Paris, Nantes, Dijon... E.Leclerc à la conquête des centres villes

Le second "Relais piéton" parisien du Mouvement E.Leclerc a été inauguré le 20 mars 2019 au 36 boulevard Saint-Michel. Business Insider France/Elisabeth Hu.

E.Leclerc a inauguré ce mercredi 20 mars son second "Relais piéton" parisien — que d'autres enseignes appellent "drive piéton", après celui du 52 avenue de Clichy. Ce nouveau local, situé au 36 boulevard Saint Michel dans le VIe arrondissement, s'étend sur 135 mètres carrés et permet aux habitants du quartier de passer prendre, de 9h à 21h, leurs courses réalisées sur le site de l'enseigne — le service est gratuit à partir de 15 euros d'achat. Plus qu'un simple point de retrait, ce relais est conçu pour être également un "hub" logistique, où arrivent aussi les commandes destinées à être livrées à domicile. Celles-ci sont assurées ensuite par des vélos triporteurs à assistance électrique. 

Ce nouveau format urbain émerge depuis quelques mois en France — sous l'impulsion notamment d'un adhérent Leclerc de Lille — et il fait des émules dans toutes les enseignes de la grande distribution. "Nous avons analysé le comportement de nos clients, via notre panel de consommateurs, et il en est ressorti qu'il n'était pas évident que tous les consommateurs veuillent se faire livrer chez eux", a déclaré Michel-Edouard Leclerc, le président du groupement éponyme à l'occasion de l'ouverture du Relais. 

Certains évoquent des questions d'intimité, d'autres veulent éviter la contrainte d'avoir à être là pour réceptionner leur livraison. Au final près d'un consommateur sur deux préfère descendre de chez lui et aller chercher ses courses à proximité selon l'analyse menée par les équipes de Leclerc.

La promesse de prix bas

Un collaborateur E.Leclerc assemble une commande en réunissant les sacs de produits frais — conservés au frais —, et de produits secs juste à l'arrivée du client. Business Insider France/Elisabeth Hu.

Le format répond donc à une demande des clients, mais pas seulement. "C'est aussi une question de coûts", explique Michel-Edouard Leclerc. "Nous savons bien que les derniers cent mètres sont les plus mangeurs d'énergie et les plus coûteux. Avec les Relais, nous en faisons l'économie, une économie dont nous voulons faire profiter les Parisiens."

Fidèle à sa politique de prix bas, l'enseigne se targue d'être 20 à 30% moins chers que ses concurrents. "Nous ne sommes pas un service social, ni des philanthropes mais notre priorité est la défense du pouvoir d'achat alors que Paris est la ville la plus chère de France", a rappelé le président du Mouvement E.Leclerc.

Leclerc ne compte pas s'arrêter là. À Paris, deux ou trois ouvertures de magasins sont dans les tuyaux, dont un à la Gaité (dans le quartier de Montparnasse) et d'ici trois ans, l'objectif est d'ouvrir trois à quatre Relais dans chaque arrondissement parisien. Le prochain est prévu dans le quartier Voltaire et les ouvertures se feront au gré des emplacements, pas si simples à dénicher. 

100 à 200 Relais à venir dans toute la France

Zone d'accueil du Relais E.Leclerc du 36 boulevard Saint-Michel. Business Insider France/ Elisabeth Hu.

La même problématique immobilière se retrouve dans les autres villes de France. Longtemps identifiée comme une enseigne de périphérie, Leclerc ne s'attaque pas qu'au coeur de Paris. Une quinzaine de Relais sont déjà en service dans des villes de tailles différentes : Lille, Aurillac, Toulon, Reims, Meaux, Montbéliard, ou encore Caen et une trentaine d'autres devraient ouvrir cette année. 

Prochainement, les habitants de Nantes, Rennes, Vannes, Auxerre, Franconville, Dijon, Chambéry, ou Hagueneau, pourront découvrir à leur tour le concept. A Reims, c'est même l'ouverture d'un sixième point Relais qui est prévu. Au total, Leclerc table sur 100 à 200 ouvertures en France dans les trois prochaines années.

Une logistique à adapter

Les triporteurs électriques de E.Leclerc assurent le dernier kilomètre de la livraison. Business Insider France/Elisabeth Hu.

Pour optimiser sa logistique, le Mouvement E.Leclerc a investi près d'un milliard d'euros en trois ans et s'appuie sur de nouveaux outils pour livrer à la fois les magasins physiques et les drive, et assurer les livraisons à domicile.

Pour desservir Paris par exemple, l'ancien drive de Lognes — où travaillent 50 personnes — a été réaménagé et est en cours d'agrandissement. Par ailleurs à l'Est de Paris, un nouvel entrepôt doit également voir le jour. Les travaux commenceront en septembre. Il s'étendra sur 70 000 mètres carrés, dont 15 000 mètres carrés dédiés aux produits de grande consommation seront entièrement automatisés. 

Enfin, dans Paris, l'enseigne collabore avec l'entreprise Star services et avec La Petite Reine pour assurer les livraisons avec des camions et des triporteurs "zéro émission". 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Faute de mieux, Carrefour, Fnac-Darty et les autres s'offrent à Google Shopping pour croître sur le web

Facebook ne veut pas diffuser les vidéos en direct avec un léger différé après l'attentat en Nouvelle-Zélande