Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Les équipes de Google AI travaillent sur la fusion nucléaire — et c'est l'un des 3 problèmes qu'elles veulent résoudre rapidement dit son patron français en Europe

Les équipes de Google AI travaillent sur la fusion nucléaire — et c'est l'un des 3 problèmes qu'elles veulent résoudre rapidement dit son patron français en Europe
© TAE

Google travaille sur de multiples projets en intelligence artificielle, pour son propre compte mais aussi en ouvrant sa technologie à des tiers.

L'un des derniers sujets sur lesquels l'entreprise a communiqué est la prévention des incendies grâce au machine learning à travers son programme d'IA en open source TensorFlow.

Dans une interview accordée à L'Express, Olivier Bousquet, directeur de Google AI Europe, vient de présenter les trois domaines dans lesquels Google a déjà fait des avancées rapides grâce à l'analyse et l'exploitation de données:

  • La fusion nucléaire. "On espère accélérer les recherches en automatisant grâce à l'IA certains calculs prenant normalement des heures aux supercalculateurs". Concrètement, Google a développé depuis plus d'un an avec l'entreprise Tri Alpha Energy un nouvel algorithme informatique visant à considérablement accélérer les expériences sur les plasmas — ces gaz ionisés dans lesquels certains électrons sont libres et ne sont plus attachés à un atome ou à une molécule et libèrent de fortes sources d'énergie. La sphère publique travaille aussi sur ce sujet au niveau mondial avec le pharaonique projet Iter, de 20 milliards de dollars, réunissant 35 pays.
  • La médecine. "Nous avons été surpris par les résultats lors des premiers essais de diagnostics médicaux dans le domaine de l'ophtalmologie. Grâce au deep learning ou apprentissage profond, la machine, entraînée à analyser des images d'oeil et à détecter des cas de rétinopathie diabétique, s'est révélée aussi précise, voire meilleure, dans son diagnostic qu'un spécialiste".
  • L'environnement. Google s'est associé avec des scientifiques à travers son programme d'IA en open source, TensorFlow, pour aider à préserver l'habitat des lamantins, une espèce de mammifères aquatiques menacée. Ils ont conçu un outil de suivi du déplacement des lamantins afin de déterminer l'impact de l'activité humaine sur leur population. "Nous avons photographié l'océan depuis un avion, puis analysé automatiquement les images pour mieux repérer leur position et les compter", explique Olivier Bousquet au magazine.

Diplômé de l'École polytechnique, le Français de 43 ans dirige les centres d'IA européens de Google, à Zurich et Paris.

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :