Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Nous repoussons trop souvent nos jours de congés, voici pourquoi c'est problématique

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Nous repoussons trop souvent nos jours de congés, voici pourquoi c'est problématique
© SP/Volkswagen

Le printemps est arrivé. Mais voyager loin reste pour le moment un rêve. Le Covid-19 rend le sujet temporairement difficile. "Prendre le risque de contracter un variant du coronavirus ? Plutôt rester chez soi !" pensent la plupart des vacanciers. C'est seulement si la campagne vaccinale met le turbo qu'il y aura plus de mobilité dans la seconde moitié de l'année. D'ici là, la reprise sera différente.

L'été 2020 a déjà chamboulé les projets de voyage et les ambitions de tous. Et à l'avenir ? Il pourrait y avoir plus de nature, plus de régionalisme, plus de flexibilité dans les voyages. Et, comme le prédit le chercheur de tendances Andreas Reiter, de l'aventure, de la convivialité, "de l'adrénaline et du plaisir". L'importance des vacances est illustrée par leur statut juridique : elles font partie de la vie professionnelle et disposent d'une base juridique totalement indépendante régie par le Code du Travail.

À lire aussi — Ces destinations étrangères où pourront voyager les touristes français vaccinés cet été

Les vacances en tant qu'îlot dans la vie professionnelle : leur importance ne cesse de croître

Dans notre vie professionnelle, les vacances sont une île, une zone que nous pouvons organiser nous-mêmes. Nous discutons de la planification de nos absences avec nos supérieurs et nos collègues. En France, selon le droit du travail, nous disposons de 30 jours (5 semaines) de congés par an.

Selon Andreas Hoff, expert en temps de travail, de 70 à 80 % de ces jours devraient être planifiés à plus long terme. C'est précisément ce qui pose de plus en plus problème aux entreprises, dit-il. "Ces dernières années, elles ont été de plus en tentées de planifier leurs vacances à long terme", explique Andreas Hoff, qui conseille les entreprises sur l'aménagement de leur temps de travail depuis des décennies. "Les entreprises manquent de personnel presque partout. Il est donc nécessaire que leurs vacances soient mieux réparties."

Si cela ne se produit pas, par exemple, vos congés payés restants s'accumulent. En 2020, par exemple, la pandémie a entraîné une accumulation de jours de vacances partout où la réglementation n'assimilait pas strictement l'année de vacances à l'année civile. Ces jours ont été reportés sur l'année suivante. Les entreprises ne voient pas cela d'un très bon œil : dans la plupart des cas, les jours de vacances restants doivent être posés dans un délai restreint. La date est souvent arrêtée au 31 mars de l'année suivante.

Mais les employés de Babbel, l'application linguistique la plus vendue au monde, sont désormais autorisés à poser le reste de leurs vacances de 2020 jusqu'à fin mai 2021. "La raison de cette mesure est la pandémie", explique Jenny Ziligen, responsable des opérations liées au personnel. "Sinon, il est en fait rare que les jours de vacances restants soient posés l'année suivante. S'ils le sont, ils ne peuvent pas être posés de manière consécutive."

À lire aussi — Voici comment créer votre vie professionnelle idéale et obtenir l'accord de votre patron

Pourquoi ces jours de congés restants sont un problème et comment éviter de les accumuler

Chez le fournisseur de services cloud Salesforce, les employés doivent prendre leurs congés dans l'année, sans dépasser ce laps de temps. "Nous avons tous besoin de repos, surtout en ces temps difficiles", explique Robert Frank, directeur du service Europe centrale de l'entreprise. "La santé de nos collaborateurs est notre priorité numéro un. Par conséquent, nous ne préconisons le transfert des vacances que pour des raisons personnelles et professionnelles importantes."

Ce qui compte comme une telle raison est défini par la loi. "Il existe des raisons urgentes pour les salariés qui souhaitent poser ces congés. Si leur besoin de travail est particulièrement important et qu'on a vraiment besoin de leurs compétences pendant une période donnée, alors le manager peut faire une exception", explique l'avocate en droit du travail Christina Gehrig du cabinet Hasselbach à Cologne. La maladie ou d'autres raisons personnelles pourraient également justifier le report des vacances sur l'année suivante.

Un problème demeure : les congés restants sont utilisés souvent au moment où le personnel se fait rare. Il exacerbe les tensions existantes. Les employés ont besoin de repos mais ne le prennent pas. Les jours de vacances non utilisés sont reportés sur l'année suivante et doivent généralement être épuisés avant la date limite du 31 mars susmentionnée — même si cela ne convient pas du tout.

Selon Andreas Hoff, spécialiste du temps de travail, il est bon de prendre quelques jours de vacances restants. Deux tiers des salariés allemands disposent désormais d'un compte qui accumule le temps de travail et les heures supplémentaires. Les salariés peuvent donc toujours prendre un jour de congé via le compte de temps de travail." Éviter les congés restants aurait également un impact positif sur le bilan d'une entreprise, car ceux-ci ont un normalement des conséquences négatives sur son bénéfice en raison des provisions qui doivent être constituées avant le départ des salariés.

À lire aussi — 4 techniques pour contrôler vos émotions et chasser le stress dans les moments de tension au travail

Pour remplacer les congés restants : planification du temps de travail et des vacances en plusieurs étapes

Du point de vue d'un manager, Andreas Hoff ne voit pas non plus l'intérêt de reporter éternellement ses jours de vacances. "Une réglementation laxiste en matière de vacances a pour seul effet que les personnes surchargées de travail ne prennent pas les vacances dont elles ont besoin", explique-t-il. "En même temps, les employés prennent généralement leurs vacances comme prévu". Les loisirs sont tout simplement trop importants. En outre, les entreprises doivent désormais informer leurs employés qu'ils ont renoncé à leurs vacances restantes, ce qui augmente également la pression.

C'est pour cela, selon Andreas Hoff, que de plus en plus d'entreprises veillent aujourd'hui à ce que l'année de vacances et l'année civile correspondent. C'est particulièrement important pour les grandes entreprises, dit-il. "BMW, par exemple, applique une stratégie dite du double zéro, dans laquelle les comptes de temps de travail et les comptes de vacances sont censés être équilibrés à la fin de l'année", explique l'expert. "Plus l'entreprise est grande, plus il est important que les vacances s'écoulent de manière régulée."

Il conseille aux entreprises d'adopter une approche en plusieurs étapes pour la planification des vacances. "À la mi-décembre de l'année précédente, nous planifions d'abord 70 à 80 % de toutes les vacances avec les employés. C'est ensuite coordonné et approuvé de cette manière. Dans une deuxième boucle, les managers doivent vérifier à nouveau le statut des vacances restantes dans les équipes le 1er septembre d'une année. Chaque employé doit alors les planifier et les demander avant le 1er octobre pour la période se terminant le 31 décembre."

Avec un peu de routine, le repos arrive plus régulièrement — même dans les équipes où la charge de travail est importante.

Version originale : Judith Schallenberg-Kappius/ Business Insider Allemagne

À lire aussi — Télétravail : 4 conseils de psy pour vous aider à séparer temps libre et temps de travail

Découvrir plus d'articles sur :