Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

On vous présente Kamala Harris, la colistière de Joe Biden pour la présidentielle américaine

On vous présente Kamala Harris, la colistière de Joe Biden pour la présidentielle américaine
Joe Biden (à gauche) et Kamala Harris (à droite). © Scott Olson/Getty Images

Kamala Harris est née en 1964 à Oakland, en Californie, de parents diplômés de Berkeley, l'université de Californie. Elle a une sœur cadette, Maya. Sa mère, Shyamala Gopalan Harris, et son père, Donald Harris, ont quitté respectivement l'Inde et la Jamaïque pour immigrer aux États-Unis. Ils se sont rencontrés à l'université de Berkeley alors qu'ils étaient étudiants de troisième cycle et ont divorcé lorsque Kamala Harris était encore jeune.

Selon le Washington Post, les soeurs Harris partaient en vacances en Inde et leur mère leur préparaient des plats indiens à la maison. De plus, leur parent ont plusieurs fois emmené la jeune Kamala Harris à des manifestations pour les droits civiques à Berkeley. "Ma mère a très bien compris qu'elle élevait deux filles noires", écrit-elle d'ailleurs dans sa biographie, "The Truths We Hold", en 2019. Sa famille a vécu à Montréal, au Canada, pendant quelques années avant de retourner aux États-Unis.

Kamala Harris a passé une bonne partie de son enfance à Berkeley, où elle a bénéficié du 'busing' et fréquenté l'école primaire Thousand Oaks.

Des jeunes élèves se dirigent vers un bus scolaire à Berkeley, où le programme de "busing" mêlant des jeunes noirs et jeunes blancs a été mis en place pendant 18 mois. Le 24 février 1970.  AP Photo/RWK

Très jeune, elle a bénéficié du système de "busing", un système de ramassage scolaire, mis en place dans la lignée du mouvement des droits civiques aux Etats-Unis. Celui-ci consistait à déplacer des enfants des quartiers pauvres et majoritairement noirs vers des établissements blancs de classes moyennes des banlieues résidentielles. Cette politique de déségrégation a été expérimenté pour la première fois aux Etats-Unis en 1971, dans la ville de Charlotte (en Caroline du Nord). Malgré une population très réticente, elle fut très utilisé entre le milieu des années 1970 et les années 1990.

L'un des moments les plus marquant de la campagne présidentielle démocrate est certainement survenu lorsque Kamala Harris, s'adressant à Joe Biden lors d'un débat, a déclaré : "Il y avait une petite fille en Californie qui faisait partie de la deuxième classe pour intégrer ces écoles publiques, et elle était transportée dans ces bus à l'école tous les jours. Cette petite fille, c'était moi", avant de critiquer l'opposition de Joe Biden au "busing" dans les années 1970.

Joe Biden s'en est alors défendu : "Je ne me suis pas opposé au 'busing' en Amérique. Ce à quoi je me suis opposé, c'est l'idée d'un système de transport scolaire anti-ségrégation ordonné par le ministère de l'éducation. C'est ce à quoi je me suis opposé".

Selon le New York Times, Kamala Harris prenait ce bus pour se rendre dans un quartier à prédominance blanche, afin de fréquenter l'école primaire de Thousand Oaks à partir de 1970, alors que le "busing" n'en était encore qu'à ses débuts.

Kamala Harris a fréquenté l'université Howard et l'université de Californie, 'Hastings College of Law'.

Université d'Howard.  Université Howard Facebook

Elle était membre de la sororité Alpha Kappa Alpha à Howard. Elle a déclaré au Washington Post que c'est à l'école qu'elle était réellement "devenue une adulte". Le Los Angeles Times a rapporté que l'identité politique de Kamala Harris a commencé à prendre forme à Howard, une université historiquement noire (HCBU).

Stan Verrett, le présentateur de l'émission Sportscenter sur ESPN, a tweeté que lorsqu'il était bizut Alpha Phi Alpha à Howard en 1986, "une jeune femme ambitieuse y était bizut à Alpha Kappa Alpha cette année-là" et qu'elle est maintenant candidate à la vice-présidence.

Kamala Harris a travaillé au bureau du procureur du comté d'Alameda à Oakland pendant huit ans, jusqu'en 1998.

Une vue aérienne du centre ville d'Oakland, Californie.  Reuters

Le Los Angeles Times rapporte que, juste après ses études de droit, elle a traité d'affaires de meurtre, de viol, d'agression et de drogue dans le cadre de son premier emploi en tant que procureure adjointe du comté d'Alameda à Oakland.

A peu près à la même époque, Kamala Harris fréquentait Willie Brown, alors président de l'Assemblée de Californie et futur maire de San Francisco. Le couple a mis fin à sa relation avant qu'il ne devienne maire. En 2003, Kamala Harris a déclaré à SF Weekly que Willie Brown, et leur relation passée, était un "albatros qui traîne autour de son cou". "Sa carrière est terminée. La mienne sera bien vivante et en pleine forme pendant les 40 prochaines années. Je ne lui dois rien", a-t-elle déclaré.

Mardi 11 août, Willie Brown a déclaré que la candidate devrait décliner l'offre de Joe Biden de rejoindre son équipe.

Kamala Harris a été procureure de San Francisco de 2004 à 2010.

La procureure de San Francisco, Kamala Harris, salue la foule lors de la Gay Pride sur Market Street, le dimanche 28 juin 2009, à San Francisco, en Californie.  D. Ross Cameron/MediaNews Group/The Mercury News via Getty Images

Kamala Harris a été la première femme à occuper le poste de procureure de San Francisco, et la première femme noire et sud-asiatique américaine à occuper ce poste.

En 2003, alors qu'elle se présentait à ce poste, elle a déclaré qu'elle s'opposerait à la peine de mort. Quatre mois plus tard, elle tenait sa promesse de campagne, lorsque l'officier de police Isaac Espinoza a été tué par un membre de gang. D'autres démocrates californiens éminents, dont Dianne Feinstein et Barbara Boxer, ont critiqué cette décision, qu'elle a défendue dans un éditorial du San Francisco Chronicle.

Cependant, selon le Washington Post, la peine de mort est une question "complexe" dans le parcours juridique de Kamala Harris.

Pendant son mandat de procureure, elle a mis en place le programme "Back-to-Track", un programme de réinsertion "visant à réduire la récidive chez les personnes accusées de trafic de drogue de moindre importance". Ce programme, qui devait durer entre 12 et 18 mois, fixait des objectifs définis par un programme de responsabilité personnelle (PRP) adapté à chaque individu. Le PRP mesurait les performances parentales, éducatives et professionnelles de l'individu, en plus de lui imposer plusieurs centaines d'heures de travail. Afin d'obtenir leur diplôme, les participants devaient avoir trouvé un emploi, être inscrits à l'école et satisfaire aux exigences du PRP.

En 2011, Kamala Harris est devenue procureure générale de Californie.

La procureure générale Kamala Harris s'adresse au public lors du service funéraire de l'officier de police Michael Johnson au centre SAP de San Jose, en Californie, le jeudi 2 avril 2015.  Gary Reyes/MediaNews Group/The Mercury News via Getty Images

Elle a occupé le poste de procureure générale de Californie pendant six ans. Pendant toute cette période, elle a engagé des poursuites contre des sociétés de prêts hypothécaires, des universités à but lucratif et des trafiquants d'êtres humains, obtenant des accords importants pour l'État.

Selon le Washington Post, le président Donald Trump a financé les campagnes de Kamala Harris pour le poste de procureure générale, à deux reprises. Tout comme sa fille, Ivanka Trump.

Au cours de sa première année en poste, elle a soutenu une loi signée par le gouverneur républicain de l'époque, Arnold Schwarzenegger, qui condamnait les parents d'enfants "absentéistes chroniques" à des amendes de plusieurs milliers de dollars pour avoir manqué plus de 10% des cours sans excuse valable. La sanction comprenait également une peine de prison. A l'époque, Julianne Hing avait écrit pour Color Lines que cela était "susceptible d'affecter de manière disproportionnée les communautés de couleur". Kamala Harris a présenté ses excuses pour avoir soutenu la loi en 2019.

En 2015, elle a soutenu la condamnation de George Gage, un homme qui purge actuellement une peine de 70 ans de prison pour avoir agressé sa belle-fille. Beaucoup de personnes se sont élevés contre cette décision, affirmant que George Gage était peut-être innocent et que sa condamnation pouvait être basée sur des témoignages peu fiables.

En 2018, le chroniqueur du New York Times Nicholas Kristoff a qualifié Kamala Harris de "leader politique défectueux" alors qu'il discutait du cas de Kevin Cooper, actuellement dans le couloir de la mort pour meurtre. Le journaliste a présenté Kamala Harris et l'ancien gouverneur, Jerry Brown, comme des législateurs qui ont refusé d'autoriser "les tests ADN nouvellement disponibles". Selon lui, de nouvelles preuves génétiques permettraient de discupler Kevin Cooper. La même année, Kamala Harris a déclaré que la Californie devrait autoriser les tests ADN pour l'affaire Cooper.

Dans le passé, les groupes de défense des droits civiques ont critiqué la façon dont elle a réagi aux fusillades de la police, affirmant qu'elle devait être plus stricte quant à l'usage excessif de la force par les policiers.

A ce sujet, un porte-parole de la candidate à la vice-présidence n'a pas répondu immédiatement à Business Insider US.

Depuis 2017, Kamala Harris siège au Sénat américain. Elle est la deuxième femme noire et la première femme sud-asiatique à occuper ce poste.

La sénatrice Kamala Harris réagit lors d'une audition de la commission sénatoriale du renseignement au sujet du "Foreign Intelligence Surveillance Act", au Capitole. Le mercredi 7 juin 2017, à Washington DC.  AP Photo/Alex Brandon

Au Sénat, elle est membre de plusieurs commissions différentes : la commission de contrôle de la sécurité intérieure et des affaires gouvernementales, la commission spéciale du renseignement, la commission judiciaire et la commission du budget.

Elle a souvent reçu des éloges pour sa façon de poser des questions lors des audiences du Congrès.

TechCrunch affirme que Kamala Harris avait placé le PDG de Facebook, Mark Zuckerberg, "entre le marteau et l'enclume" lors d'une audition du Congrès, en avril 2018, sur la question de l'utilisation abusive du "data mining".

En mai 2019, son réquisitoire enflammé lors d'une audience du Congrès sur le rapport Robert Mueller ont fait la une des journaux, notamment en ce qui concerne la manière dont elle a traité le procureur général William Barr.

Elle se présentera à sa réélection en 2022.

L'année dernière, Kamala Harris s'est portée candidate à la présidence pour les Démocrates, mais elle a abandonné en décembre.

La sénatrice Kamala Harris lance sa campagne pour la présidence des États-Unis lors d'un rassemblement au Frank H. Ogawa Plaza dans sa ville natale d'Oakland, en Californie. Le 27 janvier 2019.  REUTERS/Elijah Nouvelage

Lors de sa campagne, les participants à un sondage Insider ont déclaré qu'ils considéraient Kamala Harris comme l'une des candidates les plus progressistes parmi un groupe de démocrates très nombreux.

Business Insider US, a précédemment présenté son programme. Celui-ci est favorable à un congé payé universel, à de meilleurs salaires pour les enseignants et à une offre publique de soins de santé.

Kamala Harris vit à Los Angeles avec son mari, Doug Emhoff.

Douglas Emhoff et Kamala Harris assistent à la soirée des Oscars 2015 de Vanity Fair, organisée par Graydon Carter au Wallis Annenberg Center for the Performing Arts. Le 22 février 2015 à Beverly Hills, en Californie.  Jon Kopaloff/FilmMagic

Doug Emhoff, également avocat, soutient sa femme avec beaucoup de conviction. Lorsqu'elle a annoncé qu'elle mettait fin à sa campagne présidentielle, il a tweeté : "Je te soutiens. Comme toujours."

Il est associé chez DLA Piper. Selon le profil de son entreprise, il représente des particuliers ainsi que des sociétés dans des affaires complexes, des litiges relatifs aux biens immobiliers et à la propriété intellectuelle.

Le couple, qui est marié depuis 2014, s'est rencontré lors d'un rendez-vous à l'aveugle (blind date). Kamala Harris est la belle-mère des deux enfants de son époux, issus d'un précédent mariage. Dans un éditorial pour le magazine Elle, Kamala Harris décrivait ses beaux-enfants comme étant "des enfants brillants, talentueux et drôles qui sont devenus des adultes remarquables".

Version originale : Debanjali Bose / Business Insider US. Traduit de l'anglais par Mégan Bourdon.

A lire aussi — Donald Trump a financé les campagnes de Kamala Harris à deux reprises

Découvrir plus d'articles sur :