Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

On a comparé nos mensurations à celles de Barbie et Ken, voici à quoi ils ressembleraient en vrai

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte


Des études montrent que les poupées aux proportions irréalistes, comme Barbie, favorisent l'insatisfaction corporelle et la faible estime de soi chez les jeunes filles. Nous avons décidé de découvrir à quel point le corps de Barbie est irréaliste en la mettant à l'échelle d'une femme américaine lambda. La différence la plus notable se situe au niveau de la taille. Le tour de taille de Barbie mesure environ 50 centimètres, alors que celui d'une Américaine moyenne est de 98 centimètres.

En 2016, Mattel, le fabricant de Barbie, a lancé une poignée de nouveaux modèles de poupées, dont la Barbie curvy ("Barbie ronde" en français) qui sont plus représentatifs de la diversité des corps dans la vie réelle. Mais certains experts affirment que ces poupées sont encore loin d'être parfaites. Ci dessous, une transcription de la vidéo.

À lire aussi — Ces deux frères ont recréé 'Toy Story 3' en entier avec des jouets et de l'animation en stop motion

Ken : Salut, Barbie !

Barbie : Salut, Ken ! Tu as l’air extrêmement mince aujourd’hui !

Ken : C’est drôle, j’allais te dire la même chose.

Narrateur : Barbie est une des poupées les plus populaires en Amérique. Mais ça ne veut pas dire qu’elle est aimée de tous. Pendant des années, les défenseurs des femmes l’ont critiquée pour ses mensurations qui, selon eux, fixent des normes corporelles irréalistes et néfastes pour les jeunes filles.

En réponse, son créateur, Mattel, a créé quelques nouveaux modèles en 2016, dont la Barbie Curvy. Mais à quel point Barbie est-elle peu réaliste ? Curvy est-elle bien mieux ? Et où se situe Ken dans tout ça ? C’est ce qu’on a voulu découvrir.

Benji Jones : Bonjour, et bienvenue à notre projet Barbie. Aujourd’hui, on va ouvrir ces trois poupées et faire quelques calculs pour déterminer à quoi elles ressembleraient si elles étaient grandeur nature. Ici, on a la Barbie classique. On a une Barbie Curvy, qui est une poupée plus récente. Et puis, bien sûr, on a aussi une poupée Ken, parce que je ne pouvais pas oublier Ken. Allez, c’est parti.

Narrateur : Tout d’abord, on a mesuré chacune des poupées, leur hauteur, leur tour de taille, etc., et on a fait quelques calculs pour déterminer leur taille réelle. Ensuite, on les a comparées à une vraie femme : notre collègue Jensen.

Benji Jones : Alors Jensen, combien mesures-tu ?

Jensen Rubinstein : Je mesure 1m61.

Benji Jones : Tu as donc la taille moyenne d’une Américaine, félicitations.

Jensen Rubinstein : Wouah, merci !

Benji Jones : La première chose qu’on va faire est de prendre tes mensurations.

Jensen Rubinstein : JOK.

Benji Jones : Et ensuite on va comparer ça à Barbie. Tu peux me montrer ton nombril ?

Jensen Rubinstein : Juste là.

Benji Jones : OK.

Narrateur : Bien que Jensen ait la taille moyenne d’une Américaine, elle a un tour de taille inférieur à la moyenne. Mais pas aussi mince que celui de Barbie. Si Barbie était grandeur nature, sa taille ne mesurerait que 50 centimètres et ses hanches 71 centimètres. Et si Jensen avait les mensurations de Barbie, voici à quoi elle ressemblerait. Elle aurait des bras plus courts, un cou plus long et des pieds minuscules. En fait, ils seraient si petits qu’elle aurait du mal à se tenir en équilibre et serait obligée de marcher à quatre pattes.

Et qu’en est-il de la Barbie Curvy ? Est-elle plus réaliste ? En fait, oui, au moins par rapport à Jensen. Sa taille mesurerait environ 63 centimètres et ses hanches environ 90, comme celles de Jensen. Voici Jensen avec les mensurations de Barbie Curvy. Pas si différentes. Mais, bien sûr, elle ne pourrait toujours pas marcher debout.

Il ne faut pas oublier Ken. Je l’ai comparé à moi. Si Ken faisait ma taille, son tour de taille ne ferait que 63 centimètres, et il aurait aussi des pieds anormalement petits, de longues jambes et des mollets plus gros. Mais ses biceps, eh bien, les miens sont plus gros. Euh, Ken, tu ferais bien de faire attention.

Donc, comme vous pouvez vous en douter, la plupart des Barbies ne ressemblent en rien aux Américains moyens, aussi en forme soient-ils. En fait, des chercheurs ont découvert que la probabilité qu’une femme ait les mêmes mensurations qu’une Barbie classique est inférieure à une sur 100 000. Et c’est un problème.

Deborah Tolman : Je m’appelle Deborah Tolman. Je suis professeure de psychologie sociale critique et d’études sur les femmes et le genre au Hunter College de la City University de New York.

Narrateur : Et selon Tolman :

Deborah Tolman : Les poupées ont un énorme impact sur la perception que les filles et les garçons ont d’eux-mêmes, sur leurs idées du corps, et sur leurs idéaux des corps minces. Si vous avez un idéal et que vous ne l’atteignez jamais, vous n’avez pas besoin d’une étude psychologique pour savoir que ça vous fait du mal.

Narrateur : Mais nombre d’études le font. Par exemple, une étude publiée en 2006 a révélé que les jeunes filles exposées à des images de poupées Barbie étaient plus insatisfaites de leur corps et avaient une moins bonne estime de leur corps que les filles à qui on montrait des images d’une poupée de plus grande taille. Mais heureusement, ça va dans les deux sens.

Deborah Tolman : Jouer avec une poupée, je cite, plus "potelée" supprime le désir d’avoir un corps mince. Donc, le fait de ne voir que le négatif ne fait pas tout car il existe des moyens d’introduire des poupées et un jeu qui ont un effet protecteur.

Narrateur : Et c’est pourquoi certains experts applaudissent Mattel pour avoir créé la Barbie Curvy. Mais ça a aussi créé un nouveau marché pour les gens qui veulent faire des poupées encore plus réalistes parce que, soyons honnêtes, la Barbie Curvy ne représente toujours pas la femme américaine moyenne.

Nickolay Lamm : Je pense que les Barbie Curvy, Tall et Petite, ça sonne bien, genre : "Oh, Curvy, Tall et Petite, on est toutes différentes, etc." Mais si on les regarde vraiment individuellement, les poupées sont loin d’être réalistes parce que la Curvy a une morphologie sablier parfaite. La Petite est extrêmement mince, et la Tall ressemble beaucoup à la Barbie originale, mais en un peu plus grande.

Narrateur : C’est Nickolay Lamm.

Nickolay Lamm : Je suis le fondateur de Lammily, qui fabrique des poupées aux mensurations réalistes pour promouvoir une image corporelle saine.

Narrateur : Lamm est en concurrence avec Mattel sur le marché, donc les opinions diffèrent évidemment quant à la poupée parfaite, mais si vous regardez ses poupées, il est facile de voir en quoi elles diffèrent de Barbie, Curvy ou autres. Et au final, il n’y a peut-être pas de poupée parfaite. Après tout, les gens sont de formes, de tailles et de couleurs différentes, et il est assez clair que les poupées devraient l’être aussi.

Version originale : Gene Kims et Benji Jones/Insider.

À lire aussi — Vous allez pouvoir acheter des poupées Mattel non genrées et personnalisables

Découvrir plus d'articles sur :