Phil Libin à la conférence Leaders à Paris, en avril 2017. YouTube/Leaders

La Silicon Valley fait toujours rêver des entrepreneurs du monde entier.

Avoir une idée brillante dans le dortoir de son université, s'associer avec un cofondateur génial, partir pour San Francisco et lever quelques millions auprès d'un fonds de Sand Hill Road, pour lancer une startup que l'on introduira en Bourse ou vendra cher à un géant de la tech...

Ce rêve, et ce système, sont "stupides", selon Phil Libin.

L'entrepreneur américain le connaît bien pour l'avoir vécu en tant que cofondateur d'Evernote puis investisseur au fonds General Catalyst. Sa nouvelle entreprise, All Turtles, vise à annihiler ce rêve.

"En tant qu'investisseur, j'ai analysé les chiffres: si vous êtes un homme, blanc ou asiatique, âgé entre 21 et 27 ans, avec un diplôme en sciences informatiques de l'université de Stanford, et vous vivez toujours dans un périmètre de 80 km de Stanford, vous avez une chance passable de réussir", explique Phil Libin à Business Insider France. Pour chaque critère auquel vous ne correspondez pas, vos chances baissent. 

Or, "la vraie brillance est très rare mais elle est distribuée de manière équitable". Aux quatre coins de la planète, donc.

C'est pourquoi Phil Libin lance All Turtles, une startup qui veut jouer le rôle de studio de cinéma pour l'innovation technologique, et l'implante directement à l'international avec une branche à Paris, qui ouvrira en janvier à Station F, une à Tokyo, en plus de sa base à San Francisco. 

De passage à Paris pour finaliser son installation dans le campus géant de Xavier Niel, Phil Libin a expliqué à Business Insider France comment sa recette peut marcher et pourquoi elle est une réponse aux dangers de l'intelligence artificielle sur lesquels Elon Musk ne cesse d'alerter.

Business Insider France: Pourquoi lancer une startup qui veut appliquer le processus du développement d'un films à des projets dans l'intelligence artificielle ?

Phil Libin: Nous voulons créer des produits pratiques pour l'utilisateur et qui deviennent plus intelligents au fil du temps, avec des créateurs qui n'ont pas besoin de devenir des DRH ou des comptables pour autant. Un réalisateur ne va pas chez HBO pour apprendre comment on fait un film. C'est pourtant la méthode de la Silicon Valley depuis 20 ans et c'est un processus stupide, qui vous prépare à des échecs cuisants. Cela n'a pas d'intérêt de commencer par la création d'une entreprise, de vous payer pour apprendre des choses que d'autres personnes savent déjà. Notre modèle enlève toute la magie de la Silicon Valley et permet de le déployer n'importe où.

Comment financez-vous cela? 

Nous avons levé plus de 20 millions de dollars auprès de plusieurs investisseurs dont General Catalyst, Xavier Niel, Salesforce et Marc Benioff. Ensuite, nous génèrerons des revenus à partir des produits que nous aurons développé et que nous distribuerons en direct, à travers les parts que nous garderons dans les produits qui deviendront des startups indépendantes ou qui seront rachetées. 

Nous pourrions être rentables dès la première année si nous le souhaitions. All Turtles va en effet aussi développer un à deux projets par an pour des grandes entreprises, avec qui nous pré-négocierons les conditions de sortie à l'issue des trois à six mois que nous aurons passé à travailler sur le produit chez All Turtles. Cela leur reviendra toujours moins cher que de racheter une startup.

Que dites-vous à un entrepreneur pour le convaincre de rejoindre All Turtles? 

Il faut penser All Turtles comme un cofondateur. Que m'apporte un cofondateur? Eh bien, c'est ce que le studio lui apportera. Il y a aujourd'hui deux types d'écosystèmes: un écosystème qui met l'entreprise d'abord, puis un écosystème qui met la technologie d'abord — avant de chercher quel problème elle doit résoudre. Nous voulons créer un écosystème qui mette le produit d'abord.

Est-ce le problème de l'intelligence artificielle aujourd'hui: de mettre la technologie au centre sans se soucier des applications qu'elle aura?

Il y a encore peu de gens qui se concentrent sur la dimension design de l'IA. Nous voulons faire des choses cette année qui étaient impossible il y a trois ans — comme lorsqu'Evernote a été lancé en 2007. L'IA est en 2017 au même stade de maturité que le mobile l'était en 2007. Il y a un défi en terme de design, pas d'ingénierie. Dans trois ans, l'IA sera le tissu qui englobera tout aspect de la vie quotidienne. Nous réfutons l'idée que les projets sont amoraux. La technologie peut être amorale mais un produit doit faire progresser le monde. 

Comment vous situez-vous dans le débat opposant Elon Musk et Mark Zuckerberg sur les dangers de l'intelligence artificielle?

Pour toute rupture technologique, il y a eu, quand elle commençait à devenir populaire, des gens qui alertaient sur ses dangers. C'était probablement le cas quand on a découvert le feu et l'écriture. Les critiques des technologies ont toujours eu raison, mais aussi parce qu'il est plus difficile de voir les aspects positifs car cela demande plus d'imagination. Les problèmes de l'intelligence artificielle sont bien réels, elle vont causer plus d'inégalités et les avantages sont plus difficiles à imaginer. Mais ils seront plus importants que ses dangers. La meilleure façon d'aborder un risque est de courir directement vers lui. Elon Musk prend le risque au sérieux et c'est ce qu'il fait, il y travaille. Je suis un grand fan.

Pourquoi avoir choisi Paris et Tokyo pour vous installer en premier?

L'écosystème parisien est super. La raison est: il y a des ingénieurs brillants mais aussi un état d'esprit tourné vers le design et le sens du détail. Le design y est aussi important que l'ingénierie. Il y a une dynamique similaire à Tokyo. L'année prochaine nous ouvrirons peut-être à Mexico City.

Quel objectif souhaitez-vous atteindre avec All Turtles?

Dans cinq ans, je veux qu'All Turtles soit le rêve par défaut pour les talents qui font des produits, comme Netflix l'est aujourd'hui pour les réalisateurs.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Les 10 économies les plus compétitives au monde

VIDEO: Voici ce qu'il se produit lorsque vous mangez trop de protéines