Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Orange choisit Nokia et Ericsson pour la 5G en France

  • 5G
  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Orange choisit Nokia et Ericsson pour la 5G en France
© Photographer: SeongJoon Cho/Bloomberg

Orange a choisi de confier à Nokia et Ericsson l'équipement de son réseau 5G en France, a annoncé l'entreprise télécoms, qui précise que cette sélection a été réalisée après plusieurs mois de tests. La 5G va permettre l'accélération de la numérisation de l'économie, grâce à un débit considérablement accru et un temps de réponse accéléré. Le Finlandais Nokia fournira les "antennes et services progressionnels associés" pour les régions Ouest et Sud-Est, où il est déjà présent en tant que fournisseur des réseaux 2G, 3G et 4G, tandis que le Suédois Ericsson équipera les réseaux de l'Ile-de-France, du Nord-Est et du Sud-Ouest où il est également présent.

Le contrat concerne les cinq prochaines années et "le déploiement commence immédiatement (...) afin que le réseau 5G d'Orange France soit prêt pour lancer les services 5G quand les fréquences seront disponibles courant 2020", a précisé Ericsson dans un communiqué. "Nokia soutiendra initialement le lancement de l'offre 5G commerciale d'Orange en permettant le déploiement d'un réseau mobile par des mises à niveau logicielles", a détaillé Nokia dans un communiqué. Il présentera ensuite des nouvelles antennes physiques et un logiciel pour tirer parti des nouvelles fréquences 5G.

A lire aussi — Voici pourquoi la 5G risque d’accroître l'impact du numérique sur l'environnement

Une décision symbolique

Ce choix est assez logique : pour fonctionner, les équipements 5G devront être compatibles avec les équipements 4G existants, ce qui implique qu'ils soient du même constructeur. Or, sur le mobile, Nokia et Ericsson fournissent déjà leur technologie à Orange pour les fréquences 2G/3G/4G en France. Cette décision est aussi symbolique : elle intervient à la suite d'un appel d'offres lancé début 2019, et alors que les pays européens viennent d'ouvrir partiellement la porte à l'équipementier chinois Huawei, accusé d'espionnage au profit de Pékin par les Etats-Unis. Il y a un an, Stéphane Richard, le PDG d'Orange a déclaré qu'il ne ferait pas appel à Huawei pour la 5G. Notons que Huawei fournit les réseaux d'Orange hors de France, avait ajouté à l'époque le groupe chinois.

Le gouvernement américain, qui considère le groupe chinois comme trop proche du gouvernement de Pékin, a banni Huawei de son territoire et demande à ses alliés d'en faire autant. Le Parlement français a adopté en juillet une loi sur la sécurisation de la 5G qui prévoit que les opérateurs doivent demander l'autorisation au gouvernement avant d'installer des équipements pour leur réseau 5G.

A lire aussi — La marque de smartphones Crosscall assied sa crédibilité face à Samsung ou Huawei en équipant les contrôleurs de la SNCF

Le gouvernement français n'a pas encore indiqué s'il comptait autoriser ou non des équipements Huawei pour la 5G, laissant dans l'attente Bouygues et SFR qui travaillent avec le groupe chinois.

L'attribution définitive des fréquences aux opérateurs aura lieu dans le courant du premier trimestre.

Découvrir plus d'articles sur :