Le Vespa est une icône de la culture italienne, représenté dans des films comme "La Dolce Vita" de Fellini et "Vacances Romaines" avec Audrey Hepburn. Vespa a fabriqué et vendu plus de 1,6 million de scooters dans le monde entier. Nous avons visité le siège social de Vespa et du groupe Piaggio à Pontedera, en Italie, pour voir comment sont fabriqués les deux-roues emblématiques.

Ci-dessous, une transcription de la vidéo. 

Claudia Romeo : Salut tout le monde, je m'appelle Claudia et aujourd'hui on est à Pontedera, dans la province de Pise, en Toscane, en Italie, au siège de Vespa et du groupe Piaggio. Aujourd'hui, on va visiter l'usine et voir comment sont fabriqués les Vespa. C'est parti, suivez-moi ! 

Les Vespa sont plus que de simples scooters. Au fil des années, ils sont devenus une icône de la culture italienne et du “made in Italy”. On a pu les voir à de nombreuses reprises sur grand écran dans des films comme "La Dolce Vita" de Fellini ou “Vacances romaines” avec Audrey Hepburn. 

Au cours des 10 dernières années, Vespa a fabriqué et vendu plus de 1,6 million de scooters dans le monde entier. 

Marco Lambri : Vespa a une histoire extraordinaire. C'est une histoire née en 1946, après la Seconde Guerre mondiale, grâce à l'intuition d'Enrico Piaggio et au génie d'un ingénieur, Corradino d'Ascanio. A l'époque, Piaggio était dans le domaine aéronautique et naval et les propriétaires ont décidé de reconvertir l'entreprise dans un nouveau domaine : le transport individuel. Après la guerre, l'Italie a dû repartir de zéro. Et à travers ce véhicule, simple, bon marché et pour tous, Piaggio pensait pouvoir apporter une contribution significative. 

Claudia Romeo : Le Vespa est apparu en 1946 au Club de Golf de Rome, et a rapidement gagné en popularité. On est passé de 2 500 scooters vendus en 1947 à plus de 20 fois plus en seulement trois ans, puisque 60 000 scooters se sont vendus en 1950. 

Les premiers modèles ont été vendus pour 55 000 lires italiennes, soit l'équivalent de 220 euros à l'époque. Les prix des Vespa étaient très compétitifs, et c'est ce qui, avec son design élégant, en a fait un véritable succès. 

Marco Lambri : Vespa est né après une étrange combinaison de coïncidences. Corradino d'Ascanio, son ingénieur, n'aimait pas les motos. Il a conçu les Vespa en pensant à ceux qui allaient les conduire mais sans les contraintes des motos de l'époque. Il devait être facile à utiliser, protecteur, confortable. Il l'a conçu en pensant à la façon dont il l'aurait utilisé. Son nom vient de l'exclamation d'Enrico Piaggio quand il a vu le premier prototype. Sa forme, une taille étroite et un arrière large, ressemblait à celle d'une guêpe (vespa en italien). Quand il l'a vu, il a dit : "On dirait une guêpe !" Et c'est ainsi que Vespa est né. 

Claudia Romeo : Le Vespa se distingue des autres scooters par sa carrosserie qui est entièrement réalisée avec des morceaux d'acier, qui sont soudés entre eux, exactement de la même manière que Piaggio fabriquait ses avions lorsqu'il a lancé le scooter en 1946. 

La ligne de soudage de l'usine de Pontedera est entièrement robotisée. Elle utilise une combinaison de soudage par points et de soudage à l'arc. Les révisions finales du châssis sont faites à la main par un opérateur expérimenté, qui est là pour repérer les défauts sur l'acier. 

Ensuite, passons à l'atelier de peinture. La carrosserie est d'abord recouverte d'un apprêt noir par cataphorèse. Ensuite, les opérateurs scellent la ligne de jonction entre les carrosseries gauche et droite et le bouclier avant et l'emplacement des pieds. Une autre couche d'apprêt est appliquée pour garantir la bonne adhérence entre la cataphorèse et la couche de base. La couleur de cet apprêt est liée à la couche de base, ainsi un apprêt noir ou gris sera appliqué sur les véhicules plus foncés, et un blanc pour un véhicule peint en rouge, par exemple. 

La finition est séchée par cuisson au four pendant 40 minutes à 85 degrés Celsius, puis polie pour éliminer toute imperfection. 

Un convoyeur amène le châssis de la carrosserie à la ligne d'assemblage final. L'usine de Pontedera dispose de six chaînes de montage. Trois lignes assemblent les modèles Piaggio Liberty, NRG, MP3 et Beverly. Les autres lignes sont pour les Vespa GTS, Vespa Primavera, Vespa Sprint, Vespa 946 et la nouvelle gamme électrique, Vespa Elettrica. 

Nous avons suivi l'assemblage du Vespa Primavera 125. Les chaînes de montage se déplacent en continu et un nouveau Vespa est prêt toutes les trois minutes. Tout est fait à la main, à l'aide de tournevis électroniques. Chaque pièce a un code-barres que l'opérateur scanne pour obtenir les bons réglages. La conception de la fourche avant, avec l'amortisseur sur le côté gauche et la roue montée sur le côté droit, ressemble à celle d'une roue d'avion. 

En fin de ligne, un technicien teste les feux et les indicateurs de vitesse. Outre l'usine de Pontedera, Piaggio a également ouvert une usine au Vietnam en 2013 pour répondre à la forte demande sur les marchés asiatiques.

Marco Lambri : Vespa fait partie des quelques véhicules implantés mondialement. Il est vendu dans le monde entier, et il est conduit sur tous les types de routes des pays les plus développés vers les pays en développement. Vespa n'est pas seulement un véhicule unique, c'est aussi un symbole, une icône. Vespa représente le style italien, la culture italienne parce qu'il a toutes les valeurs qui ont rendu notre pays célèbre : l'art, l'architecture, la nourriture, les couleurs. La forme du Vespa ne pouvait naître qu'en Italie. C'est un objet maternel à caresser, il est féminin, sexy. Il a réussi à passer d'un véhicule à un manifeste de cette culture du produit, typique du génie industriel italien. 

Version originale : Claudia Romeo/Business Insider Italy

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : General Motors va arrêter de construire des voitures dans 3 usines en Amérique du Nord et réduire ses effectifs de 15 % en 2019 à cause des voitures électriques et autonomes