Le clavier AZERTY a beau être le standard français et belge depuis l'arrivée des machines à écrire, il est loin d'être parfait pour ses détracteurs. Il est par exemple impossible de taper des lettres majuscules accentuées, sans utiliser une combinaison complexe de touches. Dès 2015, le ministère de la Culture a sollicité l'Afnor, l'organisme français chargé de coordonner l'élaboration de normes, pour élaborer un nouveau modèle de clavier. En 2017, l'Afnor a ainsi lancé une consultation, proposant deux modèles élaborés après avoir consulté des fabricants, des éditeurs de logiciels, des associations ou encore des scientifiques.

Ce mardi 2 avril, l'Afnor publie sur son site la norme volontaire NF Z71-300, qui découle de cette consultation. Il a finalement été décidé de ne pas choisir un des modèles proposés plutôt que l'autre, mais de garder les deux. D'un côté, l'AZERTY amélioré, un modèle avec la même disposition de lettres que celle que nous connaissons aujourd'hui et, de l'autre, le clavier BÉPO, une disposition alternative créée en 2003 et qui a ses adeptes, d'après l'Afnor. Voici à quoi les deux claviers ressemblent :

L'AZERTY amélioré garde le même emplacement pour les lettres

Si les lettres ne bougent pas, en revanche, les caractères accentués sont déplacés, pour être plus facilement accessibles. D'autres caractères font également leur apparition. Les ligatures "œ" et " æ" apparaissent sur les touches O et A. Les points de suspension, les guillemets français, ou encore le point médian ont désormais leur propre touche. L'AZERTY amélioré permettra aussi de taper des caractères accentués en majuscules plus facilement.

Le BÉPO est censé être plus ergonomique et moins fatiguant

L'autre clavier proposé, le BÉPO, offre un changement bien plus radical. Il propose la disposition "la plus ergonomique et efficace possible pour la saisie du français", d'après l'Afnor. Les lettres É et È ont par exemple leur propre touche, tout comme le Ç.

Cette nouvelle norme est "volontaire", rien n'oblige les fabricants à l'appliquer

Les fabricants de claviers et les éditeurs de logiciels pourront toutefois continuer à proposer le clavier AZERTY actuel. "Les entreprises et les administrations peuvent néanmoins décider d'équiper leurs salariés ou leurs agents de claviers optimisés et donc faire de ce document une condition pour répondre à un appel d’offres", indique l'Afnor.

L'adoption du nouveau clavier AZERTY dépendra donc seulement de son adoption par le marché.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Comment Withings vous permet d'avoir une montre connectée personnalisée en trois jours

VIDEO: Ces oreillettes connectées veulent briser les barrières entre les langues — elles traduisent rapidement les paroles de votre interlocuteur(trice)