Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Notre galaxie pourrait compter au moins 36 civilisations extraterrestres intelligentes

Notre galaxie pourrait compter au moins 36 civilisations extraterrestres intelligentes
L'astronaute Scott Kelly a posté cette photo sur Twitter le 9 août 2015 avec la légende "Day 135". #MilkyWay. Vous êtes vieux, poussiéreux, gazeux et déformé. Mais belle. Bonne nuit de la part de @space_station ! #YearInSpace". © NASA/Scott Kelly

Notre univers pourrait grouiller de vie extraterrestre, et certains d'entre eux pourraient théoriquement avoir formé des civilisations de haute technologie qui pourraient communiquer à travers les étoiles. Il devrait y avoir au moins 36 civilisations de ce type dans notre seule galaxie, selon une nouvelle étude de chercheurs de l'université de Nottingham, publiée lundi 15 juin 2020 dans The Astrophysical Journal. En fait, 36 est la limite inférieure — une estimation basée sur l'hypothèse que les civilisations intelligentes ne survivent assez longtemps pour diffuser des signaux dans l'espace que pendant une période moyenne de 100 ans.

C'est à peu près la durée pendant laquelle les humains ont utilisé les communications radio comme les satellites et la télévision, qui envoient des ondes rayonnant dans l'espace que les extraterrestres pourraient éventuellement détecter. Si les civilisations communicantes peuvent survivre plus longtemps que cela, des centaines d'entre elles pourraient être actives dans toute la Voie lactée. Les chercheurs ont supposé qu'il faudrait environ 5 milliards d'années pour que la vie intelligente et communicante se forme sur d'autres planètes, comme sur la Terre. Ils ont ensuite calculé combien de ces civilisations pourraient naître dans la galaxie, en se basant sur le nombre de planètes semblables à la Terre qui orbitent autour d'étoiles semblables au Soleil.

Cette impression d'artiste montre une vue imaginaire de la surface d'une planète en orbite autour d'une étoile naine à seulement 40 années-lumière de la Terre.  ESO/M. Kornmesser

Des sociétés intelligentes pourraient surgir constamment dans la galaxie, bombardant l'espace de signaux radio pendant des années avant de s'éteindre et de se taire. Le nombre de ces sociétés actives à un moment donné dépend de la durée moyenne de leur survie. Trouver des populations extraterrestres intelligentes et savoir combien d'entre elles sont actuellement actives dans la galaxie nous donnerait une idée de la durée probable de la civilisation humaine.

"Si nous découvrons que la vie intelligente est commune, alors cela révélerait que notre civilisation pourrait exister pendant bien plus que quelques centaines d'années", a déclaré Christopher Conselice, professeur d'astrophysique à l'Université de Nottingham et chercheur principal de l'étude, dans un communiqué de presse. "Sinon, si nous constatons qu'il n'y a pas de civilisations actives dans notre galaxie, c'est un mauvais signe pour notre propre existence à long terme."

'C'est l'une des problématiques les plus complexes de la science'

Plusieurs antennes qui font partie du réseau du télescope Allen.  Institut SETI

Les scientifiques écoutent les ondes radio provenant de l'espace depuis des années, mais n'ont détecté aucun signal provenant de civilisations extraterrestres. Si elles sont si nombreuses, pourquoi n'avons-nous pas entendu un murmure ? Cette question est connue sous le nom de paradoxe de Fermi. Elle a été posée pour la première fois par le physicien Enrico Fermi, qui a demandé "Où est tout le monde ?"

Enrico Fermi s'interrogeait sur la possibilité de voyager entre les étoiles, mais depuis, sa question à susciter des doutes sur l'existence des extraterrestres. Il existe de nombreuses explications à ce silence sinistre dans le cosmos, allant de l'hibernation des extraterrestres, à leur communication avec une technologie totalement étrangère, en passant par un simple manque d'intérêt à nous contacter.

L'équipe de Christopher Conselice pense que les extraterrestres sont peut-être tout simplement trop loin pour nous entendre. Selon leurs calculs, ces civilisations se trouveraient en moyenne à 17 000 années-lumière, ce qui rendrait "presque impossible" de les atteindre ou de les entendre avec notre technologie actuelle. Afin de communiquer avec une civilisation aussi éloignée et d'en entendre une réponse/un retour, les humains devraient maintenir des communications radio pendant 6 120 ans, selon les chercheurs.

Une impression d'artiste montre la planète K2-18b, la seule super-exoplanète terrestre connue pour abriter à la fois de l'eau et des températures pouvant accueillir la vie.  ESA/Hubble, M. Kornmesser

"Si nous trouvons des choses plus proches... alors ce serait une bonne indication que la durée de vie des civilisations [communicantes] est beaucoup plus longue que cent ou quelques centaines d'années, qu'une civilisation intelligente peut durer des milliers ou des millions d'années", a déclaré Christopher Conselice au Guardian. "Plus nous en trouvons à proximité, plus cela est bon signe pour la survie à long terme de notre propre civilisation."

Il est encore possible que nous soyons entièrement seuls dans l'univers. Les estimations comme celles de Christopher Conselice proviennent de calculs approximatifs basés sur le temps qu'il a fallu pour que la vie sur Terre émerge, sur le nombre de planètes semblables à la Terre qui orbitent autour d'étoiles semblables au Soleil, et sur le temps pendant lequel la vie sur Terre a été suffisamment intelligente pour envoyer des signaux dans l'espace.

"D'un point de vue statistique, c'est l'un des problèmes les plus difficiles de la science", ont écrit les auteurs de l'étude. "Tout ce que nous pouvons faire, c'est essayer d'apprendre à partir d'un seul point de données connu (nous-mêmes)."

Trouver une civilisation étrangère nous donnerait un autre point de données et affinerait notre compréhension de la durée réelle de notre propre civilisation. "En recherchant une vie intelligente extraterrestre — même si nous ne trouvons rien — nous découvrons notre propre avenir et notre propre destin", a conclu Christopher Conselice.

Version originale : Morgan McFall-Johnsen/Business Insider

À lire aussi — Europe, la lune glacée de Jupiter, représente 'l'une des meilleurs chances' de trouver de la vie dans notre Système solaire

Découvrir plus d'articles sur :