Les scientifiques pensent aujourd'hui qu'une vie microscopique pourrait flotter dans les nuages de Vénus. Leur théorie est surprenante compte tenu de l'inhospitalité de la surface de Vénus. Mais dans les nuages, la possibilité qu'une forme de vie existe est bel et bien réelle.

Ci-dessous, une transcription de la vidéo.

Malgré des décennies de recherche de vie extraterrestre sur des planètes et des étoiles lointaines, nous sommes toujours bredouilles. Il s'avère que nous avons peut-être cherché aux mauvais endroits. Et les réponses pourraient être plus proches que nous le pensions.

La vie pourrait en réalité se trouver juste à côté, en train de flotter dans les nuages bas de Vénus ! Il s'avère que Vénus a de mystérieuses taches noires qui pourraient être des essaims de micro-organismes extraterrestres. Les scientifiques ont connaissance de ces taches depuis près d'un siècle.

Elles ont d'abord attiré l'attention parce qu'elles changeaient de forme très souvent. Passant de petites taches à des masses géantes en quelques jours. Un peu comme une lampe à lave.

Rakesh Mogul :  "Vous voyez une lampe à lave quand elle est complètement réchauffée ? Ces taches et ces gouttes qui flottent et changent de forme, elles se rallongent, se raccourcissent, se séparent et se rassemblent, c'est un peu comme ça. Ça l'est du moins pour moi, ça ressemble à ça, les nuages ​​de Vénus".

Pendant des décennies, personne n'a pu donner d'explication convaincante sur ce qui se passait réellement. Puis, en 1967, le célèbre astronome Carl Sagan a suggéré que les nuages ​​pourraient abriter une vie extraterrestre. Et maintenant, une équipe de scientifiques dispose de nouvelles preuves pour soutenir cette idée.

Rakesh Mogul : "Ce sont de grandes taches tridimensionnelles mais difficiles à voir en trois dimensions et elles se déplacent. C'est pour ça que je pense que si on était dans l'océan et qu'on observait une floraison en étant au fond, ça y ressemblerait. "

Il fait référence aux efflorescence algales. Vous savez ce sont ces tapis verts dans les lacs et les océans. Et ils regorgent de bactéries. Chose intéressante, ils se développent et changent de forme exactement comme les taches sur Vénus. Mais bien sûr, les scientifiques ont besoin de plus de choses que de simples formes. Ils ont besoin de preuves que des bactéries comme celles-ci pourraient théoriquement exister dans les nuages ​​de Vénus qui, à première vue, ne semblent pas si attrayants. Ils ne sont pas faits d'eau comme les nuages ​​de la Terre. Au lieu de cela, ils contiennent du dioxyde de soufre toxique et de l'acide sulfurique.

Mais en creusant un peu, les scientifiques ont trouvé exactement ce qu'ils cherchaient en Inde. Un type particulier de bactérie. Cette bactérie peut résister à des environnements très acides ET rester en altitude dans les nuages ​​de la Terre. Il serait exagéré de dire que ces bactéries pourraient survivre sur Vénus, mais il n'est pas difficile d'imaginer comment un environnement similaire dans les nuages ​​de Vénus pourrait abriter une forme de vie.

Après tout, Vénus n'a pas toujours été le four pressurisé que nous connaissons aujourd'hui avec des températures de surface suffisamment chaudes pour faire fondre le plomb et des pressions 90 fois supérieures par rapport au niveau de la mer sur Terre. Si vous remonter à environ 2 milliards d'années, les motifs à la surface de Vénus suggèrent que la planète abritait autrefois de vastes océans. Et ces derniers auraient pu avoir engendré la vie dans le système solaire primitif. Et peut-être que cette vie a trouvé refuge dans les nuages ​​plus froids et acides bien après que Vénus est devenue la serre infernale que nous connaissons aujourd'hui.

Maintenant, les scientifiques ne disent pas qu'il y a vraiment de la vie sur Vénus.

Rakesh Mogul : "Le premier choix aujourd'hui devrait être quelque chose qui ne soit pas de la biologie. Ça fait donc des décennies que ce sont les raisons, non biologiques ou abiotiques, qui pourraient expliquer ces contrastes."

Mais comme de plus en plus d'explications non biologiques sont exclues, une réponse biologique se profile toujours à l'horizon.

Rakesh Mogul : "Quelque chose dans l'atmosphère est perpétuellement dans les nuages."

En fin de compte, résoudre ce mystère nécessitera, vous l'avez deviné, un voyage sur Vénus. À l'heure actuelle, la NASA s'intéresse à des mondes plus lointains comme Europa et Enceladus. Mais peut-être qu'un jour, nous passerons à côté pour voir si quelqu'un est à la maison.

Produit par : David Anderson et Jordan Bowman/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Finalement, ce n'est pas Vénus qui est la planète la plus proche de la Terre