Peugeot est confronté à 1 problème de production en raison du succès de sa 3008

Une Peugeot 308 GTI, capot ouvert, au salon de Poznan en Pologne en 2017. Facebook/Jakub "flyz1" Maciejewski

La production de la Peugeot 308 a été interrompue hier et ce matin dans l'usine PSA de Sochaux en raison d'un manque de boîtes de vitesse. 

"Nous avons dû arrêter une des lignes qui fait la 308", a confirmé une porte-parole de PSA à Reuters.

Les boîtes de vitesse en cause sont des boîtes manuelles à six vitesses, produites par l'usine PSA de Valenciennes qui, outre les 308, équipent également les 3008, 5008, et suite au rachat d'Opel, l'Opel Grandland X.

Malgré de fortes hausses de cadences ces derniers mois, l'usine n'arrive pas à satisfaire la demande qui augmente nettement plus vite que les capacités de production grâce au fort succès de certains modèles, notamment des 3008 et des 5008.

Pour faire face à cette pénurie temporaire, c'est la ligne produisant la 308 à Sochaux, appelée localement "système un" qui a été mise à l'arrêt pendant trois tournées, mardi matin, mardi après-midi et mercredi matin, avant de reprendre en ce début d'après-midi. Chaque tournée fabriquant 400 véhicules, ce sont 1200 voitures qui n'ont pas été produites.

"Le choix d'arrêter la production s'est porté sur la 308, plutôt que la 3008 car cette dernière est fabriquée sept jours sur sept, jour et nuit et si sa fabrication s'arrête, il n'y pas de créneau de rattrapage possible", a expliqué Jean-Luc Ternet, délégué syndical CFTC à Sochaux à Business Insider France.

"La 308 en revanche n'est pas fabriquée le weekend, sa production pourra donc être rattrapée le samedi matin dès que les pièces seront disponibles."

Pression sur Valenciennes

"L'important c'est de satisfaire les commandes des clients", ajoute Jean-Luc Ternet. "Là, nous avons un problème de riche à cause du succès de nos voitures, largement supérieur aux prévisions". 

Dans ce contexte, Carlos Tavares, le patron de PSA s'est rendu mardi dans l'usine de Valenciennes, comme le rapporte France Bleu. Il a demandé que la production de boîtes passe de 1800 par jour à 3000 à partir du 1er novembre.

Demande jugée irréaliste par les syndicats:

"On se demande si Monsieur Tavares a bien visité l'usine de Valenciennes! Il faut qu'il descende un peu de son bureau, et qu'il comprenne qu'on ne pourra pas garantir cette production. C'est impossible. Vous avez Valenciennes qui fait des heures supplémentaires, pour moitié non rémunérées, qui souffre, et Sochaux qui est au chômage technique. Il y a un paradoxe important. On n'y arrivera pas. Ni industriellement, ni socialement", a confié Cédric Brun, délégué CGT à France Bleu. 

"On a déjà vécu des difficultés", tempère Jean-Luc Ternet. "Ça n'a pas été simple mais on a toujours trouvé les ressources nécessaires. Je pense que les prochaines semaines resteront tendues, mais j'espère qu'il n'y aura pas d'autre arrêt".

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Certaines usines allemandes d'Opel coûtent 2 fois plus cher que celles de PSA, dit un haut dirigeant de la marque allemande rachetée par le constructeur français pour 1,3Md€

VIDEO: Voici pourquoi les lucioles brillent dans la nuit