Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

On a testé Boxy, le magasin 100% autonome qui tient dans un conteneur de 15 m²

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

On a testé Boxy, le magasin 100% autonome qui tient dans un conteneur de 15 m²
Le magasin automatisé Boxy qui se trouve sur le port de Gennevilliers (92). © Business Insider France/Claire Sicard

Après les États-Unis et ses supérettes Amazon Go, c'est au tour de la France de voir débarquer un nouveau type de point de vente : les magasins conteneur. La semaine dernière, le groupe Casino dévoilait sa "Black Box", magasin autonome de 18 m² développée pour les clients de son enseigne Monop'. Elle devrait être installée d'ici la fin de l'année dans une zone de passage, on ne sait pas encore où exactement. Mais le distributeur Monoprix n'est pas le premier sur ce créneau : la startup Storelift a en effet mis en place en région parisienne un magasin conteneur 100% automatisé dès le mois d'août dernier.

Situé sur le port de Gennevilliers, dans les Hauts-de-Seine (92), le magasin autonome appelé "Boxy" est disponible 24h/24 et 7jours/7. D'une dimension de 15 m² (2,5 mètres sur 6), il propose environ 300 produits à la vente. Essentiellement du snacking, des boissons, de l'épicerie et des produits de dépannage pour faire des courses de complément. "Les plus grosses ventes du magasin se font actuellement sur les boissons et les gâteaux, mais aussi les produits d'entretien et d'hygiène", confie David Gabai, co-fondateur de Storelift, à Business Insider France. Un second magasin Boxy a été installé courant septembre à Rungis, dans le Val-de-Marne (94), dans un parc d'entreprises.

Le panier moyen d'un client tourne autour de 6 euros pour le moment. Les clients viennent en magasin à trois moments de la journée : pour la pause de midi, en fin de journée pour des courses de dépannage, mais aussi la nuit, notamment les personnes travaillant en horaires décalés. Le réassort des produits se fait une fois par jour, au départ de la plateforme de Storelift à Ivry-sur-Seine (94). La startup n'étant pas un distributeur, comme Monoprix par exemple, ils passent par une centrale d'achat régionale et vont eux-mêmes chercher des produits frais ou plus originaux, travaillant avec une dizaine de fournisseurs au total.

Reste à savoir si le prix des produits est compétitif. Selon David Gabai, ils sont "à peu près sur des prix de grandes surfaces, alors qu'on est sur un petit commerce de proximité". Les charges d'exploitation faibles, ainsi que l'amplitude horaire du magasin, permettraient à la startup de baisser les prix d'achat des produits vendus dans ses magasins autonomes pour les rendre le plus accessible possible.

Une ouverture par mois d'ici l'été 2021

La technologie utilisée par Storelift a été développée en interne : un algorithme permet de faire du tracking pour reconnaître ce que chaque client prend et attribuer les bons produits aux bonnes personnes. De nombreuses caméras complètent la technologie pour vérifier les données de l'algorithme. Enfin, des balances connectées sont installées sous chaque produit. "Elles permettent de compléter l'information de l'algorithme parce qu'elle n'est pas parfaite", précise le co-fondateur de Storelift. L'objectif de la startup à terme est d'atteindre 98% à 99% de précision. "Aujourd'hui on a déjà entre 2 et 3% d'erreurs", indique David Gabai.

Existe-t-il une différence avec la technologie que l'on trouve dans les supérettes Amazon Go ? "D'un point de vue technologique, il n'y a pas de grande différence, notre différence est plutôt sur le format et la cible. Amazon Go veut répliquer l'expérience d'achat d'un commerce traditionnel (...) là où nous on a pris le pari d'adresser un nouveau marché", explique-t-il. De son côté, le magasin automatisé de Monoprix utilise uniquement le principe des balances connectées, mais il n'y a pas de caméras pour compléter comme pour Boxy ou Amazon Go.

Lancée il y a deux ans et demi, la startup Storelift affiche de grosses ambitions. "Notre objectif d'ouverture est d'une Boxy par mois jusqu'à l'été prochain", affirme ainsi David Gabai. La troisième Boxy prendra place d'ici peu dans une petite ville de 1 300 habitants située dans l'Essonne, avant une quatrième ouverture non loin, dans le même département. D'autres projets sont en cours, notamment dans des gares ou des stations-service. "Notre cible principale c'est la première et la deuxième couronne, et à terme la France, voire l'Europe, avec un objectif de maillage là où les enseignes ne vont pas", affirme ainsi le co-fondateur de Storelift.

Et quand on lui demande ce qu'il répond à d'éventuels détracteurs qui pourraient dire que les magasins autonomes tuent l'emploi, David Gabai est très clair : "ce ne sont jamais les clients qui nous le reprochent". Il estime que sa stratégie étant de s'implanter dans des "zones quasi désertifiées commercialement", il ne viendrait pas tuer des emplois déjà existants. Et de se défendre : "on a beaucoup d'emplois créés en logistique, en développement, c'est vraiment une équation à somme positive", assure-t-il.

Nous sommes allés tester le magasin 100% automatisé Boxy situé sur le port de Gennevilliers, voilà où il se trouve et comment il fonctionne :

La première Boxy a été installée par la startup Storelift au milieu du port de Gennevilliers. Elle se situe non loin des Grands Moulins de Paris. Sa couleur rouge permet de la repérer de loin.

Business Insider France/Claire Sicard

À l'emplacement de la Boxy, il y avait avant une cafétéria, un bar-tabac et un restaurant, tous fermés depuis plusieurs mois, voire années.

Business Insider France/Claire Sicard

À l'extérieur, sur la vitre près de la porte d'entrée, le fonctionnement du magasin automatisé est expliqué.

Business Insider France/Claire Sicard

Pour pouvoir rentrer, il faut télécharger l'application Boxy, enregistrer les coordonnées de sa carte bancaire et générer, toujours via l'app, un QR code.

Boxy

Vous scannez ensuite le QR code à l'emplacement demandé : c'est bon, la voie est libre !

Business Insider France/Claire Sicard

L'intérieur de la box est comme un vrai magasin avec des produits en rayon, des frigos pour le frais, de la musique...

Business Insider France/Claire Sicard

De nombreuses caméras sont installées dans le magasin conteneur pour permettre de décoder tous vos gestes et d'attribuer les bons produits au bon client.

Business Insider France/Claire Sicard

Les promotions ou concours du moment peuvent être affichés sur un petit panneau à l'intérieur du conteneur.

Business Insider France/Claire Sicard

Quand vous prenez un produit, un système de balances connectées, doublé par la technologie des caméras, permet de mettre directement la bonne référence de produit dans votre panier virtuel. Si vous changez d'avis et que vous reposez le produit, même chose, la technologie le comprend.

Business Insider France/Claire Sicard

Vous pouvez composer des menus avec certains produits et bénéficier ainsi de remises.

Business Insider France/Claire Sicard

Des couverts sont mis à disposition, déjà emballés dans un étui, ainsi que des sacs en papier pour emporter vos achats.

Business Insider France/Claire Sicard

Une fois vos courses terminées, il ne vous reste qu'à sortir de Boxy en appuyant sur un petit bouton qui ouvre la porte.

Business Insider France/Claire Sicard

Vous recevez alors une notification expliquant que votre reçu arrivera dans quelques minutes.

Business Insider France/Claire Sicard

Quelques minutes après, une seconde notification arrive sur votre téléphone avec le reçu détaillant vos achats.

Business Insider France/Claire Sicard

Dans l'application, vous pouvez aussi retrouver à tout moment le détail de votre panier et l'historique de vos achats.

Boxy

À lire aussi — On a visité l'entrepôt Monoprix qui permet de préparer une livraison en 6 minutes grâce à des robots

Découvrir plus d'articles sur :