Nike menacé de boycott aux États-Unis pour avoir retiré un drapeau polémique de ses baskets

La controversée Nike Air Max 1 USA, qui porte le drapeau datant de l'époque de la Révolution américaine et connu sous le nom de "Betsy Ross". StockX

Plusieurs personnalités conservatrices américaines ont annoncé qu'elles boycotteraient Nike après que l'entreprise a sorti une paire de baskets controversée représentant le drapeau dit de "Betsy Ross", une ancienne version du drapeau américain. Nike a retiré de la vente l'Air Max 1 USA — qui devait être lancé cette semaine — après que l'ancien joueur de la NFL, Colin Kaepernick, a déclaré que lui et d'autres personnes avaient trouvé cette chaussure sur le thème du drapeau américain, offensante. 

La chaussure comporte une version du drapeau avec 13 étoiles blanches, qui a été créée dans les années 1770. Certains, y compris Colin Kaepernick, craignent que cette version spécifique du drapeau américain soit associée à l'époque de l'esclavage et de la suprématie blanche. Peu après l'annonce de l'annulation de la vente de ce modèle par Nike, des personnalités conservatrices se sont exprimées sur les réseaux sociaux pour condamner cette décision et annoncer qu'elles n'achèteraient plus de produits Nike.

A lire aussi : Nike décide de ne plus pénaliser financièrement les femmes athlètes qui ont eu un enfant

Le sénateur républicain du Texas, Ted Cruz, a tweeté qu'il avait chez lui de nombreux produits Nike mais qu'il n'en achèterait plus, et a demandé à ses partisans de lui recommander un "bon vendeur de baskets qui ne se soit pas aussi 'éveillé'".

Le sénateur républicain de Louisiane, Bill Cassidy, est allé dans le même sens que Ted Cruz en publiant une vidéo sur Twitter où il appelle ses partisans à lui tweeter des photos de drapeaux américains.

"Betsy Ross était une dirigeante qui s'est inscrite dans une histoire dominée par les hommes, pour prôner la LIBERTÉ — et cela ne devrait pas être déformé par Nike ou qui que ce soit d'autre", a-t-il déclaré.

Le sénateur Josh Hawley de l'Etat du Missouri a également soutenu le sentiment anti-Nike, et a qualifié l'entreprise d'"anti-américaine", selon le site The Hill.

En plus des hauts responsables politiques républicains, des personnalités médiatiques conservatrices ont rejoint le boycott. Laura Ingraham, animatrice de Fox News, a annoncé qu'elle n'achèterait plus de baskets Nike pour sa famille.

"Plus de baskets Nike pour notre famille", a-t-elle tweeté.

Ce n'est pas la première fois que des conservateurs appellent au boycott et arrêtent d'acheter des produits Nike pour des raisons politiques. En septembre 2018, Nike a dû faire face à un boycott à cause d'une publicité qui mettait en scène Colin Kaepernick et les mots "Croyez en quelque chose. Même si cela signifie tout sacrifier".

La publicité faisait référence au fait que le joueur de la NFL s'était agenouillé lors de l'hymne national avant les matchs de 2016, pour protester contre l'inégalité raciale et les violences policières.

Version originale : Will Martin/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Nike dévoile la date de sortie des paires imaginées par les gagnants du concours 'Nike On Air'

VIDEO: Cette salle de sport ne ressemble à aucune autre — elle est entièrement faite de bois et recouverte de plantes