, mais pour y arriver, on devait avant moderniser notre enseigne". Et il enfonce le clou : "Nous n'étions pas au niveau, beaucoup de nos magasins dataient des années 1990. Aujourd'hui on est mieux armés : on a recruté énormément de clients sur les quelques magasins refaits à neuf".

Netto

Depuis fin 2019, une soixantaine de points de vente Netto ont en effet été rénovés — 40% du parc devrait l'être d'ici la fin de l'année 2021, 70% fin 2022 et si tout va bien la totalité d'ici la fin de l'année 2023. "Les magasins sont plus modernes et sympathiques avec un bel éclairage, un joli carrelage et où tout est mis sur étagère", explique ainsi le président de l'enseigne. De quoi rattraper le retard pris sur les concurrents allemands ? L'avenir le dira.

(*Les données de Kantar portent sur l'évolution des dépenses concernant les Produits de Grande Consommation (PGC) et Frais Libre-Service (FLS), c'est-à-dire l'alimentaire, l'hygiène, la beauté et l'entretien, sur une période par rapport à la même période l'année précédente.)

À lire aussi — On a visité le nouveau magasin Ikea Décoration, 100% consacré à la déco de la maison

Découvrir plus d'articles sur :