Le ministre de l'énergie saoudien al-Falih parle aux journalistes avant une rencontre de l'Opep. Thomson Reuters.

Le ministre de l'énergie saoudien al-Falih parle aux journalistes avant une rencontre de l'Opep. Thomson Reuters.

L'Arabie Saoudite respecte apparemment son engagement de réduire sa production de pétrole.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) ainsi que d'autres pays non membres ont accepté de réduire leur production de 1,2 million de barils par jour pour diminuer le surplus mondial.

D'après le Wall Street Journal, le royaume saoudien a réduit sa production d'au moins 486.000 barils par jour, pour arriver à 10.058 millions.

L'histoire a montré que ce genre de respect des engagements dure rarement très longtemps.

"90% du temps, l'Opep produit au-dessus de ses quotas", a dit Larry Adam, chef des investissements pour les Amériques à la Deutsche Bank, lors d'une conférence de presse mercredi 4 janvier 2017.

Larry Adam considère que le cours du prix du pétrole brut ne dépasser pas les 58 dollars (54,7 euros) le baril cette année. Les membres de l'Opep qui ont accepté de réduire leur production pour la première fois en huit ans souhaiteraient probablement que le prix du baril soit plus haut que ça.

Mais pour cela, il faudrait que les pays producteurs de pétrole sortent un peu moins souvent du cadre que par le passé:

screen-shot-2017-01-05-at-24533-pm

Deutsche Bank

"Cet accord a été passé pendant une période de demande en énergie historiquement basse", a précisé Larry Adam. "Regardons ce qu'il va se passer au printemps, quand les Américains conduiront beaucoup... Voyons à ce moment là s'ils tiendront leur parole."

Larry Adam souligne que cet accord ne porte pas sur une durée indéterminée: il est valide pour six mois, après quoi il faudra discuter d'une extension.

Même si l'Opep respecte l'accord et maintient une production basse, la production de pétrole de schiste aux Etats-Unis pourrait maintenir l'inventaire mondial de pétrole à un niveau élevé.

"Les Etats-Unis sont vraiment devenus un producteur-clé de pétrole, et cela empêchera son prix de dépasser les 50 dollars le baril", a-t-il continué. Il estime que le point d'équilibre pour les producteurs américains — où ils ne font pas de profit mais où cela reste viable de continuer à produire — est tombé de 70 dollars à 45 dollars le baril.

Jeudi 5 janvier, le prix du pétrole brut était de 53,76 dollars le baril. Mardi, il atteignait son plus haut prix depuis 18 mois, avec 55,24 dollars le baril.

Version originale : Akin Oyedele/Business Insider

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Le pétrole s'enflamme après le premier accord conclu en 15 ans entre la Russie et l'Arabie saoudite pour réduire la production

VIDEO: Voici l'Alpine Soccer — cette variante du football se joue dans les pentes les plus raides d'Autriche