Publicité

On vous présente PowerZ, le jeu éducatif français où vos enfants apprennent devant leur écran

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

On vous présente PowerZ, le jeu éducatif français où vos enfants apprennent devant leur écran
Une première version du jeu PowerZ est disponible sur PC et Mac. © PowerZ
Publicité

Si vous avez des enfants, vous vous êtes sûrement demandé, ces derniers mois, comment leur faire passer moins de temps devant des écrans. Emmanuel Freund, lui, s'est plutôt demandé comment mettre ce temps à profit pour les faire apprendre. Ce père de deux enfants — 5 et 8 ans — a alors cherché un jeu éducatif qui pourrait les divertir tout en leur faisant apprendre des choses dans plusieurs domaines, sans succès.

Il a donc décidé de le créer. Co-fondateur et ancien PDG de la startup derrière le service de cloud gaming Shadow, Emmanuel Freund a assemblé, en septembre dernier, une équipe pour créer PowerZ, un jeu en monde ouvert à destination des enfants de 6 à 12 ans qui mêle des techniques éducatives éprouvées à des mécaniques vidéoludiques classiques.

À lire aussi — 5 choses que vos ados apprennent grâce aux réseaux sociaux

Une recette déjà employée avec succès avec les jeux "Adibou" dans les années 90 et 2000, mais passée de mode depuis. "On est allé voir des spécialistes de l'éducation qui ont validé le fait que ça n'existait pas dans le monde", affirme Emmanuel Freund à Business Insider France. "Et dans le jeu vidéo, c'était pareil. Les gens n'avaient aucune notion d'un tel projet."

PowerZ a levé 3 millions d'euros et lance, ce lundi 15 février, une première "brique" de son univers. Une version alpha, téléchargeable gratuitement sur PC et Mac, qui permet de découvrir le monde du jeu et de prendre part à plusieurs activités. L'objectif est de recueillir les avis des joueurs et de leurs parents pour faire évoluer le jeu.

La startup a fait appel à plusieurs spécialistes de l'éducation, dont le sociologue Gérald Bronner, l'autrice Charlotte Poussin, spécialiste de la pédagogie Montessori, ou encore Célia Rosentraub, directrice générale des ouvrages scolaires des éditions Hatier. Elle s'est également associée à des éditeurs comme Bayard ou Hachette pour proposer des contenus qui sont intégrés au jeu. Certains exercices sont ainsi inspirés de ce qu'on peut trouver dans les cahiers de vacances.

Business Insider France a pu tester une version anticipée du jeu et vous en dit plus sur ce qu'il propose dès aujourd'hui :

Pour commencer à jouer à PowerZ, il faut d'abord se créer un personnage. Après avoir choisi son prénom, on peut modifier son apparence, en choisissant parmi plusieurs couleurs de peau, d'yeux, de vêtements, ainsi que plusieurs coupes de cheveux et paires de lunettes.

Capture d'écran

Une connexion à internet est nécessaire pour jouer. En effet, le jeu collecte des données pour personnaliser l'expérience en fonction du joueur, et il est prévu que sa difficulté s'adapte en fonction de la progression de l'enfant.

Le jeu se déroule au sein d'un univers en monde ouvert — pour l'instant un village et ses environs — mais il est prévu d'ajouter d'autres îles qui offriront d'autres expériences.

Capture d'écran

La première île du jeu est développée en interne par l'équipe de PowerZ, mais la startup souhaite faire appel à des studios de développement extérieurs dans le futur.

La première tâche à accomplir est de libérer cette barque prise par les glaces, afin de monter à bord et de rejoindre le village.

Capture d'écran

Contrairement à une leçon scolaire, ici, le joueur apprend en appréhendant le monde dans lequel il évolue, et en développant son libre arbitre.

En utilisant ce panneau, l'enfant pourra changer l'état de l'eau en modifiant sa température.

Capture d'écran

C'est un mécanisme qui revient souvent dans le jeu et permet ainsi d'apprendre les premières bases de chimie : les noms des différents changements d'état (liquéfaction, solidification, vaporisation ou encore sublimation).

Une fois arrivé dans le village, le joueur rencontre les habitants, qui proposent différentes missions et activités.

Capture d'écran

PowerZ utilise "des vraies techniques de jeux vidéo dont on sait qu'elles marchent", explique Emmanuel Freund. On y trouve de la collection, de la fabrication et de la customisation d'objets, ou encore de la collecte de ressources. Des ingrédients qu'on retrouve dans "Pokémon", "Animal Crossing" ou même dans "World of Warcraft".

Dans le hall des épreuves, le joueur prend part à différentes activités qui lui permettent d'apprendre dans plusieurs domaines. Par exemple, le jeu des portes utilise le calcul mental.

Capture d'écran

PowerZ mêle l'apprentissage de matières scolaires classiques — comme les maths, le Français, l'histoire ou les langues étrangères — et de domaines plus novateurs comme le yoga ou la langue des signes.

PowerZ s'intéresse aussi à la culture. En s'asseyant sur ce banc, le joueur peut écouter 'Le Feuilleton d'Hermès', un livre jeunesse sur la mythologie grecque.

Capture d'écran

Les enfants pourront également découvrir des œuvres de musique classique ou encore s'initier au solfège.

PowerZ offre pour l'instant une série de quêtes qui couvrent une heure de jeu. L'objectif est d'ajouter des contenus régulièrement pour faire avancer l'histoire, tout en proposant de nouvelles activités.

Capture d'écran

Le jeu ne se place pas en concurrent des applis éducatives existantes, ni même des cours particuliers, mais plutôt comme une façon plus enrichissante d'utiliser le temps d'écran des enfants. "Plutôt que de jouer deux heures à 'Fortnite' ou 'Zelda', ou de regarder 'La Reine des Neiges', c'est peut-être plus utile de jouer à Powerz", résume Emmanuel Freund.

Une appli est disponible sur smartphone pour que les parents puissent suivre la progression de leurs enfants et limiter leur temps de jeu.

Le jeu est totalement gratuit et devrait le rester.

Capture d'écran

Pour se financer, PowerZ propose de faire payer un prix libre mensuel (entre 1 et 10 euros), mais n'exclut pas de faire évoluer le modèle économique dans le futur, en proposant par exemple des améliorations cosmétiques payantes.

À lire aussi — Collectionneurs et revendeurs de cartes Pokémon se ruent sur les menus Happy Meal aux États-Unis

Découvrir plus d'articles sur :