L'enseigne de vêtements New Look va fermer plus de 2/3 de ses boutiques en France — et certaines dans quelques jours

Entrée de la boutique New Look d'Oxford Street à Londres. Flickr/Steve Cadman

Après les enseignes Brice et Jules — qui ont annoncé mi-juillet la fermeture de 88 magasins en France— c'est au tour de la marque britannique de prêt-à-porter New Look de réduire considérablement la voilure. 

Un plan de restructuration a été dévoilé lundi 10 septembre 2018 en marge d'un comité d'entreprise et dénoncé par le syndicat Sud commerces & services.

"Il prévoit la fermeture de 21 des 29 magasins New Look et la suppression de 261 emplois sur 530 en France", a expliqué Moussa Koita, délégué syndical Sud à New Look, à Business Insider France. 

Certains magasins arrivant en fin de bail vont fermer dans les tout prochains jours. La boutique de Calais baissera le rideau dès samedi et celle de Rouen, rue du Gros-Horloge, mercredi prochain. Les licenciements des salariés de ces boutiques interviendront d'ici la fin du mois d'après le syndicat Sud, qui qualifie ce plan de "brutal sur la forme comme sur le fond" et demande sa suspension en attendant la consultation du CHSCT et du CE qui débute lundi prochain.

Les autres fermetures de boutiques s'échelonneront jusqu'en 2021 en fonction du calendrier des différents baux commerciaux.

La riposte syndicale

"Qu'il y ait un plan de restructuration, c'est une chose, mais on ne peut pas fermer comme ça, presque du jour au lendemain, c'est scandaleux", s'étrangle Moussa Koita. "C'est aussi illégal. Les instances du personnel n'ont pas été consultées formellement, or ce genre de plan doit être vu en Comité d'entreprise extraordinaire, qui n'aura lieu que lundi prochain. Aussi, nous avons demandé à notre avocat de déposer un référé auprès du Tribunal de grande instance de Paris pour empêcher la fermeture samedi du magasin de Calais."

"Nous n'en resterons pas là. Plusieurs magasins seront en grève samedi pour mettre la pression sur la direction et obtenir de vraies négociations", ajoute le délégué syndical.

Cette annonce française fait suite à un plan de restructuration lancé au Royaume-Uni, berceau de l'enseigne, et dévoilée par la marque en mars dernier. New Look — qui s'affiche là-bas comme l'enseigne numéro un de prêt-à-porter pour les femmes de moins de 35 ans, mais qui a également des collections hommes — mettait alors en avant "des performances commerciales difficiles, dans un environnement commercial difficile", en raison notamment de la hausse de l'immobilier commercial. Au Royaume-Uni, le plan en cours de New Look prévoit ainsi de fermer 60 boutiques sur 593 et supprimer 980 postes sur 15.300.

L'enseigne est arrivée en France en 2006. L'an dernier, elle y a réalisé un chiffre d'affaires de 67 millions d'euros, en baisse de près de 4,8%.

Pas vraiment une surprise

"La situation financière n'est pas super, mais elle est correcte", estime pour sa part Moussa Koita. "Nous les élus du personnel, nous avons demandé une expertise comptable dont nous attendons les résultats, mais d'après notre expert comptable, la situation n'est pas si alarmante."

"Néanmoins, nous nous attendions à ce plan. Il y avait des signes depuis un an et demi. Lorsqu'il y avait des problèmes techniques, ils n'étaient jamais résolus. Le matériel qui avait besoin d'être remplacé ne l'était plus depuis des mois", témoigne le délégué syndical Sud.

Pour l'instant, il est prévu que 21 magasins ferment, mais pour Moussa Koita, les autres suivront. "Il est évident qu'à terme, l'objectif est de se désengager de la France", estime-t-il. 

Business Insider a sollicité la direction de New Look mais sans réponse pour l'instant.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le groupe derrière les enseignes Jules et Brice prévoit de supprimer 10% de ses effectifs

Cette vidéo haletante d'un lézard qui se bat contre une horde de serpents est devenue virale