Jeremy Stoppelman, patron et cofondateur de Yelp. CBS

Yelp a de nouveau porté plainte contre Google auprès des autorités européennes de la concurrence pour abus de position dominante, révèle le Financial Times qui a vu une copie de la plainte. 

La plateforme de recommandation de commerces locaux estime que Google favorise son service Local Search dans les résultats de moteur de recherche — au détriment de Yelp mais aussi de TripAdvisor et leurs concurrents — et souhaite que Bruxelles reparte à la charge contre le géant de Mountain View. 

Yelp demande à Bruxelles d'agir vite "ce qui lui permettrait de réouvrir sa filiale en Europe", ajoute le FT. Depuis 2016, la société a réduit la voilure sur le continent. 

Les services de la commissaire européenne à la concurrence Margrethe Vestager avaient infligé une amende de 2,4 milliards d'euros à Google en juin 2017 pour abus de position dominante, après sept ans d'enquête. Cette dernière comprenait initialement le moteur de recherche local mais Margrethe Vestager avait choisi en 2015 de se focaliser sur le comparateur d'achats Google Shopping.

Yelp a entre temps musclé sa plainte, précise Reuters

La révélation de cette plainte à Bruxelles intervient quelques jours après l'interview du cofondateur de Yelp, Jeremy Stoppelmann, sur la chaîne américaine CBS dans le cadre d'un reportage intitulé "Comment Google est devenu si gros?", où il montre que Google favorise ses services dans les résultats.

Jeremy Stoppelmann y déclare:

"Si je devais me lancer aujourd'hui, je n'aurai aucune chance de construire un Yelp. Cette opportunité a été supprimée par Google et leur approche (...) Parce que si vous offrez du contenu pertinent dans une des catégories qui rapporte de l'argent à Google, ils vont vous écarter. Ils vous feront disparaître. Il vous enterreront."

Une affirmation qui miroite directement les craintes de Margrethe Vestager, exprimées notammennt dans un entretien à Business Insider France: 

"Le comportement de Google pourrait présenter le risque que l'innovation cesse. Si vous ne pouvez pas proposer votre innovation au consommateur, à quoi bon faire l'effort de la lancer?", nous avait dit la commissaire européenne à la concurrence. 

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : Un avocat spécialiste du droit de la concurrence explique les 2 questions que soulève la sanction imposée à Google par Bruxelles

VIDEO: Cette baignoire en forme de hamac est recouverte de feuille d'or 24 carats