Download_on_the_App_Store_Badge_FR_RGB_blk_100517

Le PDG de Happn Didier Rappaport accuse Facebook d'utiliser son service de dating pour faire oublier sa désastreuse fuite de données

Le PDG de Happn Didier Rappaport accuse Facebook d'utiliser son service de dating pour faire oublier sa désastreuse fuite de données
© Reuters/Leah Millis
  • Happn est la dernière plateforme de dating à tomber sur Facebook à la suite de sa décision de vouloir intégrer son propre service de rencontre.
  • Le PDG de l'appli française, Didier Rappaport, a dit qu'il trouvait étrange que cette annonce de Facebook intervienne quelques semaines après le scandale autour des données privées collectées par Cambridge Analytica.
  • Il a dit que cela pouvait constituer un moyen de faire disparaître cette mauvaise nouvelle.
  • Les commentaires de Rappaport coïncident avec l'annonce de la chute du cours des actions du groupe Match, qui détient Tinder.

Le PDG de l'appli de dating Happn pense que Facebook cache d'autres motivations derrière son annonce d'un service de dating.

Dans une interview avec Business Insider UK, Didier Rappaport a dit que les réseaux sociaux et les rencontres étaient deux choses totalement différentes — et que Facebook, essayait de détourner l'attention de ses problèmes relatifs à la vie privée.

Il a dit: "J'ai été surpris que Facebook se décide à lancer un service de rencontre. L'ADN d'un réseau social et d'un service de rencontre sont totalement différents. Les personnes aiment partager de nombreuses choses avec leurs amis et leur famille, mais pas ce qui concerne leur vie intime et leurs rencards".

"Il est intéressant de noter que cette annonce a été faite quelques semaines après l'affaire Cambridge Analytica", a ajouté Rappaport, suggérant que c'était un moyen de faire "disparaître" les mauvaises nouvelles, de manière à ce que Facebook n'ait pas à "parler du passé".

Happn

Facebook a annoncé durant sa conférence annuelle des développeurs, la F8, qu'il avait l'intention de lancer un service de dating sur l'appli existante de Facebook, mais n'a pas donné beaucoup de détails. La société a promis qu'elle respecterait la vie privée des utilisateurs, et que ces derniers ne verraient pas leurs amis comme potentiels "matchs".

Les critiques ont vu l'ironie derrière l'annonce d'un service de rencontre de Facebook comme une manière de se faire oublier après le scandale de Cambridge Analytica, et après le licenciement d'un employé accusé de harceler des femmes sur internet.

IAC, la maison-mère de Match Group, a émis une réponse incisive mardi 1er mai, taclant les groupes russes utilisant Facebook pour répandre des fake news. Match Group détient d'importantes applis de dating, dont OKCupid, PlentyOfFish et Tinder. "Venez-donc", a dit Joey Levin, son DG. "L'eau est bouillante. Leur produit pourrait être parfait pour les relations entre les États-Unis et la Russie".

Néanmoins, le cours des actions de Match Group a dégringolé ce mercredi 2 mai. Happn est peut-être une société privée, mais il est possible que l'arrivée de Facebook torpille ses rivaux.

Rappaport semble, a priori, peu concerné. "Ok, ce serait un concurrent de plus", a-t-il déclaré. "Et même peut-être un très gros — on ne sait pas. Nous ne connaissons pas quelle sera la réaction des utilisateurs de Facebook, s'ils accepteront ou non cet amalgame entre leur vie sociale et leur vie intime".

Il a dit qu'Happn comptait près de 50 millions d'utilisateurs enregistrés, et 7 millions d'utilisateurs mensuels actifs. Happn s'est tout récemment tourné vers un service d'abonnement, et s'il n'a pas révélé son chiffre d'affaires, il est rentable.

Lorsqu'on lui a demandé pourquoi Facebook n'a pas racheté une appli de dating — comme Happn ou Bumble — Rappaport a évoqué le déclin de l'usage de l'application Facebook.

"Ils ont racheté WhatsApp, ils ont racheté Instagram, c'est habituellement leur [approche]. Dans ce cas de figure, c'est comme s'ils avaient besoin d'ajouter quelque chose à Facebook-même, pour relancer l'usage de Facebook. Et c'est probablement la raison pour laquelle ils n'ont pas essayé d'acheter une autre appli", a-t-il dit.

Happn reste ouvert sur une potentielle acquisition

Quand Business Insider a interviewé Rappaport en avril 2017, il a fait allusion à des offres d'acquisition d'Happn.

Lorsqu'on lui a demandé, jeudi 3 mai, si la société cherchait un acheteur ou un autre fonds de capital-risque, Rappaport a dit: "il n'y a pas tant d'applis de dating [sur le marché] et qui soient indépendantes et à l'échelle mondiale — dans un monde de... consolidation, Happn pourrait être une cible."

"Ce n'est pas quelque chose que nous avons à l'esprit à l'heure actuelle, nous voulons continuer de grandir. La manière dont nous développerons Happn dans les années à venir — en nous associant avec un géant — nous l'ignorons, à l'heure actuelle".

Version originale: Shona Ghosh/Business Insider

Business Insider
Découvrir plus d'articles sur :