Bruxelles a 7 arguments pour attirer les entreprises de la finance effrayées par le Brexit — les voici

REUTERS/Francois Lenoir

  • Le ministre des finances belge Johan Van Overtveldt a dit à Business Insider UK qu'il a préparé un pitch en sept points pour convaincre les entreprises de la finance de venir à Bruxelles à la suite au Brexit. 
  • Parmi les arguments cités, on retrouve la situation géographique de Bruxelles, son importance politique et son économie ouverte. 
  • Le ministre était de passage à Londres pour rencontrer les entreprises de la finance qui envisagent d'ouvrir de nouvelles filiales au sein de l'UE. 

LONDRES — De nombreux pays européens espèrent attirer les entreprises de la finance qui possèdent leur siège européen au Royaume-Uni à la suite du Brexit. 

La première ministre britannique a écarté vendredi dernier la possibilité que le Royaume-Uni conserve ses droits liés au passeport financier après le Brexit. Le passeport financier est un ensemble de règles et de règlements qui permettent aux sociétés financières basées au Royaume-Uni de négocier et de vendre leurs produits et services en Europe.

Tandis que Theresa May souhaite obtenir un nouvel "accord le plus large possible", les entreprises craignent de perdre une partie de leurs activités et se préparent à ouvrir de nouvelles filiales européennes afin d'assurer une continuité, peu importe ce qu'il arrivera après le départ du Royaume-uni de l'UE. 

La Belgique fait partie des pays qui souhaitent attirer ces entreprises et le ministre des finances du pays a dit à Business Insider UK comment il comptait convaincre celles-ci pendant sa visite à Londres la semaine dernière. 

"J'ai une présentation en sept points", a dit Johan Van Overtveldt à Business Insider. 

"A Bruxelles, vous serez au coeur de la politique européenne. Nous abritons la Commission européenne, le Conseil européen, un grand nombre d'organismes de régulations de l'UE, certainement aussi l'OTAN."

Son deuxième point, c'est de dire que la Belgique se situe "géographiquement au centre de l'Europe" à peu près, a dit Van Overtveldt.

"Si vous dessinez un cercle — Paris, Francfort, Amsterdam, Londres — à peu près au milieu de toutes ces villes, vous avez Bruxelles."

Troisième point: 80% du pouvoir d'achat européen se situe dans une zone relativement petite qui s'étend du nord au sud du Danemark à la France et d'ouest à l'est du Royaume-Uni à l'Allemagne. Encore une fois, la localisation centrale de la Belgique en fait un lieu idéal pour y faire des affaires. 

"Nous sommes une économie très ouverte, nous sommes une économie très axée sur l'exportation", a poursuivi Van Overtveldt, avant d'ajouter: "nous avons beaucoup de talent."

"Nous possédons de bons plats et de bons vins, ainsi que d'autres aspects de qualité de vie", a-t-il dit pour résumer son sixième point. 

"Et, dernier élément mais non des moindres, je pense que nous avons beaucoup fait évoluer l'environnement commercial durant ces trois dernières années. Réduction du taux d'imposition des sociétés, un abri fiscal pour les startups, un cadre juridique amélioré pour le crowdfunding et d'autres choses comme ça."

Van Overtveldt était de passage à Londres pour rencontrer les entreprises et les convaincre de s'installer à Bruxelles pour gérer leurs activités européennes. Il a précisé à Business Insider qu'il s'agissait de la 3e visite de ce type qu'il faisait en moins d'un an. 

"Nous parlons avec des personnes travaillant dans les assurances, les sociétés de courtage, les fonds d'investissement, les entreprises d'infrastructure financière", a-t-il dit. 

"Je pense que si vous voulez convaincre les gens qu'ils auront une vraie opportunité en venant à Bruxelles d'une manière ou d'une autre et peu importe le moment de leur venue, je pense que noblesse oblige que vous vous expliquez, ce que vous faites et ce que vous envisagez de faire." 

Au cours de cette même interview, Van Overtveldt a dit à Business Insider UK que Londres restera "un centre financier majeur" même après le Brexit et a appelé l'UE à conclure un accord commercial rapidement avec le Royaume-Uni afin de sécuriser les emplois belges.

Version originale: Oscar Williams-Grut/Business Insider UK

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : VIDEO: La NASA et Lockheed Martin ont dévoilé leur plan pour construire la toute première station orbitale autour de Mars

VIDEO: Voici la raison étonnante pour laquelle il y a des murs le long des autoroutes