Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg à Bruxelles le 15 février 2017. REUTERS/Francois Lenoir

La Russie est accusée d'être derrière les piratages informatiques qui ont visé le Parti démocrate et sa candidate Hillary Clinton.

Cette immixtion dans la campagne présidentielle aux Etats-Unis n'était peut être qu'un début.

Les regards se tournent notamment vers l'Allemagne et la France, où des élections majeures se déroulent cette année.

Selon un rapport réalisé au collège de l’OTAN par le chercheur britannique Keir Giles, présenté lors de la Conférence de Munich sur la sécurité, la démocratie et ses attributs le week-end dernier, la Russie met actuellement au point des méthodes pour perturber le libre arbitre des citoyens des pays occidentaux, rapporte Le Monde

Concrètement, les pays membres devraient "se préparer à la diffusion de faux messages sur une échelle de masse, adressés nominativement à des individus, messages qui apparaîtront comme venant de sources de confiance, connues personnellement par ces individus."

Le Monde souligne qu'en décembre 2015, des attaques informatiques contre les réseaux énergétiques d’Ukraine ont été accompagnées d’une campagne téléphonique de masse déconseillant aux consommateurs de contacter leur fournisseur. "C’était un test", écrit le journal.

Cette expérience concluante ressemble de près au nouveau dispositif décrit dans le rapport de l'OTAN et qui vise spécifiquement les Russes:

"Il semble que la Russie développe un autre type de campagne, en testant et en accumulant des moyens en matière de ciblage des personnes – récepteurs –, d’une façon massive mais sur une base individuelle", indique le rapport cité par Le Monde.

Le gouvernement français a d'ailleurs décidé de s'organiser face à ces menaces. Lors du prochain conseil de défense ce jeudi 23 février, le Président de la République François Hollande recevra les mesures de protection prises à l'occasion de la campagne, notamment en matière de cybersécurité.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : GRAPHIQUE DU JOUR: la plupart des startups rêvent d'une acquisition — l'IPO de Snap est une exception

VIDEO: Pourquoi les capes des matadors sont rouges