Publicité

Pass sanitaire : comment l'utiliser dans les transports pour voyager cet été

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Le certificat sera obligatoire à bord d'un autocar interrégional ou international, d'un TGV, d'un Intercités ou d'un train international à partir de début août. © Nicolas Sandanassamy/Capital
Publicité

Emmanuel Macron l'avait annoncé le 12 juillet au soir, lors de son allocution télévisée en direct de l'Élysée : l'utilisation du pass sanitaire sera élargie aux débits de boisson, aux cafés, mais aussi aux transports comme le train l'avion ou le car à partir de début août. Ce précieux sésame consiste soit en un test négatif (PCR ou antigénique) de moins de 48 heures actuellement, soit en la preuve qu'on a été contaminé et que l'on a guéri du Covid-19 (test PCR ou antigénique positif d'au moins 11 jours et de moins de six mois).

Il peut comprendre aussi un schéma vaccinal complet, soit 7 jours après la seconde dose pour la France mais 14 jours pour d'autres pays. Le QR code peut être présenté sur l'appli TousAntiCovid, sur papier ou en photo, sans se soucier de la langue du certificat. Le pass devrait entrer en vigueur dans les transports longue distance "certainement après le week-end du 1er août", a déclaré mercredi 14 juillet le ministre délégué aux Transports Jean-Baptiste Djebbari. La date précise doit encore être annoncée par le gouvernement.

À lire aussi — Vertigineux ou insolites, voici les 14 trains touristiques à prendre cet été

Tous les voyageurs de plus de 17 ans empruntant un des moyens de transports concernés seront soumis à cette obligation. Pour les voyageurs de 12 à 17 ans inclus, ainsi que pour les salariés des opérateurs de transport, cette obligation s'appliquera uniquement à partir du 30 août. Son utilisation est prévue, juridiquement, jusqu’au 30 juin 2022.

En train ou en car

Il faudra détenir un pass valide avant de monter dans un autocar interrégional ou international, un TGV (Inoui et Ouigo), un Intercités ou un train longue distance international au départ de la France. Les TER et les Transiliens ne sont pas concernés. Les modalités de contrôle du pass ne sont pas encore arrêtées. La SNCF travaille à la mise en oeuvre d'un "dispositif de contrôle physique".

Les filtres ne seront "pas systématiques dans toutes les gares à tout moment", a reconnu mercredi le ministre des Transports. Mais "on va organiser des contrôles massifs sur les grands flux, typiquement les grands départs en vacances", outre des contrôles aléatoires ailleurs, a-t-il expliqué.

La SNCF aimerait également "intégrer le contrôle du pass sanitaire dès l'achat du billet en ligne" mais cette perspective est "complexe sur le plan technique", a souligné l'entreprise jeudi. Concernant le covoiturage, Blablacar ne peut pas imposer le pass sur les trajets entre particuliers. Mais la plateforme prépare "une fonctionnalité qui permettra aux covoitureurs qui le souhaitent de déclarer qu'ils bénéficient d'un pass sanitaire, afin de rassurer les personnes qui veulent voyager avec eux".

À lire aussi — Vacances d'été : 16 destinations européennes accessibles directement en train depuis la France

En avion ou en ferry

Il était déjà nécessaire de présenter un certificat d'immunité ou de test négatif pour voyager en avion vers la Corse, l'outre-mer ou l'étranger. Il sera désormais impossible d'emprunter une ligne intérieure sans le pass. Air France a mis en place une plateforme sur laquelle ses clients pourront transmettre en avance leurs documents en ligne pour que leur carte d'embarquement comporte une inscription garantissant un embarquement plus rapide. Ceux qui n'auraient pas transmis leurs documents devront les présenter à l'aéroport. Les compagnies de ferries demandaient déjà un test négatif ou un certificat de vaccination.

Partir à l'étranger

Le pass sanitaire, converti au format européen, permet les déplacements dans tous les pays de l'Union européenne ainsi qu'au Liechtenstein, en Suisse, en Islande, en Norvège, à Monaco et en Andorre. Ces règles s'appliquent aussi pour l'outre-mer. Pour un départ à l'étranger, le test peut dater de 72 heures. D'autres formalités peuvent être demandées selon les pays.

Les certificats de vaccination d'avant le 25 juin doivent être convertis au format européen sur le site de l'Assurance Maladie (Ameli) ou auprès du professionnel de santé. Les certificats plus récents sont convertis automatiquement dans l'appli TousAntiCovid. Hors de l'UE, les conditions d'entrée varient selon les pays. Pour certaines nations comme le Brésil ou la Russie, il faut encore avoir un "motif impérieux" pour voyager.

Le port du masque restera obligatoire dès l'entrée en gare, à quai et à bord du train tout au long du trajet, tout comme dans les aéroports, les avions, les autocars et les ferries.Cependant, le ministre de la Santé a indiqué que tous les Français "devraient progressivement (pouvoir) lever la contrainte du masque" dans les lieux ou le pass sanitaire est exigé, sous condition d'une approbation du Conseil scientifique.

Si vous aviez l'intention d'annuler ou de reprogrammer votre voyage, gardez en mémoire que jusqu'au 29 août, tous les billets SNCF restent échangeables et remboursables sans frais, et ce jusqu'à 72h avant le départ. Concernant les vols, les billets d'Air France restent également modifiables et remboursables jusqu'au 31 décembre 2021 inclus.

À lire aussi — Vacances d'été : le top 10 des destinations préférées des Français

Découvrir plus d'articles sur :