Train SNCF à quai gare Montparnasse à Paris, le 12 août 2018. Business Insider France/Elisabeth Hu

Les offres de covoiturage de la plateforme BlaBlaCar vont faire leur apparition dans les prochains jours sur le site oui.sncf. "D'ici la fin 2018", a assuré Alexandre Viros, le directeur général de Oui.sncf ce mercredi 5 décembre, lors d'une conférence de presse marquant le premier anniversaire de la marque sous son nouveau nom.

L'affaire était dans les tuyaux depuis l'annonce le 12 novembre dernier d'un rapprochement entre BlaBlaCar et la SNCF. A cette occasion, la SNCF est entrée au capital de BlaBlaCar et dans le même temps elle lui a cédé son activité de bus, Ouibus. 

Suite à cette alliance, la SNCF prévoit donc d'intégrer les offres de BlaBlaCar en direct sur son site historique de vente de billets de train, aux côtés des offres déjà existantes: avion, bus, hôtel ou encore location de voiture avec ou sans chauffeur.

Des offres intégrées train+covoiturage dans un an

L'offre disponible fin décembre ne permettra toutefois pas de combiner des trajets avec d'autres modes de transport. Ainsi, on pourra réserver un trajet en covoiturage mais pas un trajet en train suivi d'un trajet en covoiturage dans la même réservation. En tout cas pas tout de suite.

"Nous espérons que cela soit possible d'ici un an, fin 2019 ou début 2020" a indiqué Alexandre Viros. "Mais pour arriver à offrir une combinaison intégrée train + covoiturage, il y a un gros travail technique à faire, notamment du côté de notre partenaire BlaBlaCar."

L'objectif est de "simplifier la vie modale des clients", explique-t-on à la SNCF. "Le covoiturage répond à une problématique de maillage. Il permet de multiplier les combinaisons possibles pour aller au plus près des voyageurs et plus seulement de gare en gare."

La SNCF n'a 'plus peur' de Blablacar

"La principale faiblesse du train, c'est la rupture de charge pour arriver à la gare", a rappelé Rachel Picard, directrice générale de Voyages SNCF (l'entité qui chapeaute OUIGO, TGV InOUI et OUI.sncf).

La rupture de charge, en l'occurence, c'est le trajet pour aller à la gare et en revenir, le maillon manquant pour proposer une véritable offre porte-à-porte. 

"Le covoiturage est une alternative pour répondre à cette problématique", concède Rachel Picard. "Il y a encore 3 ou 4 ans, un tel rapprochement avec BlaBlaCar aurait été impensable, le covoiturage était alors notre ennemi numéro 1. Aujourd'hui nous n'avons plus peur."

La SNCF peut en effet s'enorgueillir d'avoir repris d'importantes parts de marché sur les grandes lignes entre Paris et les grandes villes, grâce à ses trains Ouigo. Désormais, elle perçoit BlaBlaCar comme une façon de compléter son offre sans la "cannibaliser" sur ses lignes les plus rentables.

Vous avez apprécié cet article ? Likez Business Insider France sur Facebook !

Lire aussi : BlaBlaCar tente un coup de poker en s'alliant avec la SNCF — 4 défis attendent l'un des étendards de la French Tech

VIDEO: Cette béquille s'utilise sans les mains et permet d'accomplir toutes les tâches du quotidien