Nokia négocie pour revendre Withings à un de ses fondateurs 2 ans seulement après avoir racheté la startup française pour 170M€

Le cofondateur de Withings Eric Carreel en septembre 2015. YouTube/La Revue du Digital

  • Nokia a annoncé négocier avec le cofondateur de la startup française Withings pour lui revendre sa division Digital Health, achetée 170 millions d'euros en 2016.
  • Le groupe finlandais veut se concentrer sur ses activités business-to-business et de licences.

Nokia a annoncé ce mercredi 2 mai 2018 entrer en négociations exclusives avec l'ancien président et cofondateur de Withings, le Français Eric Carreel, afin de lui revendre sa division Digital Health.

Le géant finlandais des télécommunications avait acheté la startup française Withings, qui fabriquait des objets connectés en 2016 pour 170 millions d'euros et l'avait ensuite rebaptisé Nokia Digital Health.

D'après Les Echos, plusieurs repreneurs étaient candidats au rachat, dont Samsung et Google. La transaction devrait être conclue avant la fin du deuxième trimestre 2018.

Nokia indique dans un communiqué vouloir se séparer de cette division afin de se concentrer sur sa volonté de "devenir une entreprise business-to-business et de licences".

Le groupe a notamment signé un partenariat avec HMD Global, qui commercialise des téléphones sous la marque Nokia.

Nokia avait remplacé les produits Withings — dont des montres et balances connectées — par des produits identiques vendus sous la marque Nokia à l'été 2017, selon Les Numériques.

Dans une note interne à l'entreprise, obtenue par The Verge en février 2018, la directrice de la stratégie de Nokia, Kathrin Buvac, avouait que l'activité Digital Health n'avait pas "atteint ses objectifs de croissance" et que le groupe ne la voyait pas devenir "une partie significative d'une grande entreprise comme Nokia".

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Google discuterait du rachat du haut débit embarqué de Nokia

VIDEO: Ce parking accueille des dizaines de milliers de voitures Volkswagen rappelées après le dieselgate