Publicité

Pas de canon électromagnétique pour l'US Navy, qui va privilégier les missiles hypersoniques

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Pas de canon électromagnétique pour l'US Navy,  qui va privilégier les missiles hypersoniques
Test d'un canon électomagnétique de la marine américaine. © US Navy
Publicité

L'US Navy a décidé de mettre en veille la recherche et le développement d'un canon électromagnétique ("railgun") pour construire d'autres armes, comme des missiles hypersoniques et des lasers, a rapporté l'Associated Press, citant un porte-parole de la marine.

L'US Navy travaille depuis 2005 sur un railgun, un canon qui utilise l'électricité plutôt que la poudre à canon pour tirer des projectiles à grande vitesse à des distances supérieures à celles des canons navals actuels, et a investi plus de 500 millions de dollars dans le projet (environ 423 millions d'euros), mais le budget proposé par le service pour l'exercice 2022 a supprimé tout financement pour le railgun, a rapporté The Drive en juin.

À lire aussi — L'US Navy a déclenché des explosifs à côté de son nouveau porte-avions pour tester sa résistance

La décision de l'US Navy "de mettre en pause le programme [de canon électromagnétique] est conforme aux initiatives de réforme à l'échelle du département visant à libérer des ressources pour soutenir d'autres priorités de l'US Navy, notamment l'amélioration des capacités offensives et défensives telles que l'énergie dirigée, les missiles hypersoniques et les systèmes de guerre électronique", a déclaré le lieutenant Courtney Callaghan dans un communiqué, ajoutant que la recherche serait préservée si la marine décidait de relancer le programme.

Son commentaire est conforme à la dernière demande de budget de l'US Navy, qui indique que "la technologie et les connaissances acquises en matière de railgun seront documentées et préservées" et que "le matériel de railgun sera réaligné pour maximiser sa durabilité afin de faciliter une utilisation future potentielle".

'Le railgun est, pour le moment, mort'

Matthew Caris, analyste de la défense du groupe Avascent, a déclaré à AP que "le railgun est, pour le moment, mort". Contrairement aux canons traditionnels, le railgun propulse des projectiles vers l'avant à l'aide d'une armature entre deux rails, qui peut être accélérée vers l'avant à l'aide d'un champ magnétique, généré par de forts courants électriques tirés de l'alimentation électrique d'un navire de surface.

Un projectile à grande vitesse quitte le canon à une vitesse pouvant atteindre sept fois la vitesse du son. L'énergie cinétique est théoriquement suffisante pour infliger de sérieux dégâts à un navire de surface sans explosifs.

Les entreprises de défense BAE Systems et General Atomics ont toutes deux construit des prototypes de railgun électromagnétique pour l'US Navy, et le service a effectué des tests de tir réel au cours du processus de développement.

Alors que les États-Unis travaillaient au développement d'un railgun, la Chine a également exprimé son intérêt pour cette technologie de combat avancée. En 2018, des images sont apparues en ligne de ce qui semblait être un navire de débarquement de chars chinois équipé d'un railgun.

L'année suivante, les médias d'État chinois ont indiqué que les navires de guerre chinois seraient "bientôt" équipés de railguns.

Peu de choses sont sorties sur le projet depuis lors, et il n'est pas clair si c'est toujours un domaine d'intérêt pour la Chine. En ce qui concerne l'US Navy, on a longtemps pensé que si le service développait un railgun fonctionnel, il l'utiliserait pour armer ses destroyers de la classe Zumwalt, qui ont besoin d'un nouvel armement.

Au lieu de cela, l'US Navy a l'intention d'armer ces navires de guerre avec des missiles hypersoniques, en particulier l'arme conventionnelle Prompt Strike actuellement en cours de développement.

À lire aussi — L'US Navy veut équiper ses frégates furtives d'une douzaine de missiles hypersoniques

Une arme qui demanderait beaucoup d'entretien

À propos des investissements de l'US Navy dans le développement de la technologie du railgun, Bryan Clark, ancien officier de la Navy et expert en défense, a déclaré à Insider qu'il était préférable de dépenser cet argent pour des missiles et des cellules de systèmes de lancement vertical plutôt que pour un railgun.

Le railgun, même avec sa portée de plus de 160 kilomètres, ne dispose pas d'autant de missiles. Les balles sont plus puissantes que celles des canons de pont standard, mais elles sont moins puissantes qu'un missile. Et le canon a des limites d'utilisation, demande beaucoup d'entretien et serait susceptible de mettre le navire à rude épreuve.

"Ce n'est pas une technologie militaire utile", a déclaré Bryan Clark à Insider. Les dirigeants de la marine américaine ont déclaré que le service prévoyait d'installer des missiles hypersoniques à bord d'un destroyer de classe Zumwalt d'ici 2025, après quoi il passera à l'armement de ses sous-marins de classe Virginia. La marine prévoit que chaque destroyer Zumwalt pourra transporter jusqu'à 12 missiles hypersoniques.

Les armes hypersoniques peuvent voler à des vitesses d'au moins Mach 5, mais c'est leur manœuvrabilité, leur imprévisibilité et leur trajectoire de vol inhabituelle qui les rendent particulièrement dangereuses. Les systèmes de défense aérienne et antimissile existants ne sont pas bien adaptés pour contrer ce type de menace.

Comme ces armes sont difficiles à contrer, les missiles hypersoniques sont devenus un élément clé de la compétition stratégique entre les États-Unis et leurs rivaux, la Chine et la Russie.

Version originale : Ryan Pickrell/Insider

À lire aussi — Les 10 missiles balistiques intercontinentaux avec la plus longue portée

Découvrir plus d'articles sur :