Il y a toutes sortes de façons étranges d'allumer une cigarette, du chalumeau à la loupe. Mais peu de gens sur Terre ont utilisé une méthode si bizarre et excessive, que celle mise au point par un physicien de la guerre froide : l'explosion d'une bombe nucléaire. Ce dimanche 18 août 2019, un fil de discussion sur le forum populaire "r/TodayILearned" de Reddit a raconté comment le physicien théoricien Ted Taylor a utilisé l'éclair aveuglant d'une explosion atomique pour allumer une cigarette en 1952.

Les preuves de cas de cigarettes allumées à l'aide d'une explosion atomique ne sont pas tout à fait solides, mais il semblerait que Ted Taylor ait été le premier à trouver l'idée. Cette histoire est relatée par l'auteur Richard L. Miller dans son livre "Under the Cloud : The Decades of Nuclear Testing" (Les décennies d'essais nucléaires), qui retrace l'événement en détail.

Ted Taylor aurait allumé sa cigarette pendant l'opération Tumbler-Snapper, une série d'essais orchestrés par l'armée américaine sur le site d'essai du Nevada. L'opération s'est déroulée en pleine guerre de Corée — un conflit dans lequel le président Harry S. Truman a envisagé de larguer (à nouveau) la bombe nucléaire. 

Les fonctionnaires du gouvernement ont donné le nom de code "George" à ce test d'explosion, ou plutôt au coup de feu en question parce que c'était le septième d'une série (et "G" est la septième lettre de l'alphabet). Son but n'était pas d'allumer une cigarette, bien sûr : des chercheurs militaires ont placé une bombe nucléaire d'environ 1300 kilos, connue sous le nom de Mark 5, au sommet d'une tour de 91 mètres de haut pour essayer une nouvelle technologie de déclenchement d'explosion, d'après The Nuclear Weapon Archive.

La veille du lancement test, Ted Taylor aurait trouvé un miroir parabolique (en forme de coupe) de rechange, d'après le livre de Richard L. Miller, et l'aurait installé dans le bâtiment de contrôle de l'établissement avant l'heure. Ted Taylor savait exactement où placer le miroir pour qu'il recueille la lumière de l'explosion d'essai, ce qui libère de l'énergie thermique et la concentre à un endroit précis.

Ensuite, Ted Taylor a accroché une cigarette à un fil métallique de sorte que son bout flotte directement devant le faisceau lumineux focalisé. Cette disposition n'était pas très différente, sur le principe, de celle d'une loupe qui concentrerait la lumière du Soleil sur une feuille de papier et y mettrait feu.

Le 1er juin 1952, Ted Taylor et d'autres experts en armement se sont rassemblés dans le bâtiment de contrôle en forme de bunker près de la zone 3 du bassin d'essai des armes de Yucca Flats au Nevada. Puis ils ont déclenché la bombe. 

"En une seconde environ, la lumière concentrée et focalisée de l'arme a enflammé la pointe de la cigarette. Il avait fabriqué le premier allume-cigarette atomique au monde", a écrit Richard L. Miller à propos de l'installation de Ted Taylor.

"C'est une sorte de banalisation de la bombe."

Les frasques de Ted Taylor à l'ère nucléaire ne se sont probablement pas arrêtées avec lui. Martin Pfeiffer, un anthropologue qui étudie les relations de l'humanité avec les armes nucléaires (et qui force fréquemment la publication de documents liés à la bombe) a tweeté qu'un film du ministère de la Défense de 1955 semble montrer ce concept en action.

Environ 19 minutes après le début du film d'une demi-heure intitulé "Operation Teapot Military Effects Studies", un narrateur décrit comment des miroirs paraboliques étaient utilisés pour concentrer l'énergie lumineuse des explosions nucléaires sur des échantillons de céramique. Dans la séquence, la main d'une personne tient la pointe d'une cigarette dans un faisceau de lumière focalisée, la faisant fumer et s'enflammer : bien que cela ressemble à une autre cigarette allumée par une arme nucléaire, c'est peu probable.

Il n'y a pas de flash aveuglant — un effet révélateur d'une explosion nucléaire — et la durée pendant laquelle le faisceau lumineux reste à l'écran est également beaucoup trop longue. La personne filmée a probablement simplement tendu sa cigarette pour le vidéaste afin de démontrer le concept d'un miroir parabolique focalisant l'énergie d'une bombe potentielle.

Pourtant, il n'est pas difficile d'imaginer l'histoire de l'exploit de Ted Taylor comme se répandant parmi ses collègues pendant de nombreuses années et des centaines de tirs d'essai nucléaires américains en surface. D'autres l'ont probablement essayé eux-mêmes.
En tout cas, Martin Pfeiffer n'est pas fan de ces frasques. "Allumer une cigarette avec une arme nucléaire... est au moins en partie un effort de domestication des armes nucléaires par le biais d'une performance qui s'articule autour d'un acte quotidien d'allumage de cigarette ", a-t-il tweeté.

"C'est une sorte de banalisation de la bombe." C'est-à-dire : cet acte risque de banaliser les armes nucléaires, qui peuvent causer et ont déjà causé des morts et des destructions massives. Les bombardements nucléaires américains d'Hiroshima et de Nagasaki au Japon, par exemple, en 1945, ont fait environ 150 000 victimes et causé des décennies de souffrances à de nombreuses personnes qui ont survécu aux attaques.

Aujourd'hui, les essais nucléaires en surface sont pour la plupart interdits dans le monde entier, car ils peuvent répandre des retombées radioactives, perturber l'électronique, être confondus avec un acte de guerre, et plus encore. Mais les relations américano-russes se sont détériorées au point que chaque pays se précipite pour développer et tester de nouveaux armements nucléaires.

Le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires (TICE) vise à interdire les explosions nucléaires "par tous, et partout : à la surface de la Terre, dans l'atmosphère, sous l'eau et sous terre". La Russie a signé et ratifié le traité, mais huit autres pays ne l'ont pas encore fait ni mis en œuvre.

Les États-Unis ont signé le TICE en 1996, mais le Congrès n'a pas encore ratifié la participation de la nation à cet accord. Il existe aujourd'hui près de 15 000 armes nucléaires, ce qui signifie que l'astuce de l'allumeur de cigarette atomique pourrait, très certainement être réitérée, pour le pire.

Version originale : Dave Mosher/ Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 9 pays dans le monde détenant le plus d'armes nucléaires