Publicité

Pékin accuse Washington de ne pas dire la vérité sur la collision de l’un de ses sous-marins

  • Recevoir tous les articles sur ce sujet.

    Vous suivez désormais les articles en lien avec ce sujet.

    Ce thème a bien été retiré de votre compte

Pékin accuse les États-Unis de militariser la mer de Chine méridionale. © US Navy
Publicité

Pékin continue d'exiger des réponses au sujet d'un mystérieux incident de sous-marin américain survenu en mer de Chine méridionale au début du mois d'octobre, accusant les États-Unis d'être "évasifs" et de tenter d'étouffer l'affaire. Washington insiste de son côté sur le fait que ce n'est pas le cas. Le sous-marin d'attaque à propulsion nucléaire de classe Seawolf, l'USS Connecticut, est entré en collision avec un objet inconnu, et les responsables chinois ont posé des questions à propos de cet incident à plusieurs reprises.

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Zhao Lijian, a annoncé le 26 octobre que la Chine était "gravement préoccupée" et a accusé les Etats-Unis d'être "irresponsables" et "suspects" en ne fournissant pas de détails sur l'incident. Il a affirmé que ce manque de détails donne "toutes les raisons de mettre en doute la véracité des propos et l'intention des États-Unis".

À lire aussi — Un sous-marin nucléaire d’attaque américain endommagé après une collision

"Que voulait faire secrètement l'USS Connecticut en mer de Chine méridionale cette fois-ci ? Avec quoi est-il entré en collision ? Pourquoi cette collision s'est-elle produite ?", a encore demandé Zhao Lijian. Avant d'ajouter : "Y a-t-il eu une fuite nucléaire qui a engendré une contamination dans l'environnement marin ?"

Les déclarations du porte-parole chinois font écho à celles qu'il a déjà faites le 11 octobre dernier, lorsqu'il a accusé les États-Unis de "faire de l'obstruction d'informations" et de s'engager dans une opération de dissimulation. Ses dernières remarques font également écho à celles du porte-parole du ministère de la Défense nationale, Tan Kefei, qui a accusé la semaine dernière Washington de couvrir l'incident du sous-marin en "manquant de transparence".

Le 12 octobre dernier, le responsable des relations presse au Pentagone, John Kirby, a répondu aux accusations chinoises de dissimulation en déclarant que "c'est une drôle de façon de cacher quelque chose quand on publie un communiqué de presse à ce sujet".

La flotte américaine du Pacifique a publié un communiqué sur l'incident concernant le sous-marin cinq jours après la collision, le 2 octobre dernier. Cependant l'US Navy a retardé sa diffusion pour des raisons de sécurité opérationnelle. La Chine a capitalisé sur ce retard, suggérant qu'il est suspect.

La marine américaine a annoncé que le submersible avait heurté un objet alors qu'il était immergé dans les eaux internationales, précisant qu'il n'y avait pas de blessés en danger de mort, que l'état du bâtiment de guerre était stable et que les systèmes de propulsion nucléaire n'étaient pas endommagés. L'US Navy n'a pas précisé le lieu de l'incident, bien que des responsables de la marine s'exprimant sous le couvert de l'anonymat aient fourni cette information à certains journalistes après la publication de la déclaration.

À lire aussi — Plongée à bord du Suffren, le dernier sous-marin nucléaire d'attaque français

Espionnage des bases chinoises ?

Les questionnements de la Chine pourraient être un moyen de faire pression sur Washington, pour que les Etats-Unis divulguent des informations sur les activités de leurs submersibles en mer de Chine méridionale. D'autant que la République populaire dispose d'une base navale dans cette voie navigable stratégique et que l'USS Connecticut est suspecté d'avoir effectué une mission de surveillance dans cette zone.

Mais il y a un autre objectif derrière les remarques des responsables du gouvernement chinois. Les États-Unis accusent fréquemment Pékin de militariser la mer de Chine méridionale, d'intimider et de contraindre par la force les autres pays de la région à reconnaître ses revendications territoriales. Des revendications qui, selon les États-Unis, ne sont pas soutenues par le droit international. À son tour, la Chine travaille à présenter les États-Unis comme la présence militaire déstabilisatrice en mer de Chine méridionale. L'incident impliquant l'USS Connecticut fournit des arguments aux autorités chinoises.

Le porte-parole Zhao Lijian a critiqué la présence militaire américaine dans la région et a affirmé que les États-Unis sont "la plus grande force militarisée en mer de Chine méridionale" — une critique fréquente adressée par le ministère chinois des Affaires étrangères.

Les États-Unis ont formulé à plusieurs reprises des accusations à l'encontre de la République populaire, qui a construit des avant-postes militaires en mer de Chine méridionale et utilisé sa puissance militaire croissante pour promouvoir ses intérêts géopolitiques. De plus, Pékin adopterait un comportement qui contraste fortement avec la vision américaine d'une région indo-pacifique libre et ouverte.

L'USS Connecticut est amarré dans la base navale de Guam, selon le site The War Zone, qui a publié vendredi les premières images satellite du sous-marin endommagé. Ces images offrent une vue limitée du submersible, mais ne semblent pas montrer de dégâts majeurs.

Version originale : Ryan Pickrell / Insider

À lire aussi — La Corée du Nord confirme avoir lancé un nouveau type de missile depuis un sous-marin

Découvrir plus d'articles sur :