• L'ancien président américain Barack Obama s'est plaint du climat politique aux Etats-Unis et a déclaré que les plateformes comme Facebook et Google "façonnent notre culture de façon puissante".
  • Obama a fait ces remarques lors d'une conférence en off au MIT vendredi.
  • L'ancien président américain est la personnalité la plus importante à demander aux géants de la tech de prendre leur responsabilités pour les effets qu'ils ont sur le tissu social.

L'ancien président américain Barack Obama a fait quelques déclarations révélatrices sur l'état actuel du discours politique aux Etats-Unis vendredi 23 février. Il a suggéré que les géants de la tech comme Facebook et Google aggravent le problème.

Ces déclarations ont été enregistrées lors d'un discours prononcé en off pendant une conférence sur le sport à l'université MIT (Massachusetts Institute of Technology). L'enregistrement du discours a été publié par le site à tendance libertarienne Reason.

Obama parle de nombreux sujets pendant cette conférence, notamment de la différence de traitement de l'actualité par les médias concurrents — au point où la ligne entre faits et opinions est flouée et le type de traitement est guidé par l'idéologie plutôt que par le bien du public.

Et il ne parle pas que des bots russes et des fausses informations.

"C'est Fox News contre la page des éditos du New York Times" explique Obama. "Si vous regardez ces différentes sources d'information, elles ne décrivent pas la même chose. Dans certains cas, elles ne parlent même pas de la même chose."

En effet, différents médias ont parfois approché les grands sujets politiques de façon très différente, l'exemple le plus marquant étant l'enquête sur l'implication de la Russie dans la campagne présidentielle de 2016.

Alors que les commentateurs des médias orientés à gauche ont passé beaucoup de temps à disséquer l'enquête fédérale sur l'implication de la Russie, les programmes d'opinion de Fox News et d'autres publications de droite ont préféré émettre des doutes sur les enquêteurs eux-même.

Obama affirme que les plateformes comme Facebook et Google exacerbent le problème. En parlant du pouvoir qu'ont ces géants de la tech sur la façon dont le contenu est distribué sur internet, Obama dit que ces sociétés pourraient mieux faire et reconnaitre qu'elle "façonnent notre culture de façon puissante".

Il qualifie ces plateformes de "potentielles forces du bien très puissantes" mais ajoute que "ce qui est aussi vrai c'est que ces réseaux sociaux ne sont qu'un outil".

"Le groupe Etat islamique peut utiliser cet outil. Les néo-nazis peuvent utiliser cet outil", dit-il.

En parlant des géants de la tech, Obama pense qu'ils "doivent avoir une conversation au sujet de leur modèle économique et reconnaitre qu'ils sont un bien public autant qu'une entreprise commerciale".

Dans le cas de Facebook, ce commentaire vise en plein coeur un des arguments les plus controversés du réseau social: le fait qu'il ne se considère pas comme un média, et qu'il utilise un algorithme pour déterminer ce qui est visible sur sa plateforme et ne prend pas de décisions éditoriales.

Facebook est critiqué pour avoir facilité la propagation des théories du complot et des fausses informations, qui ont été amplifiées en partie par l'algorithme avec lequel Facebook justifie sa neutralité. Certains algorithmes ont fréquemment promu des contenus douteux de façon plus proéminente par rapport aux informations provenant de sources fiables.

"C'est très difficile de comprendre comment la démocratie fonctionne à long terme dans ces circonstances" déclare Obama.

Ecoutez l'intégralité du discours de Barack Obama (en anglais) en cliquant ici.

Version originale: Bryan Logan/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : La propagation rapide de cette bande annonce pour un faux film 'Friends' montre que Facebook a toujours un problème avec les fausses informations

VIDEO: Pourquoi les capes des matadors sont rouges