Le réseau social Gab, sur lequel le tireur de Pittsburgh postait des messages antisémites, est contraint de fermer — et c'est à cause d'entreprises de la tech

Le réseau social Gab a été créé en 2016 comme une alternative à Twitter. Facebook/gab

Gab.com, le réseau social utilisé par le tireur de Pittsburgh pour poster des messages antisémites, est actuellement fermé, subissant plusieurs décisions d'entreprises de la tech aux Etats-Unis.

"Gab.com est attaqué. Nous avons été systématiquement rejeté par l'App Store, plusieurs hébergeurs et services de paiement", a déclaré le site internet, ajoutant avoir travaillé jour et nuit pour remettre Gab.com en ligne.

L'auteur des tirs qui a tué 13 personnes samedi dans une synagogue à Pittsburgh, en Pennsylvanie, ne cachait pas son antisémitisme sur le réseau social Gab. Le dernier a été diffusé samedi matin. Il y reprochait en outre au président américain de ne pas avoir fait le nécessaire pour empêcher les juifs de "contaminer" les États-Unis.

A la suite de cet attentat, l'hébergeur GoDaddy et les services de paiement en ligne Paypal et Stripe ont notamment décidé décidé d'arrêter leurs collaborations avec le réseau social.

"Nous avons informé Gab.com qu'ils ont 24 heures pour déplacer le domaine à un autre registraire", a déclaré un porte-parole de GoDaddy, ajoutant que le site avait enfreint ses conditions de service et que le contenu hébergé "favorise et encourage la violence envers les personnes".

Gab avait déjà eu des problèmes avec des entreprises de la tech récemment.

Google et Apple avaient déjà retiré et refusé d'intégrer Gab pour des raisons similaires et un manque de modération. Microsoft avait également retiré les comptes Gab qui se trouvaient dans son cloud Azure cet été.

L'entreprise a déclaré qu'elle coopérait avec les autorités et dit que les actions de PayPal et autres étaient des actes de "collusion directe entre géants de la tech". L'entreprise a également appelé le président américain Donald Trump à agir.

Créée en 2016 par Andrew Torba et Ekrem Büyükkaya, Gab a été pensée comme une alternative à Twitter et Facebook. L'entreprise défend l'idée de la liberté d'expression totale derrière son message "Tous bienvenus pour s'exprimer librement".

Elle est rapidement devenue une plateforme des suprémacistes blancs et des personnalités de l'extrême droite aux Etats-Unis relèvent nos confrères de Business Insider US.

Gab reste relativement petite, avec 635.000 utilisateurs actifs début septembre, contre 326 millions sur Twitter et 2,2 milliards sur Facebook.

Utsav Sanduja, l'ancien directeur des opérations de Gab, a déclaré que l'entreprise et sa mission survivront à la "culpabilité par association" et pourrait faire plus de collecte de fonds par le biais de crypto-monnaies afin contourner les entreprises tech.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : IBM rachète le numéro 1 du logiciel libre Red Hat pour 34 Mds$

VIDEO: Cet artiste s'inspire de l'univers des crypto-monnaies pour créer ses œuvres